skip to content
IOC

Le CIO sanctionne quatre athlètes pour contrôles de dopage positifs aux Jeux de Beijing 2008 et de Londres 2012


La protection des athlètes intègres avec la lutte contre le dopage est une priorité absolue pour le Comité International Olympique (CIO), comme spécifié dans l’Agenda olympique 2020, feuille de route stratégique du CIO pour l’avenir du Mouvement olympique. Afin de permettre à tous les athlètes intègres de concourir sur un pied d'égalité aux Jeux Olympiques de Rio 2016, le CIO avait pris un train de mesures spéciales, notamment des contrôles ciblés préalables aux Jeux et de nouvelles analyses réalisées sur des échantillons conservés depuis les Jeux Olympiques de Beijing 2008 et de Londres 2012, selon un processus de collecte de renseignements entamé en août 2015.  

Dans le cadre de ce processus, le CIO annonce aujourd’hui que quatre athlètes ont été disqualifiés des Jeux Olympiques de Beijing 2008 et de Londres 2012. Détails ci-dessous :

Maria ABAKUMOVA, 30 ans, de la Fédération de Russie, qui concourait en athlétisme dans l’épreuve du lancer du javelot dans laquelle elle s’était classée deuxième et avait remporté la médaille d’argent, a été disqualifiée des Jeux Olympiques de Beijing 2008. La réanalyse des échantillons de Maria Abakumova prélevés lors des Jeux de Beijing 2008 a révélé la présence d’une substance interdite, la déhydrochlorméthyltestostérone (turinabol).

La commission disciplinaire du CIO, composée pour ce cas de Denis Oswald (président), Gunilla Lindberg et Ugur Erdener, a décidé ce qui suit :

  1. L’athlète Maria Abakumova :

    1. est reconnue avoir commis une infraction aux règles antidopage en vertu des règles applicables aux Jeux de la XXIXe Olympiade en 2008 à Beijing (présence, et/ou usage, d’une substance interdite ou de ses métabolites ou de ses marqueurs dans le prélèvement corporel d'un athlète);

    2. est disqualifiée de l’épreuve à laquelle elle participait à l’occasion des Jeux Olympiques de Beijing 2008, à savoir l’épreuve féminine de lancer du javelot dans laquelle elle s’était classée deuxième et avait remporté la médaille d’argent, et

    3. se voit retirer la médaille d’argent, le diplôme et l’insigne de médaillée  obtenus dans l’épreuve du lancer du javelot et il lui est ordonné de les rendre.

  2. L’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) est priée de modifier en conséquence les résultats de l'épreuve susmentionnée et d'envisager toute autre mesure relevant de sa compétence. 

  3. Le Comité Olympique Russe veillera à la pleine application de cette décision.

  4. Le Comité Olympique Russe fera notamment en sorte que la médaille, l’insigne et le diplôme décernés pour le résultat de l’athlète dans l’épreuve du lancer du javelot soient retournés au CIO dès que possible.

  5. Cette décision entre en vigueur immédiatement.

Le texte complet de la décision est disponible ici (en anglais).

Inga ABITOVA, 34 ans, de la Fédération de Russie, qui concourait en athlétisme dans l’épreuve du 10 000m dans laquelle elle s’était classée sixième et avait reçu un diplôme, a été disqualifiée des Jeux Olympiques de Beijing 2008. La réanalyse des échantillons d’Inga Abitova prélevés lors des Jeux de Beijing 2008 a révélé la présence d’une substance interdite, la déhydrochlorméthyltestostérone (turinabol).

La commission disciplinaire du CIO, composée pour ce cas de Denis Oswald (président), Gunilla Lindberg et Ugur Erdener, a décidé ce qui suit :

  1. L’athlète Inga Abitova :

    1. est reconnue avoir commis une infraction aux règles antidopage en vertu des règles applicables aux Jeux de la XXIXe Olympiade en 2008 à Beijing (présence, et/ou usage, d’une substance interdite ou de ses métabolites ou de ses marqueurs dans le prélèvement corporel d'un athlète);

    2. est disqualifiée de l’épreuve à laquelle elle participait à l’occasion des Jeux Olympiques de Beijing 2008, à savoir l’épreuve féminine du 10 000m en athlétisme, et

    3. se voit retirer le diplôme obtenu dans l’épreuve du 10 000m et il lui est ordonné de le rendre.

  2. L’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) est priée de modifier en conséquence les résultats de l'épreuve susmentionnée et d'envisager toute autre mesure relevant de sa compétence. 

  3. Le Comité Olympique Russe veillera à la pleine application de cette décision.

  4. Le Comité Olympique Russe fera notamment en sorte que le diplôme décerné pour le résultat de l’athlète dans l’épreuve du lancer du 10 000m soit retourné  au CIO dès que possible.

  5. Cette décision entre en vigueur immédiatement.

Le texte complet de la décision est disponible ici (en anglais).

Denis ALEXEEV, 28 ans, de la Fédération de Russie, qui concourait en athlétisme dans l’épreuve du 400m (série 1), dans laquelle il s’était classé 23e, a été disqualifié des Jeux Olympiques de Beijing 2008. La réanalyse des échantillons de Denis Alexeev prélevés lors des Jeux de Beijing 2008 a révélé la présence d’une substance interdite, la   déhydrochlorméthyltestostérone (turinabol).

La commission disciplinaire du CIO, composée pour ce cas de Denis Oswald (président), Gunilla Lindberg et Ugur Erdener, a décidé ce qui suit :

  1. L’athlète Denis Alexeev :

    1. est reconnu avoir commis une infraction aux règles antidopage en vertu des règles applicables aux Jeux de la XXIXe Olympiade en 2008 à Beijing  (présence, et/ou usage, d’une substance interdite ou de ses métabolites ou de ses marqueurs dans le prélèvement corporel d'un athlète);

    2. est disqualifié de toutes les épreuves auxquelles il participait à l’occasion des Jeux Olympiques de Beijing 2008, à savoir l’épreuve du 400m dans laquelle il s’était classé 23e  et le relais 4x400m hommes dans lequel l’équipe de relais russe s’était classée 3e et avait remporté la médaille de bronze, et

    3. se voit retirer la médaille de bronze, le diplôme et l’insigne de médaillé  obtenus dans le relais 4x400m hommes, et il lui est ordonné de les rendre.

  2. L’équipe de relais de la Fédération de Russie est disqualifiée des épreuves auxquelles l’athlète participait à l’occasion des Jeux Olympiques de Beijing 2008, notamment le relais 4x400m dans laquelle l’équipe russe s’était classée 3e et avait remporté la médaille de bronze.

  3. L’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) est priée de modifier en conséquence les résultats des épreuves susmentionnées et d'envisager toute autre mesure relevant de sa compétence.

  4. Le Comité Olympique Russe veillera à la pleine application de cette décision.

  5. Le Comité Olympique Russe fera notamment en sorte que les médailles de bronze, les insignes et les diplômes décernés, en lien avec le relais 4x400m hommes, à l’athlète et aux autres membres de l’équipe de la Fédération de Russie soient retournés au CIO dès que possible.

  6. Cette décision entre en vigueur immédiatement.

Le texte complet de la décision est disponible ici (en anglais).

Ekaterina GNIDENKO, 23 ans, de la Fédération de Russie, qui concourait en cyclisme dans l’épreuve sur piste du keirin, dans laquelle elle s’était classée huitième et avait reçu un diplôme, a été disqualifiée des Jeux Olympiques de Londres 2012. La réanalyse des échantillons d’Ekaterina Gnidenko prélevés lors des Jeux de Londres 2012 a révélé la présence d’une substance interdite, la   déhydrochlorméthyltestostérone (turinabol).

La commission disciplinaire du CIO, composée pour ce cas de Denis Oswald (président), Gunilla Lindberg et Ugur Erdener, a décidé ce qui suit :

  1. L’athlète Ekaterina Gnidenko :

    1. est reconnue avoir commis une infraction aux règles antidopage en vertu des règles applicables aux Jeux de la XXXe Olympiade en 2012 à Londres  (présence, et/ou usage, d’une substance interdite ou de ses métabolites ou de ses marqueurs dans le prélèvement corporel d'un athlète);

    2. est disqualifiée de toutes les épreuves auxquelles elle participait à l’occasion des Jeux Olympiques de Londres 2012, à savoir l’épreuve du keirin en cyclisme sur piste dans laquelle elle s’était classée 8e  et l’épreuve de vitesse en cyclisme sur piste dans laquelle elle s’était classée 18e, et

    3. se voit retirer le diplôme obtenu dans l’épreuve du keirin en cyclisme sur  piste  et il lui est ordonné de les rendre.

  2. L’Union Cycliste Internationale (UCI) est priée de modifier en conséquence les résultats des épreuves susmentionnées et d'envisager toute autre mesure relevant de sa compétence.

  3. Le Comité Olympique Russe veillera à la pleine application de cette décision.

  4. Le Comité Olympique Russe fera notamment en sorte que le diplôme décerné à l’athlète pour son résultat dans l’épreuve du keirin en cyclisme sur piste soit retourné au CIO dès que possible.

  5. Cette décision entre en vigueur immédiatement.

Le texte complet de la décision est disponible ici (en anglais).

Les analyses complémentaires ordonnées sur les échantillons prélevés durant les Jeux Olympiques de Beijing 2008 et de Londres 2012 ont été effectuées par des méthodes analytiques perfectionnées dans le but de détecter la présence de substances interdites qui n’auraient pas pu être décelées par les méthodes en usage au moment de ces éditions des Jeux Olympiques.

###

Le Comité International Olympique est une organisation internationale indépendante à but non lucratif, composée de volontaires, qui s’engage à bâtir un monde meilleur par le sport. Il redistribue plus de 90 % de ses revenus au mouvement sportif au sens large, soit chaque jour l’équivalent de 3,25 millions de dollars (USD) pour aider les athlètes et les organisations sportives à tous les niveaux dans le monde. 

###

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec l’équipe des relations médias du CIO  au +41 21 621 60 00, email : pressoffice@olympic.org ou consulter notre site web : www.olympic.org

Vidéos
YouTube: www.youtube.com/iocmedia

Photos
Un grand choix de photos sera disponible après chaque événement, consultez ces photos sur Flickr
Pour toute demande de photos ou de séquences d'archives, veuillez prendre contact avec notre équipe images à l'adresse suivante : images@olympic.org

Réseaux sociaux
Pour des informations de dernière minute sur le CIO, retrouvez-nous sur Twitter, Facebook et YouTube.

back to top En