skip to content
Carl Lewis
Date
29 juil. 1996
Tags
Atlanta 1996 , Actu CIO , Athlétisme

Le grand Lewis bondit vers sa neuvième victoire olympique


Carl Lewis, âgé de 35 ans au moment des Jeux d’Atlanta en 1996, jouissait déjà d’un palmarès exceptionnel. Au cours des trois éditions précédentes des Jeux Olympiques, il avait participé à neuf épreuves et remporté huit médailles d’or et une d’argent. Il avait particulièrement marqué les esprits en s’imposant à chacune des épreuves de saut en longueur, devenant l’un des très rares olympiens à remporter trois fois de suite la même épreuve individuelle. Seuls deux athlètes étaient déjà parvenus à décrocher l’or olympique pour la même épreuve individuelle quatre fois d’affilée. Carl Lewis était bien décidé à accomplir le même exploit à Atlanta.

Cette fois, le saut en longueur était la seule épreuve à laquelle il prenait part, d’autres athlètes ayant été retenus pour le 100 m. Lewis savait que l’un de ses coéquipiers, Mike Powell, représentait un adversaire de taille en saut en longueur. Powell avait accumulé 34 victoires consécutives après les Jeux de 1992 et il arrivait à Atlanta en pleine forme. Quant au Cubain Ivan Pedroso, il s’était imposé l’année précédente comme le meilleur sauteur au monde, mais ses performances risquaient d’être compromises par une blessure.

Malgré son palmarès remarquable, Lewis s’était qualifié de justesse dans l’équipe américaine et était considéré comme un outsider. Après deux sauts de qualification, il n’était que 15e, alors que seuls les 12 premiers athlètes étaient assurés d’accéder à la finale. Mais lors du dernier saut de qualification, il rappela à tous de quoi il était capable, signant le meilleur résultat de la compétition et confirmant sa place en finale.

Carl Lewis Getty

Ses deux premiers sauts de la manche finale le classèrent en 3e place. Il réalisa alors une autre performance exceptionnelle en enregistrant une distance de 8,50 m, son meilleur résultat obtenu au niveau de la mer depuis les Jeux de Barcelone en 1992, quatre ans auparavant. C’était un exploit que personne ne pouvait espérer égaler.

Pour Powell, en revanche, ce fut une journée particulièrement décevante. Non seulement son grand rival s’appropria la victoire, mais Powell lui-même se blessa lors de la cinquième manche, terminant cinquième et manquant le podium. Quant à Lewis, il remplit un flacon avec du sable du stade d’Atlanta, en souvenir de sa neuvième et dernière médaille d’or olympique.

back to top En