skip to content

Le feu d'artifice final pour Ole Einar Bjørndalen à Sotchi 2014

Date
19 févr. 2020
Tags
Actualités Olympiques, Sotchi 2014, Biathlon, Norvège
Le 19 février 2014 à Sotchi, Ole Einar Bjørndalen est l'artisan de la victoire de la Norvège dans le premier relais mixte de biathlon disputé aux Jeux. Déjà vainqueur du sprint dix jours plus tôt, il remporte ainsi son huitième titre olympique et sa treizième médaille pour s'installer tout en haut du palmarès des sportifs aux Jeux Olympiques d'hiver.

Né à Drammen (au sud de la Norvège) le 25 janvier 1974, Ole Einar Bjørndalen arrive à Sotchi pour disputer ses sixièmes Jeux, quelques jours après avoir fêté ses 40 ans. Il compte déjà onze médailles olympiques, dont six en or, après avoir notamment réalisé un Grand Chelem à Salt Lake City 2002 (quatre épreuves au programme, quatre titres). En Coupe du monde, il détient un record de 93 victoires, mais il n'a pas remporté une seule épreuve depuis 2012. Aux championnats du monde, ses dernières victoires individuelles remontent à l'édition 2009 où il a gagné le sprint, la poursuite, et l'épreuve individuelle.

"Combien de médailles à Sotchi ?"

Qu'est-ce qui l'attend dans le sprint qui ouvre les compétitions de biathlon au stade Laura le 8 février 2014 ? Le "Cannibale" norvégien, qui pendant une décennie a fait les beaux jours de son sport à travers sa rivalité avec le Français Raphaël Poirée, va surprendre son monde. Il n'est pas le plus rapide dans le premier tour, loin de là, il passe le premier tir couché sans faute, puis il augmente progressivement son rythme. Au deuxième tir debout, il rate une cible et part faire un tour de pénalité. Mais Ole Einar Bjørndalen a gardé des réserves, et le meilleur pour la fin ! Son dernier kilomètre est supersonique. Avec son dossard n°24, il passe la ligne d'arrivée en 24:33.5 et bat l'Autrichien Dominik Landertinger, qui a réalisé le 10 sur 10 face aux cibles, de 1 seconde et 3 centièmes. Le Tchèque Jaroslav Soukup, lui aussi sans faute, vient décrocher le bronze à plus de 5 secondes. Martin Fourcade, une faute aussi, est sixième à 12 secondes. Quelle sensation !

Ole Einar Bjoerndalen 2014 Getty Images

"Combien de médailles à Sotchi ? Je suis déjà satisfait avec celle-là, c'est assez", confie celui qui égale désormais son compatriote Bjorn Daehlie au sommet du palmarès des Jeux Olympiques d'hiver avec 12 podiums. Mais à ce point des Jeux au bord de la mer Noire, Ole Einar Bjørndalen totalise sept titres, quand Bjorn Daehlie en a gagné huit. Dans la poursuite remportée par Martin Fourcade, il commet trois fautes au tir et termine quatrième à une seconde du podium. Dans l'épreuve individuelle, il est à quatre fautes et se classe 34e à presque quatre minutes du même Martin Fourcade, vainqueur. Lors de la mass-start, qui s'achève par une victoire du bout du ski de son compatriote Emil Hegle Svendsen face à Martin Fourcade, il rate six cibles et s'installe à la 22e place.

Ole Einar Bjoerndalen 2014 Getty Images

Un dernier titre collectif dont il est l'artisan

Le 19 février est donné le départ d'une nouvelle épreuve inscrite au programme, le relais mixte. Tora Berger lance la Norvège en tête malgré deux erreurs au tir. Tiril Eckhoff lui succède, sans faute, mais elle est dépassée par la Tchèque Gabriela Soukalova. Celle-ci transmet le relais à Jaroslav Soukup avec une petite seconde d’avance. Ole Einar Bjørndalen s’élance en troisième relayeur pour son équipe. À 40 ans, celui qui compte à ce point pratiquement autant d'anniversaires que de podiums mondiaux (39), va réussir son coup. Mieux, c'est lui qui va encore être l'artisan du succès de la Norvège, ne se contentant pas de faire partie du collectif pour collectionner les médailles.

Ole Einar Bjørndalen fait un sans faute au tir alors que derrière lui Jaroslav Soukup en commet deux en tout, et l’Italien Dominik Windisch, quatre. Les autres équipes ne sont déjà plus en course pour le podium. Il vole sur ses skis, et à la fin de son effort, Ole Einar Bjørndalen a repoussé très loin toute la concurrence, puisque Emil Hegle Svendsen démarre le dernier relais avec 43 secondes d'avance… 24h après sa victoire dans la mass-start, Emil Hegle Svendsen n'a plus ensuite qu'à gérer son effort pour savourer ce succès et parachever le triomphe de la Norvège qui devance finalement la République tchèque (Veronika Vitkova, Gabriela Soukalova, Jaroslav Soukup, Ondrej Moravec) de 32.6, et l’Italie (Dorothea Wierer, Karin Oberhoffer, Dominik Windisch, Lukas Hofer) de 58.2. L’Allemagne prend la 4e place plus de 40 secondes derrière.

Ole Einar Bjoerndalen 2014 Getty Images

Avec cette médaille d’or, sa deuxième à Sotchi après sa victoire dans le sprint, Ole Einar Bjørndalen porte son total de médaille à treize : deux à Nagano en 1998 (1 or, 2 argent), quatre en or Salt Lake City en 2002, trois à Turin en 2006 (2 argent, 1 bronze), deux à Vancouver en 2010 (1 or, 1 argent) et donc, deux en or à Sotchi 2014… Il dépasse Bjorn Daehlie, comptant désormais le même nombre de titres, et devient le sportif le plus médaillé aux Jeux d'hiver depuis 1924.

"C'est cool, cela représente beaucoup pour moi. Je suis vraiment reconnaissant de tout ça, je vais la jouer doucement. Je suis avant tout très heureux pour mon équipe", indique le roi Ole. "Ce soir, tout le monde a fait de son mieux et quant à moi, revenir après des années de mauvais résultats et être dans cette forme, c'est vraiment bien. Mon tir était vraiment bon, j'étais plus concentré qu'hier dans la mass-start. Aujourd'hui, ça fonctionnait de nouveau. J'étais vraiment nerveux avant la course parce que vous ne courrez pas seulement pour vous-même mais aussi pour les autres, pour l'équipe. Je ne m'y suis pas préparé, c'est un rêve."

"Notre performance est unique", confie-t-il encore. "C'était vraiment une belle course, on a eu quelques soucis, mais toutes les grandes équipes en ont eus. Je vis de grandes choses et les Jeux ne sont pas encore terminés. C'est difficile de réaliser ce qui se passe ici, et je comprendrai sans doute plus tard. Le premier sentiment, là, c'est la fatigue. Mais bien sûr, il y a de la joie aussi. Les premières secondes, vous réalisez surtout que vous avez fait une belle course, et puis ensuite c'est de la fierté."

Ole Einar Bjoerndalen 2002 Getty Images

Avec la Chine sur la route des Jeux de Beijing 2022

Il reste encore une course à Sotchi, le relais hommes. En troisième position, Ole Einar Bjørndalen maintient son équipe en tête, mais c'est Emil Hegle Svendsen qui craque ensuite au tir et la Norvège termine à la quatrième place. Qu'importe, avec deux nouveaux titres à Sotchi, le biathlète quadragénaire a plus que réussi ses Jeux, et comme le rappelle sa coéquipière Tiril Eckhoff : "C'est le roi du biathlon, il n'y a rien d'autre à ajouter."

Après ces Jeux, "OEB" souhaite participer à ceux de PyeongChang 2018, c'est la raison pour laquelle il démissionne de la commission des athlètes du CIO à laquelle il a été élu par ses pairs en Russie. Il remporte encore six médailles aux Mondiaux (2015, 2016, 2017) pour porter son record à 45 podiums dont 20 titres. Il s'adjuge une dernière victoire en Coupe du monde, l'Individuelle d'Östersund le 2 décembre 2015 pour arriver au total inégalable et inégalé de 95 victoires (136 en comptant les relais) et 250 podiums. Mais il ne parvient pas à se qualifier pour ses septièmes Jeux à 44 ans et annonce le 3 avril 2018 qu'il prend sa retraite sportive, salué par l'ensemble du monde sportif. Aujourd'hui, en compagnie de son épouse triple championne olympique Darya Domracheva, il reste très présent dans le monde du biathlon avec son rôle d'entraîneur en chef de l'équipe de Chine en route vers les Jeux de Beijing 2022.

back to top En