skip to content
Date
05 sept. 2005
Tags
Actu CIO ,

Le Musée Olympique sous le charme de Maurice Béjart


Mardi passé, le chorégraphe Maurice Béjart était l’invité de l’Agora du Musée Olympique de Lausanne. À peine arrivé sur le plateau, il avait déjà conquis le public. Malgré l’apparente froideur de son regard bleu métal, il est spontané, chaleureux, enthousiaste, modeste.
 
Du théâtre à la danse
Il raconte sa jeunesse avec humour. Dans le petit appartement de ses parents à Marseille, il dort sur un lit que l’on déplie dans le salon. Il est à la fois subjugué par les amis de son père, le philosophe Maurice Berger, qui parlent de Nietzsche, et contrarié parce qu’il est tard et qu’il va falloir se lever le lendemain pour aller à l’école. Plus tard, il vivra la guerre presque comme un jeu, réfugié dans le maquis parce que son père est résistant. La danse ? Il n’y songe même pas. C’est le théâtre qui le passionne. Mais lorsqu’on l’inscrit à un cours de danse parce qu’il est un peu chétif, c’est la révélation. Et cette passion ne le quittera plus.
 
De la danse à la chorégraphie
Il se révélera vite meilleur chorégraphe que danseur, et c’est cette voie qu’il suit obstinément depuis 50 ans. À la tête du Béjart Ballet Lausanne, Maurice Béjart est aujourd’hui devenu « la danse ». Au cours de la soirée, on a pu voir de nombreux extraits de film: Béjart en répétition, Béjart en spectacle, Béjart dans son appartement lausannois, Béjart et son danseur fétiche, l’inoubliable Jorge Donne. Et pour finir, un émouvant reportage avec Marcel Imsand, le charismatique photographe lausannois, ami de Barbara et du chorégraphe. Il est des êtres que l’on rencontre et qui vous marquent à jamais. Béjart est de ceux-là.
Tags Actu CIO ,
back to top