skip to content

Le mental gagnant de Pierre Vaultier, double champion olympique de snowboard cross

De loin, cette discipline peut s'apparenter à un chaos insouciant alors que quatre casse-cous s'élancent à pleine vitesse pour prendre des sauts, des bosses et des virages relevés, mais le snowboard cross est bien plus un état d'esprit selon le double champion olympique Pierre Vaultier.

Le Français âgé de 32 ans passe en effet beaucoup de temps à analyser le parcours et ses adversaires afin d'établir un plan de course.


"Pendant la course, les décisions doivent être très rapides et il n'y a pas vraiment de temps pour analyser qui est à côté et comment je vais agir en fonction des concurrents", a-t-il déclaré.

Et d'ajouter : "Mais avant la course, il est très important de connaître ses adversaires et de savoir comment ils agissent habituellement, quels sont leur profil et leurs compétences, et de tirer parti de ce genre d'informations."

Au départ d'une course de snowboard cross, les quatre riders utilisent le portillon de départ pour s'élancer. Un haut du corps solide et des réactions rapides sont essentiels. Cependant, même s'il s'agit en fin de compte de franchir la ligne d'arrivée en premier, l'objectif n'est pas toujours de prendre une avance rapide. Le drafting, autrement dit le fait de suivre de près un autre coureur pour éviter le vent et économiser de l'énergie, peut être tout aussi productif.

Pierre Vaultier 2018 Getty Images

"Être en tête aide généralement parce que vous pouvez réellement choisir votre trajectoire et partir comme vous le voulez, mais je dirais que j'ai gagné certaines courses en partant exprès derrière les autres concurrents", a confié Pierre Vaultier.

"Le drafting est très important, donc si vous êtes devant et que vous travaillez pour les autres, vous risquez de vous faire dépasser rapidement et ce n'est jamais bon."

Plutôt qu'à de l'agressivité et à de l'explosivité, le quadruple olympien attribue ses titres de snowboard cross aux Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi 2014 et de PyeongChang 2018 davantage à la retenue et à la stratégie.

 

"La patience est généralement payante. Cela n'a pas de sens de se dépêcher pour dépasser quelqu'un. Il est logique d'établir une stratégie avant la course et que cette stratégie soit bien pensée pour vous permettre ensuite d'agir avec patience et certitude. Cela ne vaut pas la peine de se précipiter. Tout va vite, mais il faut être patient."

Ayant grandi à Briançon, une région montagneuse de l'est de la France, Pierre Vaultier a commencé à faire du snowboard à l'âge de six ans dans la station voisine de Serre Chevalier et a compris très tôt que le boardercross était son sport.

"Depuis tout petit, j'aime le fait de devoir affronter des adversaires", a-t-il indiqué.

Pierre Vaultier 2014 Getty Images

Vous n'êtes pas autorisé à tirer, pousser ou tenir un autre rider, ni à l'empêcher d'essayer de passer, mais eux se rapprochent évidemment de vous.

"Le contact direct avec les autres concurrents est toujours ce qui me motive dans ce sport. Je n'aurais pas pu être un skieur de descente ou même un skieur de course parce que je n'aime pas courir contre le chronomètre, j'aime vraiment affronter des adversaires."

"C'est ce qui me motive et c'est ce que je vois qui me change entre les qualifications et la finale. Je n'ai jamais eu beaucoup de succès aux qualifications, mais en finale, je me ressaisis toujours et je fais de mon mieux."


Lorsque le sport a fait ses débuts olympiques aux Jeux de Turin en 2006, Pierre Vaultier faisait lui aussi ses débuts. Bien qu'il ait été parmi les favoris à l'époque et à Vancouver 2010, il a dû attendre 2014 pour monter sur la plus haute marche du podium olympique, malgré une déchirure du ligament croisé antérieur survenue deux mois plus tôt à peine.

Pour défendre son titre aux Jeux Olympiques d'hiver de 2022 à Beijing, il devra surmonter une autre blessure après s'être gravement blessé au genou lors d'un accident de vélo en juillet 2019. Mais il a tout le temps de se remettre pour concourir afin de décrocher une troisième médaille d'or olympique consécutive dans la capitale chinoise.

"Ce serait ma plus belle médaille d'or. Vais-je être en mesure de la décrocher, c'est une autre histoire, mais c'est évidemment ce que je vais essayer de faire. Ce serait tout simplement fou. Toutefois, pour le moment, je me concentre uniquement sur le travail que je dois faire et si ce travail est bien fait, alors j'aurai mes chances."

Pierre Vaultier 2018 Getty Images

S'il est en forme dans deux ans à Beijing, Pierre Vaultier pourrait effectivement avoir la chance de doubler son palmarès olympique, une épreuve de snowboard cross par équipes mixtes ayant été ajoutée au programme.

"Je pense qu'il est tout à fait logique que nous nous entraînions, travaillions et nous préparions pour plus d'une épreuve aux Jeux Olympiques. Nous avions l'habitude de ne nous battre que pour une seule médaille et c'est un grand changement que nous puissions maintenant nous battre pour deux", a-t-il confié.

Dans cette nouvelle épreuve, chaque équipe est composée d'un homme et d'une femme qui courent dans un format de relais où le deuxième coureur part dès que le premier a franchi la ligne d'arrivée.

Pierre Vaultier 2018 Getty Images

"L'épreuve par équipes a apporté une plus grande vision stratégique au sport et je pense que c'est à partir de ce moment (l'ajout d'une épreuve par équipes) que d'aucuns ont commencé à réfléchir davantage à la stratégie, et ce aussi pour les épreuves individuelles", a précisé Pierre Vaultier.

Mais plus que tout, pour lui, le fait de participer à une épreuve mixte peut contribuer à l'unité de toute l'équipe.

Et de conclure : "Nous avons de plus en plus l'égalité entre les femmes et les hommes dont nous avons besoin et lorsque vous vous présentez avec une équipe mixte, c'est une excellente façon de répondre à ce mouvement."

"Même si nous nous entraînons ensemble, dès que nous sommes en compétition, les individualités resurgissent. En travaillant en équipe dans le relais, nous pouvons véritablement renforcer l'esprit d'équipe, en unissant maintenant aussi les femmes et les hommes."

back to top En