skip to content

Le jeune Colombien Juan Sebastián Sánchez Díaz utilise le hockey pour promouvoir la paix et l'intégration

Young Leader Juan Sanchez Juan Sebastián Sánchez Díaz
Malgré les nombreuses difficultés que nous traversons actuellement avec l'épidémie de COVID-19, et à la veille de la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix célébrée le 6 avril, nous prenons un moment pour réfléchir à ce que le sport peut apporter en termes de cohésion sociale et de construction communautaire, deux piliers dont le monde aura encore plus  besoin une fois qu'il se sera remis de cette crise sanitaire sans précédent.

Juan Sebastián Sánchez Díaz se sert du sport pour promouvoir la santé et la réconciliation en Colombie depuis six ans. À quelques jours de la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix, il est fier de pouvoir constater d'importants progrès. 

Pour Juan Sebastián Sánchez Díaz, la date du 6 avril est des plus significatives. En 2013, l'Assemblée générale des Nations unies a déclaré que cette journée – qui correspond au début des premiers Jeux Olympiques de l'ère moderne à Athènes en 1896 – était une célébration du pouvoir qu'a le sport de favoriser la paix et la compréhension. C'est exactement le message que Juan Sebastián Sánchez Díaz s'attache à diffuser dans un pays longtemps ravagé par des conflits internes.

"Nous avons constaté un changement de mentalité chez la majorité des élèves avec lesquels nous travaillons", a déclaré Juan Sebastián Sánchez Díaz à propos de son initiative "atelier olympique", laquelle introduit le hockey dans les écoles publiques et encourage les communautés à se réconcilier.

"Comprendre à quel point les grands noms du sport sont en Colombie des modèles pour la jeunesse, et le pouvoir qu'ils ont d'apporter des changements à de multiples communautés et personnes, a été l'un des messages qui m'a le plus frappé."

Young leader Juan Sanchez Juan Sebastián Sánchez Díaz

Si Juan Sebastián Sánchez Díaz a participé à de nombreux ateliers depuis son retour, inspiré par son passage en tant que jeune ambassadeur aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing 2014, c'est un événement récent qui l'a vraiment enthousiasmé.

"Nous avons un exemple très particulier à Duitama, une ville de Colombie, où les élèves ont décidé de développer le club de sport local et ont décidé de commencer à former plus de personnes dans la communauté", a expliqué Juan Sebastián Sánchez Díaz.

"Cela signifie que les élèves ont dû explorer de multiples options de financement telles que le financement participatif et les tombolas pour maintenir leur club en activité. Ils ont été en contact avec la Fédération colombienne de hockey sur gazon et sont en passe de devenir des entraîneurs officiels et même des émissaires au service du développement du sport dans le pays."

C'est un grand pas en avant pour un projet qui a toujours compté sur l'enthousiasme des entraîneurs et sur la volonté des écoles de mettre en avant les avantages que le hockey peut apporter. Les besoins en crosses et en balles, et dans une moindre mesure en terrains sur lesquels jouer, ont longtemps été un obstacle. Mais Juan Sebastián Sánchez Díaz estime qu'il fait de réels progrès dans ce domaine.

Young leader Juan Sanchez Juan Sebastián Sánchez Díaz

"Nous cherchons de nouvelles façons de créer des entreprises sociales et durables en organisant l'atelier olympique", explique le jeune homme de 26 ans. "Nous étudions comment fabriquer les crosses de hockey, les uniformes et les balles en utilisant des matériaux recyclés et en associant la communauté au sens large au projet."

"Cela signifie que nous pouvons commencer à nous concentrer sur deux objectifs. D'une part, organiser notre atelier et laisser les équipements sportifs nécessaires pour créer des clubs de sport et, d'autre part, générer des revenus, grâce à l'utilisation de matériaux recyclés, pour les communautés, tout en les faisant participer davantage au projet."

C'est une équation gagnant-gagnant. Tout comme l'anonymat relatif du hockey dans un pays obnubilé par le football – un fait que de nombreux observateurs pourraient, à juste titre mais à tort, considérer comme un problème important.

Young Leader Juan Sanchez Juan Sebastián Sánchez Díaz 

"Étant un sport que peu de personnes connaissent en Colombie, il est plus facile de générer des discussions où tout le monde apprend et où personne n'a de point de vue fort et immuable", a déclaré Juan Sebastián Sánchez Díaz. "Cela nous permet de créer un environnement participatif où tout un chacun se sent le ou la bienvenu(e) et où nous apprenons tous en même temps."

La capacité à réagir et à s'adapter, ainsi qu'à persévérer et à promouvoir, a été la clé d'un projet qui a été lancé fin 2014. Le dernier grand changement en date, à savoir que l'atelier olympique ait élargi son offre pour s'adresser aux personnes ayant des besoins particuliers, a été bien accueilli.

"Je ne dirais pas que nous sommes à 100 % d'intégration parce que chaque contexte dans lequel nous réalisons le projet est très différent", a déclaré Juan Sebastián Sánchez Díaz. "Toutefois, notre objectif est de mobiliser les élèves souffrant de handicaps cognitifs afin de commencer à former la première équipe de para-hockey du pays."

Young leader Juan Sanchez Juan Sebastián Sánchez Díaz

"À cette fin, nous formons les formateurs et essayons de faire participer les personnes qui accompagnent les élèves afin que ce ne soit pas seulement un processus avec l'élève mais avec la famille dans son ensemble, en particulier dans les endroits où la pauvreté et la violence sont les plus fortes, où nos efforts contribuent le plus à la réduction des inégalités."

"Cela signifie que nous ne nous concentrons pas uniquement sur les élèves ayant des besoins particuliers. Nous essayons d'avoir un projet qui inclut autant de personnes que possible des communautés où nous le mettons en œuvre."

Cet effet en cascade est impressionnant, tout comme l'ambition de Juan Sebastián Sánchez Díaz.

"Je suis toujours intéressé par l'idée d'amener le projet dans des régions plus éloignées du pays", a-t-il déclaré. "Je veux également continuer à explorer d'autres sports qui peuvent compléter les processus de paix et de réconciliation dans le pays, contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable et renforcer mon travail avec le Comité National Olympique colombien et les fédérations sportives nationales."

Pour la quatrième année consécutive, le CIO est heureux de pouvoir compter sur le soutien du partenaire TOP Panasonic dont la générosité a permis de développer le programme des jeunes leaders du CIO.

back to top En