skip to content
IOC
Date
28 sept. 2016
Tags
Actualités Olympiques , Communiqué de presse , Éthique ,
Actualités Olympiques

Le CIO sanctionne trois athlètes pour prise de paris sur les compétitions olympiques de Rio 2016


Protéger l'intégrité du sport aux Jeux Olympiques est une priorité absolue du Comité International Olympique (CIO). Plusieurs mesures efficaces ont ainsi été mises en place durant les Jeux Olympiques de Rio 2016, aussi bien dans le village olympique qu'en coulisse.

Parmi ces mesures, la mise en service, en collaboration avec des experts du comité d'organisation de Rio 2016, d'une unité conjointe de renseignements sur l'intégrité (JIIU), le renforcement du système d'information sur les paris et l'intégrité (IBIS) et, pour la première fois, la mise en application du Code du Mouvement olympique sur la prévention des manipulations des compétitions.

Pour rappel, les participants aux Jeux Olympiques ne sont pas autorisés à parier sur les compétitions olympiques et sont tenus de signaler toute tentative ou soupçon de manipulation.

Le CIO a annoncé aujourd'hui que trois athlètes avaient été sanctionnés, par des commissions disciplinaires constituées pour l'occasion, pour manquement aux Règles de Rio 2016 sur la prévention des manipulations des compétitions. Étant donné qu'il n'y a pas eu intention de manipuler une épreuve, les trois athlètes se sont vu infliger un blâme sévère et sont tenus de participer à divers programmes de formation sur l'intégrité.

Détail des décisions ci-après :

Michael John Conlan, 24 ans, originaire d'Irlande, qui concourrait en boxe (AIBA) dans l'épreuve masculine des poids coq (56 kg), a parié sur des combats de boxe aux Jeux Olympiques de Rio 2016.

La commission disciplinaire du CIO, composée pour ce cas de Denis Oswald (président), Angela Ruggiero et Karl Stoss, a décidé ce qui suit :

  1. L'Athlète, Michael John Conlan :

  • est reconnu coupable d'avoir enfreint le Règlement d'application, pendant les Jeux de la XXXIe Olympiade à Rio de Janeiro, du Code du Mouvement olympique sur la prévention des manipulations des compétitions;

  • se voit infliger un blâme sévère;

  • est tenu de prouver, afin de pouvoir être accrédité pour la prochaine édition des Jeux Olympiques à Tokyo en 2020, dans l'éventualité où il serait admis à concourir, qu'il a suivi avec succès le programme de formation du CIO;

  • est tenu de soutenir, en y participant activement, les programmes de formation organisés soit par le Comité National Olympique d'Irlande, soit par l'AIBA, soit par le CIO.

  1. Le Comité National Olympique d'Irlande :

  • se voit infliger un blâme pour ne pas avoir informé correctement ses athlètes du contenu des différentes règles qui leur étaient applicables à l'occasion des Jeux Olympiques à Rio et du contrat qu'ils ont signé;

  • est tenu de s'assurer que la préparation de sa délégation pour les Jeux Olympiques (hiver et été) prévoit une formation complète en matière de prévention des manipulations de compétitions et des paris sur les Jeux Olympiques s'appuyant sur le matériel didactique remis aux CNO par le CIO.

  1. L'AIBA :

  • est priée, d'une part, de veiller à ce que les règles et règlements applicables à ses compétitions soient conformes au Code du Mouvement olympique sur la prévention des manipulations des compétitions et, d'autre part, de mettre en place des programmes de formation sur la prévention des manipulations de compétitions et des paris sur les Jeux Olympiques s'appuyant sur le matériel didactique remis aux FI par le CIO.

Le texte complet de la décision est disponible ici.

 

Steve Gerard Donnelly, 27 ans, originaire d'Irlande, qui concourrait en boxe (AIBA) dans l'épreuve masculine des poids mi-moyens (69 kg), a parié sur plusieurs combats de boxe aux Jeux Olympiques de Rio 2016.  

La commission disciplinaire du CIO, composée pour ce cas de Denis Oswald (président), Tony Estanguet et Karl Stoss, a décidé ce qui suit :

  1. L'Athlète, Steve Gerard Donnelly :

  • est reconnu coupable d'avoir enfreint le Règlement d'application, pendant les Jeux de la XXXIe Olympiade à Rio de Janeiro, du Code du Mouvement olympique sur la prévention des manipulations des compétitions;

  • se voit infliger un blâme sévère;

  • est tenu de prouver, afin de pouvoir être accrédité pour la prochaine édition des Jeux Olympiques à Tokyo en 2020, dans l'éventualité où il serait admis à concourir, qu'il a suivi avec succès le programme de formation du CIO;

  • est tenu de soutenir, en y participant activement, les programmes de formation organisés soit par le Comité National Olympique d'Irlande, soit par l'AIBA, soit par le CIO.

  1. Le Comité National Olympique d'Irlande :

  • se voit infliger un blâme pour ne pas avoir informé correctement ses athlètes du contenu des différentes règles qui leur étaient applicables à l'occasion des Jeux Olympiques à Rio et du contrat qu'ils ont signé;

  • est tenu de s'assurer que la préparation de sa délégation pour les futures éditions des Jeux Olympiques (hiver et été) prévoit une formation complète en matière de prévention des manipulations de compétitions et des paris sur les Jeux Olympiques s'appuyant sur le matériel didactique remis aux CNO par le CIO.

  1. L'AIBA :

  • est priée, d'une part, de veiller à ce que les règles et règlements applicables à ses compétitions soient conformes au Code du Mouvement olympique sur la prévention des manipulations des compétitions et, d'autre part, de mettre en place des programmes de formation sur la prévention des manipulations de compétitions et des paris sur les Jeux Olympiques s'appuyant sur le matériel didactique remis aux FI par le CIO.

Le texte complet de la décision est disponible ici.

 

Antony Fowler, 25 ans, originaire de Grande-Bretagne, qui concourrait en boxe (AIBA) dans l'épreuve masculine des poids moyens (75 kg), a parié sur des combats de boxe aux Jeux Olympiques de Rio 2016. 

La commission disciplinaire du CIO, composée pour ce cas de Denis Oswald (président), Angela Ruggiero et Karl Stoss, a décidé ce qui suit :

  1. L'athlète, Antony Fowler :

  • est reconnu coupable d'avoir enfreint le Règlement d'application, pendant les Jeux de la XXXIe Olympiade à Rio de Janeiro, du Code du Mouvement olympique sur la prévention des manipulations des compétitions;

  • se voit infliger un blâme sévère;

  • est tenu de prouver, afin de pouvoir être accrédité pour la prochaine édition des Jeux Olympiques à Tokyo en 2020, dans l'éventualité où il serait admis à concourir, qu'il a suivi avec succès le programme de formation du CIO;

  • est tenu de soutenir, en y participant activement, les programmes de formation organisés soit par le Comité National Olympique de Grande-Bretagne, soit par l'AIBA, soit par le CIO.

  1. Le Comité National Olympique de Grande-Bretagne :

  • se voit infliger un blâme pour ne pas avoir informé correctement ses athlètes du contenu des différentes règles qui leur étaient applicables à l'occasion des Jeux Olympiques à Rio et du contrat qu'ils ont signé;

  • est tenu de s'assurer que la préparation de sa délégation pour les Jeux Olympiques (hiver et été) prévoit une formation complète en matière de prévention des manipulations de compétitions et des paris sur les Jeux Olympiques s'appuyant sur le matériel didactique remis aux CNO par le CIO.

  1. L'AIBA :

  • est priée, d'une part, de veiller à ce que les règles et règlements applicables à ses compétitions soient conformes au Code du Mouvement olympique sur la prévention des manipulations des compétitions et, d'autre part, de mettre en place des programmes de formation sur la prévention des manipulations de compétitions et des paris sur les Jeux Olympiques s'appuyant sur le matériel didactique remis aux FI par le CIO.

Le texte complet de la décision est disponible ici.

 

L'unité conjointe de renseignements sur l'intégrité (JIIU) de Rio 2016 était chargée de prévenir, de suivre et d'évaluer toute activité contraire à l'éthique en lien avec les Jeux Olympiques. Elle était appuyée par le Département de la police fédérale brésilienne (DPF) et le Secrétariat en charge de la sécurité des grands événements (SESGE), ainsi que par INTERPOL le cas échéant, dans l'hypothèse d'agissements criminels. La JIIU a mis à profit l'expérience acquise durant les Jeux Olympiques de Londres 2012, à l'occasion desquels le CIO avait mis en place une unité d'évaluation conjointe avec la Commission britannique des jeux d'argent – une mesure qui s'était révélée efficace.

Le système d'information sur les paris et l'intégrité (IBIS) créé par le CIO en 2013 permet quant à lui d'échanger des renseignements sur les paris dans le sport. C'est un outil qui a pour mission de protéger les épreuves olympiques de la manipulation des compétitions. Ce système est sans cesse amélioré grâce à la coopération des opérateurs et des organes de régulation des paris qui ont signé des accords avec le CIO et qui sont chargés, d'une part, de suivre les opérations de paris durant les Jeux et au-delà et, d'autre part, d'alerter le CIO directement en cas d'activité suspecte observée. Récemment, un mécanisme plus poussé pour le suivi et l'échange des informations entre les agences chargées de la répression, les organisations sportives et les opérateurs/régulateurs de paris est venu compléter IBIS. Ce système protège également des manipulations les compétitions des Fédérations Internationales de sports olympiques qui se sont inscrites à IBIS.

Le Code du Mouvement olympique sur la prévention des manipulations des compétitions, approuvé en décembre 2015 par la commission exécutive du CIO, a été appliqué pour la première fois aux Jeux Olympiques de Rio 2016 et est actuellement intégré dans les règlements de toutes les Fédérations Internationales de sport.

Cliquez ici pour en savoir plus sur les mesures mises en place à Rio.

###

Le Comité International Olympique est une organisation internationale indépendante à but non lucratif, composée de volontaires, qui s’engage à bâtir un monde meilleur par le sport. Il redistribue plus de 90 % de ses revenus au mouvement sportif au sens large, soit chaque jour l’équivalent de 3,25 millions de dollars (USD) pour aider les athlètes et les organisations sportives à tous les niveaux dans le monde.

###

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec l’équipe des relations médias du CIO  au +41 21 621 60 00, email : pressoffice@olympic.org ou consulter notre site web : www.olympic.org

Vidéos
YouTube: www.youtube.com/iocmedia

Photos
Un grand choix de photos sera disponible après chaque événement, consultez ces photos sur Flickr
Pour toute demande de photos ou de séquences d'archives, veuillez prendre contact avec notre équipe images à l'adresse suivante : images@olympic.org

Réseaux sociaux
Pour des informations de dernière minute sur le CIO, retrouvez-nous sur Twitter, Facebook et YouTube.

back to top En