skip to content

Le jour où Ester Ledecká a inscrit son nom dans l'histoire des Jeux

En une semaine lors des Jeux d'hiver de PyeongChang 2018, Ester Ledecká réalise un exploit totalement inédit. Victoire surprise dans le super-G de ski alpin devant toutes les spécialités de la vitesse le 17 février, puis le 24, victoire sans discussion dans le géant parallèle de snowboard, une discipline qu'elle domine chaque saison en Coupe du monde. L’exploit ne sera pas sans lendemain, puisque la championne tchèque s'est imposée en descente cet hiver !


Les Jeux de PyeongChang approchent de leur conclusion, nous sommes à la veille de la cérémonie de clôture, et la question est sur toutes les lèvres : Ester Ledecká va-t-elle le faire ?

Elle est bien sûr la grande favorite de l'épreuve de géant parallèle de snowboard programmée ce samedi 24 février au Phoenix Snowpark, mais la jeune championne tchèque de 22 ans a déjà créé une énorme sensation le week-end précédent, quand sur deux planches, elle a remporté le super-G de ski alpin à la barbe de toutes les spécialistes de la vitesse, battant la tenante du titre autrichienne Anna Veith d'un centième de seconde, alors qu'elle ne comptait au mieux qu'une 19e place dans la discipline en Coupe du monde. Ce jour-là d'ailleurs, l'image de la championne tchèque totalement incrédule dans l'aire d'arrivée a durablement frappé les esprits.


À PyeongChang, elle a déjà participé au slalom géant en ski alpin le 15 février, qu'elle a terminé au 23e rang. Dans la foulée de sa victoire surprise en super-G, il y a au programme les entraînements de descente le dimanche, le lundi et le mardi, la course le mercredi 21 et les qualifications du géant parallèle en snowboard avant la course le 24. L'incroyable Ester, qui n'a jamais voulu faire de choix entre le ski alpin et le snowboard, doit cette fois logiquement faire une croix sur la descente.

Ester Ledecká Getty Images
Impériale sur sa planche de snowboard

De retour aux affaires dans la discipline dont elle est la championne du monde en titre, Ester Ledecká (prononcer "Ledetska") trône en tête du classement de la Coupe du monde de snowboard alpin 2017-2018 avec une avance considérable sur sa plus proche poursuivante, l'Allemande Ramona Theresia Hofmeister. Elle a battu en finale toutes les principales rivales qui pourraient se dresser sur son chemin dans le parcours de géant parallèle du Phoenix Park : la Suissesse Patrizia Kummer aux Mondiaux FIS de Sierra Nevada 2017 et, sur une fantastique série de victoires en Coupe du monde, outre Hofmeister, l'Allemande Selina Jörg, la championne olympique autrichienne du slalom parallèle à Sotchi 2014 Julia Dujmovits, l'Autrichienne Claudia Riegler, la Japonaise Tomoka Takeuchi… liste non exhaustive.

Le matin, elle commence par dominer les deux runs de qualification, avec un temps cumulé de 1:28.90, loin devant l'athlète olympique de Russie Alena Zavazina (1:30:16) et Selina Jörg (1:30.27). Dans la phase à élimination directe, elle assume largement son statut en assurant tous ses runs avec beaucoup de maîtrise. En huitièmes de finale, elle laisse la Suissesse Patrizia Kummer à 78/100e ; en quarts, elle élimine l'Autrichienne Daniela Ulbing battue de 97/100e. Sans jamais s’emballer, sur un parcours assez technique sans jamais être raide, elle profite ensuite de la chute de Theresia Hofmeister en demi-finale, puis elle sait tenir à distance la redoutable et très expérimentée Selina Jörg lors de la finale. En tête après le premier intermédiaire, elle poursuit sans surpression pour finir son run avec 46 centièmes d’avance sur la ligne d’arrivée.

Ester Ledecká - PyeongChang 2018 Getty Images

"Est-ce que je suis la superstar des Jeux ? Je ne me sens pas comme ça, mais c'est vrai que ça sonne bien !", dit Ester Ledecká qui s'installe comme une des légendes du sport tchèque mais qui marque surtout l’histoire des Jeux en devenant la première à gagner en ski et en snowboard à une semaine d’intervalle. Heureusement pour elle, le planning des Jeux et le fait qu'elle a zappé la descente ont rendu cet exploit possible, mais elle a fatalement dû se partager tout au long de la quinzaine entre les entraînements sur deux skis et les séances sur sa planche. Elle explique alors que tout au long de l’année, elle se partage entre ses deux disciplines sur des périodes de trois semaines chacune.

Getty Images
Entre les deux disciplines, son cœur balance…

Comme elle l'a raconté : "Depuis le début, les gens me disent : “Tu ne peux pas faire les deux, tu dois te spécialiser ou tu n’atteindras jamais le plus haut niveau. Depuis que j’ai 14 ans, mes entraîneurs me disent : “Tu dois faire un choix et bla-bla-bla.” Je leur réponds : “Je ferai les deux, et si ça t’ennuie, je trouverai un autre entraîneur parce que ce sera comme ça et pas autrement.”  C'est…comme ça, et pas autrement qu'Ester Ledecká a prouvé au monde entier la justesse de son parcours inédit sur la neige.

Finalement, elle se nourrit des deux sports. Son entraîneur de ski alpin, Tomas Bank, a expliqué : "Le snowboard lui donne un grand équilibre et un bon feeling, alors que le ski alpin l'aide sur sa planche parce que ça va plus vite. Elle doit trouver que le snowboard avance au ralenti ! Ses rivales ne se sont jamais montrées aussi rapides qu'elle". Son entraîneur de snowboard, Justin Reiter, a ajouté : le seul problème avec elle, c'est qu'elle ne veut jamais quitter la pente. Elle en veut toujours plus, plus de runs !"

Ester Ledecká - PyeongChang 2018 Getty Images

Aux premières loges pour observer le phénomène, le spécialiste français du snowboard alpin Sylvain Dufour témoigne : "Chez les snowboardeuses, elle est complètement au-dessus du lot. Elle a pris six départs cet hiver et elle en a gagné cinq. Le seul qu'elle n'a pas gagné c'est du slalom. En snowboard c'est un monstre". En effet, puisque dans cette discipline, elle gagne encore la dernière épreuve de la saison à Scuol (Suisse) le 10 mars 2018, et s'adjuge haut la main Le globe de la discipline… son troisième consécutif.

Comme l'explique la FIS, "la route menant Ester Ledecká aux sports professionnels a été pavée dès le jour de sa naissance", le 23 mars 1995 à Prague. Sa mère, Zuzana, est une patineuse artistique émérite, son père, Janek, est un chanteur connu en République tchèque et son grand-père, Jan Klapáč, a été membre de l'équipe tchécoslovaque de hockey sur glace médaillée de bronze à Innsbruck en 1964 et d'argent à Grenoble en 1968. Ester est une sportive multicartes dès son enfance, démarrant par le hockey sur glace, sur les skis à l'âge de quatre ans, avant de se mettre au snowboard. Elle joue de la guitare, adore chanter, et pratique aussi des sports d'été comme le beach-volley et la planche à voile.

Ester Ledecká - PyeongChang 2018 Getty Images
Répétition de l'exploit en Coupe du monde !

Lors de la saison 2018-2019, Ester Ledecká remporte pour la quatrième fois consécutive la Coupe du monde de parallèle en snowboard et totalise dans la discipline 17 victoires et 28 podiums en 50 départs. Elle participe également à la Coupe du monde et aux Mondiaux (à Åre en Suède) de ski alpin dans les épreuves de vitesse, avec pour meilleur résultat une 8e place dans la descente de Cortina d'Ampezzo. Mais arrive l'hiver 2019-2020, où la double championne olympique ne s'aligne que sur deux planches.

Ester Ledecká - PyeongChang 2018 Getty Images

Et… la voilà au départ de la première descente de la saison à Lake Louise le 7 décembre dernier, dossard n° 26 sur le dos, comme lors de sa victoire aux Jeux de PyeongChang. Elle dévale les 2 544 m à une vitesse supersonique et s'impose devant la Suissesse Corine Suter à 35/100e et l'Autrichienne Stephanie Venier à 45/100e. Comme en République de Corée, elle ne manifeste aucune joie dans l'aire d'arrivée, expliquant après coup : "Je ne pensais pas avoir fait une bonne course, je n'étais pas contente en franchissant la ligne d'arrivée, alors j'ai vraiment été surprise". Après l'avoir fait aux Jeux, elle est la première à réaliser le même exploit en Coupe du monde de snowboard et de ski alpin. Décidément, on ne connait pas ses limites !

back to top En