skip to content
IOC
Femmes dans le sport

Le mouvement pour l'égalité des sexes dans le milieu sportif prend de l'ampleur

Le Comité International Olympique (CIO) s’apprête à participer à la 7e Conférence mondiale du Groupe de travail international (GTI) sur les femmes et le sport qui se tiendra à Gaborone, Botswana, du 17 au 20 mai. La présidente de la commission du CIO chargée des femmes dans le sport, Lydia Nsekera, explique comment le CIO « prend part au changement ».   


Pour la toute première fois, la moitié des participants aux Jeux olympiques de la jeunesse, au mois d'octobre à Buenos Aires, seront des femmes. Pour les Jeux olympiques d'hiver à PyeongChang au mois de février, plus de 43 % des compétiteurs étaient des femmes, ce qui constitue un record. On attend 48 % de femmes pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Les progrès accomplis sont immenses et nous pouvons être particulièrement fières de toutes ces femmes qui nous ont permis de franchir ce pas.

Cependant la parité entre les sexes dans le cadre des Jeux Olympiques ne suffit pas car, le sport n’est pas uniquement réservé à l’élite sportive. Il existe encore dans le monde un nombre bien trop élevé de femmes auxquelles l’accès au sport est refusé, ou qui se heurtent à la réprobation sociale lorsqu’elles décident de pratiquer un sport. De même, les femmes continuent à être discriminées à tous les niveaux ; et continuent à subir des violences et abus. Des inégalités persistent au niveau des organes décisionnels, les postes techniques, dans les médias, au niveau du sponsoring, et des prix.

Le rôle de la Commission des femmes dans le sport du CIO que je préside, s’attèle depuis sa création en 1995 à défier ces nombreuses barrières qui persistent et qui empêchent les femmes et les jeunes filles de jouir des bienfaits du sport. Entre autre, nous travaillons sans relâche pour identifier et démanteler les zones de discrimination ; sensibiliser l’opinion publique, en particulier les dirigeants sportifs ; et investissons afin d’orienter les femmes vers une carrière de dirigeants sportifs. Nous menons également un combat sans merci pour éradiquer les violences et abus faites aux femmes dans le sport.

Conscients de sa lourde tâche, la Commission des femmes dans le sport cherche toujours l’innovation. Avec l'appui des collègues de la Commission des athlètes du CIO, nous avons milité pour une revue de tous les domaines pouvant nous amener à l'égalité des sexes au CIO et, dans l'ensemble du mouvement olympique.

Cette évaluation qui a duré 6 mois a abouti à un rapport contenant 25 recommandations tangibles pour encourager l'égalité des sexes dans cinq domaines : gouvernance, sport, financement, représentation et ressources humaines. Même si ces cinq domaines sont tous excessivement importants - ensemble ils constituent l'objectif holistique de la promotion des femmes dans le sport - la gouvernance reste l'aspect majeur. Au cours de ces dernières années, la participation croissante d'athlètes femmes aux Jeux olympiques et à d'autres manifestations est un exemple frappant du changement par la base, ainsi que les nombreuses formations de dirigeants organisées pour les futures leaders femmes sur les cinq continents. Ce changement doit également se manifester par le haut.

Nous devons tous nous mobiliser en faveur des 25 recommandations du CIO, notamment les recommandations 18, 19, 20 et 21 qui ont trait à la gouvernance, afin de finir par atteindre cet objectif. Les premières recommandations privilégient la promotion de leaders femmes au CIO, mais également dans les comités olympiques nationaux et les fédérations sportives internationales, ainsi que la mixité dans la composition globale de ces organisations. Les deux dernières recommandations demandent aux administrations des groupes participant au mouvement olympique d'inclure plus de femmes ainsi que la nomination d'un dirigeant plus particulièrement responsable de l'égalité des sexes au CIO.

Cette priorité de la gouvernance féminine dans le sport international est également un des sujets principaux de la 7e conférence mondiale sur les femmes et le sport organisée par le groupe international de travail sur les femmes dans le sport, qui se déroulera du 17ème au 20ème mai à Gaborone au Botswana. Le segment « Let Them Lead » (Laissez-les diriger) de la conférence couvre de nombreux sujets de gouvernance mentionnés ci-dessus parmi les recommandations du CIO. Comme la présentation de la conférence l'indique, modifier la composition du leadership est également essentiel car nous avons besoin de plus de femmes participant aux prises de décision en matière d'affectation des ressources et d'autres aspects clés affectant le monde sportif.

L'égalité des sexes est un sujet qui nous concerne tous, femmes, hommes, séniors et jeunes. Il s'agit après tout d'un droit humain qui fait partie des objectifs de développement durable des Nations Unies. Le sport peut être un moteur puissant pour faire avancer cette cause. Profitant de l'élan démarré par le CIO, avec ses recommandations en matière d'égalité des sexes et des événements tels que la conférence du groupe international de travail, nous allons poursuivre notre mission pour l'égalité des sexes dans l'arène sportive et au niveau des postes de dirigeants dans les organismes sportifs, en militant auprès de tous les acteurs dans le domaine à travers le monde. Voilà l'avenir.


back to top En