skip to content

Le karaté emboîte le pas au judo et réussit son épreuve de passage au Budokan

Après une épreuve test de judo organisée avec succès dans le Nippon Budokan, le karaté a lui aussi réussi son épreuve de passage dans le temple japonais des arts martiaux.

La compétition qui s'est déroulée le 9 septembre dans le cadre des épreuves tests "Ready, Steady, Tokyo" (À vos marques, prêts, Tokyo) a suivi le même schéma que celui retenu pour le deuxième jour du tournoi olympique l'année prochaine, avec la tenue simultanée des combats de kata et de kumite.


Plus de 30 concurrents ont participé à l'épreuve, ce qui a permis aux organisateurs de tester le déroulement de la compétition et de voir si tout était prêt pour l'arrivée du karaté sur la scène olympique.

"Je suis extrêmement fière d'être ici", a confié la Japonaise Ruika Sao, qui a participé aux épreuves de kata et de kumite. "Je sais que dans un an, les meilleurs karatékas du monde s'affronteront ici, dans le Nippon Budokan. Je serai parmi les spectateurs pour les encourager."

Si les meilleurs athlètes du monde n'étaient pas présents pour l'épreuve test, ils étaient au rendez-vous dans le Budokan lors des trois journées précédentes (6-8 septembre) pour la Karate 1-Premier League, la compétition phare de la Fédération mondiale de karaté.

Tokyo était la cinquième étape du circuit 2019. Deux autres vont suivre cette année : en Russie et en Espagne. Les points marqués dans la 1-Premier League comptent pour la qualification pour les Jeux de 2020.

Le dernier jour de la 1-Premier League – le dimanche – a affiché complet, 14 000 Japonais ayant fait le déplacement pour applaudir la reine japonaise du karaté Kiyou Shimizu, médaillée d'or dans l'épreuve féminine de kata face à l'Espagnole Sandra Sánchez au terme d'un combat décisif.

Getty Images

"C'était formidable de recevoir un tel soutien de la part du public", a confié la Japonaise. "Si les encouragements des spectateurs m'ont donné des ailes, ils m'ont aussi poussée à donner le meilleur de moi-même pour répondre à leurs attentes."

Le Japon a remporté sept autres médailles d'or dans un sport où il espère s'illustrer – comme en judo – lors des Jeux l'été prochain. Le pays hôte s'est imposé dans les épreuves masculine et féminine par équipes.

"Le Nippon Budokan est la Mecque des arts martiaux pour moi. C'était l'endroit où je voulais absolument concourir," a expliqué Kiyou Shimizu à l'issue du tournoi. "Je suis ravie d'être ici et, en tant que Japonaise, mon objectif était de réaliser la plus belle performance sportive en adoptant la meilleure technique possible."

Les karatékas venus des quatre coins de monde ont abondé dans son sens et plébiscité le site et le tournoi. "La première chose à laquelle j'ai pensé lorsque je suis montée sur le tatami est que nous serons ici dans un an pour les Jeux Olympiques", a déclaré Sandra Sánchez.

"Cette épreuve m'a servi de préparation pour les Jeux. Je voulais savoir ce que j'allais ressentir l'année prochaine. C'était grisant. C'est un moment que j'espère vivre à nouveau."

Getty Images

La Française Alizée Agier a indiqué pour sa part : "J'ai adoré concourir ici, dans le Nippon Budokan. Bien sûr, je ne peux m'empêcher de penser à ce qui va se jouer ici l'année prochaine, mais je préfère avancer étape par étape."

Yasuo Mori, directeur exécutif adjoint du bureau en charge des opérations Jeux de Tokyo 2020, était présent aux côtés du secrétaire général de la Fédération mondiale de karaté, Toshihisa Nagura, qui s'est déclaré satisfait des résultats enregistrés durant la semaine de compétition.

"L'étape tokyoïte de la Karate 1-Premier League était passionnante", a déclaré Toshihisa Nagura. "Le tournoi a été extrêmement bien organisé et il a remporté un immense succès. Le Budokan était comble le dernier jour. Nous avons eu un aperçu de ce que les compétitions de karaté pourraient nous réserver durant les Jeux."

"L'épreuve test de karaté nous a permis de tester le format de la compétition olympique", a précisé Yasuo Mori.

back to top En