skip to content
Getty Images
Date
16 mai 2017
Tags
PyeongChang 2018 , Actualités Olympiques , Curling

Le double mixte en curling : plus vite, plus fun !

Le 8 juin 2015 à Lausanne, la commission exécutive du CIO a arrêté le programme définitif des Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018. Plusieurs nouvelles épreuves ont été ajoutées, et parmi elles, la compétition de double mixte en curling. Comme l’épreuve par équipes mixtes en ski alpin, le Big Air en snowboard ou les courses de patinage de vitesse départ groupé, cette nouvelle compétition s’inscrit dans le droit fil des réformes engagées dans le cadre de l'Agenda olympique 2020.

"Le double mixte est une épreuve plus courte, et c’est une discipline totalement différente du curling traditionnel", explique Kate Caithness, présidente de la WCF (la Fédération mondiale de curling). "À Rio en 2016, le rugby à 7 a montré à quel point des versions condensées de sports bien connus pouvaient susciter un intérêt nouveau. L’arrivée de cette discipline signifie également que pour la première fois, le curling sera au calendrier des Jeux tous les jours, ce qui va donner à notre sport une visibilité sans précédent."

Cela ouvre aussi la perspective de fêter des vainqueurs inattendus. "Le double mixte a permis à des fédérations plus modestes ou plus jeunes de monter sur le podium", confie Kate Caithness. "Nous avons par exemple récompensé les doubles champions de Hongrie, les médaillés de bronze 2014 espagnols et les vice-champions 2010 néo-zélandais."

Getty Images
Plus vite, plus fun

Le double mixte présente quelques particularités notables par rapport au curling traditionnel, composé d'équipes de quatre joueurs/joueuses. Il se joue en huit manches ("ends") au lieu de dix. Les parties sont bien plus rapides. Chaque équipe dispose de six pierres (au lieu de huit) et en lance cinq par manche. Le joueur qui lance la première pierre d’une équipe doit également lancer la dernière pierre de cette manche. C’est à dire qu’il dispose du "marteau" (comme on appelle la situation où une équipe est appelée à jouer le dernier coup de la manche). L’autre membre de l’équipe lance les deuxième, troisième et quatrième pierres. Le joueur lançant la première pierre peut changer à chaque manche. Les deux membres d’une équipe ont tous deux un balai, et celui/celle qui lance vient chauffer la glace devant la pierre en compagnie de son coéquipier/coéquipière. Par ailleurs, le "temps de réflexion" est réduit à 22 minutes en tout dans le double mixte.

Au départ d’une manche, deux pierres sont pré-positionnées sur la patinoire. Une pour chaque équipe. Elles sont toutes deux placées sur la ligne médiane, l’une dans le cercle central de la "maison", l’autre sur un des trois points situés entre la maison et la "hog line" (c’est la ligne qu’une pierre doit dépasser pour rester en jeu). L’équipe qui perd la manche pré-positionne les deux pierres au début de la manche suivante. Celles-ci ne peuvent pas être touchées, ni aucune autre pierre placée, avant le lancement de la quatrième pierre.

"Chaque lancer est plus appuyé, puisqu’il y a moins de situations à sauver", explique ainsi le jeune curleur canadien Colin Hodgson, traditionnellement membre de l’équipe du champion du monde 2011 Reid Carruthers et qui s’est mis au double mixte avec ses compatriote Chelsea Carey puis Joanne Courtney, ces duos étant en course pour représenter le Canada à PyeongChang en 2018. "C’est très différent du curling traditionnel, et on continue à apprendre les différentes stratégies. C’est un jeu beaucoup plus physique. C’est drôle de voir tous les skips dans les vestiaires se plaindre d’avoir des douleurs partout !".

Un sixième titre mondial pour la Suisse en 2017

Le 29 avril 2017, le double suisse Jenny Perret et Martin Rios s’impose en finale des Championnats du monde disputés à Lethbridge au Canada, face au duo local composé de Joanne Courtney et Reid Carruthers. Le suspense dure jusqu’à la toute dernière pierre : une erreur de Joanne Courtney sur son dernier lancer, alors que le Canada mène de trois points à l’entrée de la huitième et dernière manche, ouvre la voie à Jenny Perret qui dispose du "marteau" et qui, sur un coup magistral, offre quatre points d’un coup à la Suisse pour une victoire 6-5. Ainsi, la Suisse décroche son sixième titre depuis les premiers Championnats du monde de la discipline en 2008. Martin Rios est sacré champion du monde pour la deuxième fois depuis l’édition de 2012 remportée avec Nadine Lehmann. C'est par ailleurs la cinquième fois que la Suisse traverse un Mondial en restant invaincue, succédant à la Russie qui s'était imposée en 2016 face à la Chine. "Je pense que le rêve devient réalité", a noté Martin Rios. "Jouer contre le Canada dans une finale de championnat du monde au Canada et, à la fin, l'emporter, c’est incroyable !".

Getty Images

Ces Mondiaux 2017 faisaient également office d'épreuve de qualification pour les Jeux Olympiques de PyeongChang 2018. Ainsi, le classement final fait apparaître les duos qui ont permis à leurs CNO respectifs de se qualifier pour les débuts de la discipline sur la grande scène olympique : Suisse, Canada, Chine, Norvège, Finlande, Russie et États-Unis rejoignent ainsi la République de Corée automatiquement qualifiée en tant que pays hôte pour se disputer le podium dans le centre de curling de Gangneung en février prochain. Joanne Courtney, médaillée d’argent des Mondiaux 2017, ne s’y est d’ailleurs pas trompée : "Nous sommes fiers de nous. Nous sommes venus ici dans le but d’emmener le Canada aux Jeux Olympiques, et c’est ce que nous avons fait. Nous voulions une médaille et nous l’avons eue. Nous avons de quoi être satisfaits".

back to top En