skip to content
Date
17 févr. 2014
Tags
Sotchi 2014 , Actu CIO

Le maire du village olympique prend soin des athlètes

Alors membre de l’équipe de candidature olympique de Sotchi il y a sept ans, la championne russe de patinage de vitesse Svetlana Zhurova avait dit au Comité  International Olympique que Sotchi pourrait offrir le village olympique idéal pour les Jeux d’hiver de 2014. Elle se sent maintenant comme investie d’une responsabilité particulière pour  tenir cette promesse  en tant que maire du village olympique de montagne. Svetlana Zhurova déborde d’enthousiasme pour l’accomplissement de sa tâche.


“J’ai tenu un grand discours à propos du village olympique et des résidences d’hébergement en général. Je n’ai pas cessé de dire que les athlètes seraient les premiers servis,” dit-elle à propos des engagements qu’elle a pris. “Je passerais pour une menteuse si en définitive il n’était pas vrai que les athlètes sont notre priorité.”

De nombreux olympiens considèrent leur séjour au village olympique comme l’un des points forts de leur expérience olympique. Le patineur américain Shani Davis a exprimé ses sentiments sur Twitter, décrivant le village olympique comme étant “au fond l’endroit le plus sympa sur terre.”

Pour les Jeux de Sotchi, il y a trois village olympiques — le village côtier pour les concurrents des épreuves en salle; le village des sports d’endurance pour les athlètes des épreuves de ski de fond et de biathlon; et le village de montagne pour les athlètes participant dans toutes les autres épreuves de montagne. Le village de montagne, le plus grand des trois, abrite quelque 3 000 athlètes et officiels.

Chaque village forme une communauté indépendante, avec boutiques, restaurants, services de blanchisserie, centre de condition physique, bibliothèque, zones de détente, lieu de culte, services bancaires et permanence médicale.

Pour avoir participé à quatre éditions des Jeux Olympiques et obtenu une médaille d’or aux Jeux de 2006 à Turin, Svetlana Zhurova sait bien ce qu’attendent les athlètes d’un village olympique.

“Il faut qu’il y ait de bonnes chambres, avec suffisamment d’espace, avec des lits confortables, soit de bons matelas et de bons oreillers. Entre leurs compétitions, les athlètes doivent pouvoir bien se reposer,” dit-elle. “Et il faut une bonne nourriture, pas seulement en quantité, mais une nourriture délicieuse. Il faut qu’il y ait de bons moyens de transport.”

Même si le village de montagne est bien desservi, accessible aux véhicules et par le téléphérique, Svetlana Zhurova confie que certains athlètes ont trouvé d’autres moyens de se déplacer.

“J’ai été abasourdi de voir des athlètes se rendre à ski jusqu’au téléphérique. Je leur ai lancé en riant, "Hello ! Vous avez un transport à disposition ! Que faites-vous là ?" “Ce n’est pas vraiment autorisé, mais ils l’ont fait. J’aime ça.”

Évoquant son expérience personnelle, Svetlana Zhurova explique que ce qu’il y a de fabuleux au village olympique, c’est cette capacité d’interagir avec les athlètes d’autres pays.

“C’est là un aspect très important des Jeux Olympiques, les amitiés qui s’y forment,” dit-elle. “Vous êtes ici pendant deux semaines, ensemble avec des athlètes de différents sports et de différents pays, et des athlètes célèbres. Je me souviens de mes premiers Jeux Olympiques, je voulais me faire prendre en photo avec chacun des champions olympiques que je pouvais rencontrer. Et au bout de quatre éditions des Jeux Olympiques, j’ai découvert que les plus jeunes voulaient se faire prendre en photo avec moi.”

Svetlana raconte encore qu’assumer la fonction de maire du village olympique lui a donné l’occasion de se remémorer et de revivre les expériences qu’elle a eues avant de passer du statut de concurrent à celui de spectateur des Jeux.

“À Beijing, Vancouver et Londres, je n’étais que spectatrice,” dit-elle. “Et ici, c’est un peu comme si je redevenais athlète. C’est une bonne expérience. Je suis très heureuse.”

back to top