skip to content
Date
24 juil. 1980
Tags
Moscou 1980

Le gymnaste Dityatin sort de l'ombre

Alexander Dityatin parvint finalement à sortir de l’ombre de son collègue russe, le gymnaste Nikolai Andrianov, d’une manière spectaculaire lors des Jeux Olympiques de 1980 à Moscou.


Après avoir été le chouchou des épreuves masculines à Montréal quatre ans plus tôt en enthousiasmant le public par son audace et son efficacité, Andrianov avait remporté quatre médailles d’or, dont celle de la discipline reine, le concours général.

Dityatin, nouveau venu de 19 ans qui ne s’était que peu frotté à la scène internationale avant d’arriver au Canada, avait terminé au bas du podium du concours général à un demi-point seulement du célèbre Japonais Mitsuo Tsukahara et de sa médaille de bronze.

Il s’assura également l’argent dans l’épreuve par équipes et aux anneaux, faisant l’éclatant étalage de son talent.

Dityatin avait mûri sur le tard avant d’exploser littéralement après une carrière prometteuse au niveau junior. Aux Jeux de Montréal, sa nouvelle célébrité n’était pas encore bien établie et ses performances, qui soulèveraient l’enthousiasme de son public quatre ans plus tard, n’étaient pas encore tout à fait rôdées.

C’est aux Mondiaux de 1979 à Forth Worth, Texas, qu’il fut évident que la Russie avait trouvé un héritier pour occuper le trône d’Andrianov.

Dityatin apporta à la Russie l’or par équipes, l’or du concours général et l’or encore au saut, ce qui le fit entrer dans le livre des records de Moscou.

Alors que la compétition se déroulait au Palais des Sports de Moscou en 1980, les médias russes se faisaient l’écho de la lutte entre leurs deux vedettes.

Tous deux suivirent de près le Bulgare Stoyev Deltchev en commençant à la barre fixe avant que la compétition ne tourne en duel entre les deux favoris du public.

Dityatin se profila en tête après les barres parallèles mais c’est avec un saut inoubliable qu’il mit véritablement le feu dans le public en obtenant la note parfaite de 10, une première dans une compétition olympique masculine, quatre ans après l’exploit réalisé à Montréal chez les féminines par la grande Nadia Comaneci.

Andrianov continua de talonner son compatriote, mais malgré son dernier passage au sol sous la normale, Dityatin avait une réserve suffisante pour conserver l’or.

Il repartira de Moscou avec huit médailles, dont quatre d’or, soit le plus grand nombre jamais remporté par un individuel dans des Jeux. Peu après, une blessure contractée à l’entraînement mettra prématurément un terme à sa carrière.

back to top