skip to content
Date
10 févr. 1992
Tags
Albertville 1992 , Luge , , Allemagne , Actu CIO

Le perfectionnisme de Hackl paye en luge

Quatre ans plus tôt, Georg Hackl, alors sous les couleurs de l’Allemagne de l’Ouest, a manqué le titre de luge pour quatre dixièmes à peine. Après avoir passé sa performance au crible, il en est arrivé à la conclusion que c’est son départ qui lui avait coûté la victoire et il s’est mis à travailler sa vitesse dans le secteur de la poussée.

Après Calgary, Hackl ne va jamais perdre de vue son objectif. Il passe près de quatre années à mettre au point le départ parfait, en examinant le moindre mouvement de son corps et en travaillant chaque facette de sa condition physique, ce qui lui permettra de décoller dès le coup de buzzer. Sa concentration et son engagement lui ont déjà permis de gagner des titres mondiaux et deux Coupes du monde depuis son revers canadien. En outre, il sait que le tenant du titre de 1988, Jens Müller, n’est pas au mieux de sa forme. À la place, ses adversaires les plus dangereux seront deux Autrichiens, Markus Prock et Markus Schmidt.

Hackl pose d’entrée un premier jalon en signant le meilleur temps de la première manche. Sa préparation paie nettement puisqu’il pointe au deuxième rang en matière de poussée. S’il ne termine que troisième de la deuxième manche, celui lui suffit encore pour terminer la journée en tant que leader avec plus de 0.15 seconde d’avance – une marge infime dans la plupart des sports, mais un avantage très salutaire en luge.

Comme c’est souvent le cas en luge, la troisième manche va s’avérer décisive. Hackl est à nouveau le plus rapide devant Müller alors que Schmidt, qui était deuxième avant cette manche, ne peut signer que le septième chrono. Désormais, seule une perte de concentration pourrait priver Hackl de l’or au terme de l’ultime descente. Mais il n’en est rien, puisque l’Allemand conserve sa maîtrise et délivre une manche impressionnante. Une fois encore, il signe le départ le plus rapide et le meilleur temps du plateau. L’or qui lui a échappé quatre ans plus tôt est désormais sien.

© Getty Images
Prock et Schmid terminent respectivement deuxième et troisième, mais ce qu’on retient d’Albertville, c’est le début de l’hégémonie de Hackl. Ce dernier conservera son titre en 1994, et encore en 1998 avant de devoir se contenter de l’argent en 2002, à 35 ans.
back to top En