skip to content
Date
09 juin 2010
Tags
Sotchi 2014 , Actu CIO

Le point de vue d’un sponsor


Coca-Cola est associé à toutes les éditions des Jeux Olympiques sans interruption depuis 1928,  soit plus longtemps que n’importe quel autre partenaire des Jeux. Si une ville hôte souhaite savoir une ou deux choses concernant la manière dont les sponsors travaillent dans le cadre des Jeux, il lui suffit de demander au premier producteur mondial de boissons non alcoolisées.

Thierry Borra, directeur de la gestion des Jeux Olympiques chez Coca-Cola, est cette semaine à Sotchi, en Russie, pour la séance bilan du Comité International Olympique (CIO) sur les Jeux Olympiques d’hiver de 2010 à Vancouver. Il y côtoie des représentants des autres sponsors TOP, Acer, Atos Origin, General Electric, McDonald’s, Omega, Panasonic, Samsung et Visa, afin de transférer aux futures villes hôtes des Jeux Olympiques les connaissances qu’ils ont acquises lors des Jeux d’hiver de février dernier à Vancouver.

En marge des séances de travail et ateliers, Thierry Borra s’est dit satisfait de la tâche accomplie à Vancouver 2010, en particulier en termes d’activités commerciales et de développement durable.

“Les Jeux nous ont aidés à donner un nouvel élan à nos activités aux Canada et nous ont offert une occasion unique d’améliorer à la fois nos résultats commerciaux et notre réputation. Ils nous ont aussi permis de mettre la barre plus haut dans le domaine du développement durable, en adoptant une approche globale et audacieuse afin de réduire notre empreinte carbone”, a-t-il déclaré. Cela passe notamment par l’utilisation de véhicules hybrides, de réfrigérateurs à boissons respectueux de l’environnement, de bouteilles en PET, ainsi que par la collecte et le compactage des bouteilles sur tous les sites afin de les recycler en un terrain de sport laissé en héritage à la ville de Vancouver.

“Nous tirons parti des Jeux pour montrer quelles sont nos activités quotidiennes, afin d’inspirer les consommateurs et nos employés”, a ajouté Thierry Borra.

La bonne approche

Pour Thierry Borra, la séance bilan est utile pour partager les expériences et les enseignements tirés, construire ou renforcer les relations avec de futures villes hôtes, et commencer à travailler tôt sur la stratégie Jeux.

“La séance bilan est la bonne approche”, a-t-il déclaré. “L’essentiel est de la maintenir et de continuer à partager nos connaissances et expériences afin que les bénéfices mutuels soient plus importants pour tous.”

Collaboration et intégration

Thierry Borra a indiqué que les deux mots clés qui sont ressortis de cette séance bilan concernant la manière de produire des Jeux réussis pour toutes les parties prenantes sont "collaboration" et "intégration".

“Les Jeux sont une entreprise complexe. Il y a de nombreuses parties prenantes ayant des objectifs différents. Et comme les choses deviennent de plus en plus sophistiquées, il y a un réel besoin de transférer le plus possible de connaissances, pas seulement en une seule fois mais aussi de manière continue”, a-t-il  ajouté.

Comme chez soi, loin de chez soi

Coca-Cola s’efforce d’entamer rapidement sa collaboration et son intégration avec les organisateurs des Jeux de 2014 à Sotchi. Ainsi, l’entreprise a commencé à mettre sur pied son équipe Jeux Olympiques à Moscou, laquelle comprend un directeur général ayant de solides connaissances du contexte local et un directeur général adjoint de Vancouver qui a acquis une immense expérience pratique durant les Jeux.

Lorsqu’on lui demande s’il n’est pas un peu prématuré d’amener toute l’équipe en Russie quatre ans avant le début des Jeux à Sotchi, Thierry Borra s’empresse de répondre par la négative.

“D’une certaine manière, on pourrait même dire qu’il est trop tard !”, rétorque-t-il. “Il faut commencer très tôt à planifier l’héritage, ce que vous allez laisser après les Jeux. Il n’est jamais trop tôt pour s’y mettre.”

C’est là un très bon conseil donné aux futures villes hôtes de la part d’une entreprise qui parraine les Jeux Olympiques depuis 82 ans, bien longtemps avant que le CIO n’introduise la première séance bilan après les Jeux Olympiques de Sydney en 2000.

back to top