skip to content
Date
06 sept. 2001
Tags
Actu CIO , Communiqué de presse

LE CIO SE FELICITE DES PROGRES ACCOMPLIS A TURIN


Turin, le 6 septembre 2001 - La commission de coordination du CIO pour les XXes Jeux Olympiques d’hiver à Turin est satisfaite des progrès réalisés à ce jour mais estime qu’il y a encore un travail énorme à accomplir pour organiser des Jeux de grande qualité en 2006. La commission a rendu sa conclusion à l’issue d’une réunion de deux jours à Turin avec le comité d’organisation des Jeux Olympiques à Turin (TOROC).

“Le TOROC a mis sur pied une bonne structure se préparant à aborder la tâche énorme qui se présente”, a déclaré Jean Claude-Killy, président de la commission de coordination. “Chaque édition des Jeux apporte son lot de difficultés, mais nous avons confiance en la capacité du TOROC à les surmonter. Le TOROC a déjà obtenu de bons résultats”.

La commission de coordination a constaté des progrès dans la plupart des secteurs clés, notamment celui du sport, du marketing, de la communication et de la technologie. Le TOROC est opérationnel et a établi une bonne collaboration avec l’agence responsable de la construction des sites et d’autres infrastructures. Il entretient également de bonnes relations avec les Fédérations Internationales de sport (FI) qui toutes ont déjà donné leur aval pour le choix des sites sportifs. Le TOROC tire également profit du programme de transfert des connaissances du CIO récemment mis au point dans le but de sauvegarder et transmettre le savoir-faire des précédents organisateurs.

La commission a adressé ses compliments au TOROC en indiquant malgré tout les secteurs auxquels il devra accorder la priorité dans les prochains mois :

Hébergement – Il est impératif d’assurer rapidement un nombre de lits suffisant dans la région olympique afin de répondre aux besoins de toutes les catégories de personnes qui se rendront aux Jeux. La coordination des services entre les trois villages olympiques qui accueilleront les athlètes exigera une planification particulière.
Construction – Des mesures devront être prises pour veiller à ce que les travaux de construction sur les sites débutent en 2002 afin que tout soit prêt pour accueillir des épreuves tests en 2005.
Transport – Ce secteur mérite une attention particulière en raison de la décentralisation des Jeux. Le directeur chargé des transports devra être nommé sans tarder afin de mettre en place une structure interne.
Observation à Salt Lake City – L’une des priorités est de préparer le personnel qui se rendra aux Jeux Olympiques d’hiver de 2002 à Salt Lake City à accomplir efficacement sa mission d’observation. Ces Jeux représentent en effet la seule chance pour le TOROC d’apprécier l’ampleur de la tâche d’organisation et de gestion des Jeux. Les leçons apprises à Salt Lake City permettront aux organisateurs de passer au degré supérieur dans leurs préparatifs.

Il faudra également songer à garantir un héritage positif pour le sport et l’environnement en intégrant cet aspect dans tous les secteurs de l’organisation. A ce titre, la commission de coordination a examiné avec le CONI les projets pour l’entraînement des équipes italiennes dans les sports d’hiver et elle a encouragé le CONI à renforcer davantage son programme.

La commission de coordination du CIO rencontrait le TOROC pour la deuxième fois dans un effort commun de livrer des Jeux Olympiques d’hiver du plus haut niveau à Turin. La commission de coordination a ainsi examiné les plans dressés par le TOROC et prodigué à ce dernier des conseils sur la base de l’expérience de la gestion des Jeux Olympiques que possèdent ses membres. Cette réunion de la commission plénière fait suite à une série de séances de groupes de travail issus de la commission avec les responsables de secteurs définis au sein du TOROC.

Dans les mois qui viennent, les groupes de travail de la commission de coordination continueront à rencontrer les responsables correspondants du TOROC et la commission plénière se rendra à nouveau officiellement à Turin en juin 2002.

La commission de coordination du CIO comprend des experts dans les divers domaines de la gestion des Jeux Olympiques, d’anciens cadres de comités d’organisation, des représentants des athlètes, des Comités Nationaux Olympiques (CNO) et des Fédérations Internationales de sport (FI), ainsi que des directeurs du CIO qui gèrent les différents secteurs de l’organisation des Jeux Olympiques. La commission qui se réunit au moins deux fois par an avec le COJO pour apporter son assistance et dans certains cas recommander l’approbation des projets du COJO, agit comme un organe consultatif auprès de la commission exécutive du CIO.




back to top