skip to content
Date
26 mai 2002
Tags
Actu CIO , Communiqué de presse

Le CIO prend des sanctions à l'encontre de membres de l'équipe autrichienne de ski de fond


Cette décision met un terme à l'enquête ouverte après la découverte de matériel de transfusion sanguine abandonné par des athlètes ayant participé aux Jeux Olympiques d'hiver de 2002

KUALA LUMPUR, Malaisie (le 26 mai 2002)

- La commission exécutive du Comité International Olympique (CIO) a pris, aujourd'hui à Kuala Lumpur, des sanctions à l'encontre de deux skieurs de fond autrichiens, de leur entraîneur et de leur chiropracteur pour des délits de dopage sanguin commis durant les Jeux Olympiques d'hiver de 2002. Le CIO a également lancé un avertissement sévère au médecin d'équipe, Peter Baumgartl, et au Comité Olympique Autrichien pour avoir fermé les yeux sur ces pratiques.

Les athlètes, Marc Mayer (10 km, 10 km poursuite, 50 km, 1,5 km sprint) et Achim Walcher (10 km, 10 km poursuite, 30 km départ en masse), ont été disqualifiés des épreuves dans lesquelles ils avaient concouru lors des Jeux Olympiques d'hiver de 2002. Aucun n'était médaillé. Le CIO demandera à la Fédération Internationale de Ski de modifier en conséquence les résultats des épreuves concernées et de déterminer si elle doit prendre d'autres mesures dans le cadre de ses compétences.

L'entraîneur et le chiropracteur, Walter Mayer et Volker Müller, seront interdits de participation à tous les Jeux Olympiques jusqu'à ceux d'hiver de 2010 inclus.

La commission exécutive du CIO a pris ces décisions après avoir entendu aujourd'hui le Dr Heinz Jungwirth, secrétaire général du Comité Olympique Autrichien, Walter Mayer, entraîneur en chef de l'équipe autrichienne de ski de fond, et le Dr Karl Heinz Klee, avocat de Marc Mayer, Achim Walcher, Walter Mayer et Peter Baumgartl.

Peu après les Jeux Olympiques d'hiver de 2002, le CIO avait ouvert une enquête à la suite de la découverte de matériel de transfusion sanguine abandonné par des membres de l'équipe autrichienne de ski de fond. Du matériel médical et des poches de sang vides avaient été trouvés par une des personnes faisant le ménage dans la maison louée par les Autrichiens.

Selon le Code antidopage du Mouvement olympique, le dopage sanguin est une méthode interdite. Il se définit par l'administration de sang, de globules rouges ou de produits apparentés à un athlète. Ce procédé peut être précédé d'une prise de sang sur l'athlète qui continue son entraînement dans un état d'insuffisance sanguine. Effectuer une transfusion sanguine pour accroître les performances est non seulement contraire à l'éthique et interdit par le Code antidopage, mais aussi dangereux pour la santé de l'athlète.

back to top