skip to content
2016 Getty Images
Date
23 avr. 2018
Tags
Actualités Olympiques , Tokyo 2020
Tokyo 2020

Le dentiste véliplanchiste qui visera l’or à Tokyo

Pierre le Coq est sans doute le dentiste le plus cool du monde. Lorsqu’il ne soigne pas les dents de ses patients dans sa ville natale de Saint-Brieuc (France), il arpente les côtes bretonnes pour travailler ses talents de véliplanchiste grâce auxquels il a déjà décroché une médaille olympique.

Planche à voile et médecine dentaire forment une association détonante, mais elle a joliment souri à Pierre Le Coq jusqu’ici. Double champion du monde, il a également remporté la médaille de bronze en RS:X aux Jeux de Rio en 2016, où il avait rebondi après "un départ catastrophique" pour remonter son retard et se hisser sur le podium.

Au terme de la phase initiale du tournoi, il occupait en effet la 17e place : il a dû employer toute sa détermination et sa force de concentration pour faire tourner le vent en sa faveur. Comme il l’explique, passion et souci du détail sont essentiels dans son travail de tous les jours, et il estime que ce sont des atouts qui l’ont aidé à atteindre les sommets dans son sport.

Des débuts prometteurs

Né dans une famille d’amateurs de planche à voile, Pierre Le Coq a découvert cette discipline à 11 ans dans le club nautique de Saint-Brieuc, dont il est toujours membre. Très vite, son talent s’est affirmé et, à l’âge de 17 ans, il était sacré champion du monde junior, un titre qu’il conservait l’année suivante.

Mais au lieu de passer au niveau supérieur, le Breton a fait une pause dans sa carrière sportive pour se consacrer à ses études de médecine, qui l’ont complètement absorbé pendant plusieurs années.

Getty Images

Toutefois, il n’a jamais perdu de vue ses ambitions de devenir un sportif d’élite. Son diplôme de dentiste en poche, il faisait immédiatement son retour sur le circuit international de la planche à voile.

"Ça a été difficile de revenir au haut niveau, mais je n’ai jamais perdu de vue mes objectifs", confiait-il.

Reprise de la chasse aux médailles

Très rapidement, Pierre Le Coq est reparti à la chasse aux médailles : en 2012, il remporte le bronze en Coupe du monde, avant de monter sur la 3e marche du podium au Championnat d’Europe l’année suivante. En 2014, il gagne sa première épreuve de Coupe du monde.

Getty Images

Il est évidemment compliqué de mener de front l’entraînement et son métier de dentiste. Détendu en apparence, Pierre Le Coq cache en fait une rigueur quasi militaire dans la gestion de son emploi du temps et de ses engagements. Mais après avoir goûté au succès aux Jeux Olympiques, le Français a maintenant Tokyo 2020 en ligne de mire.

"Chaque fois que je regarde ma médaille de bronze gagnée à Rio, je me sens motivé, dit-il, et j’espère que je pourrai améliorer la couleur la prochaine fois."

Getty Images
back to top En