skip to content
HOC
Date
05 oct. 2017
Tags
Actualités Olympiques , Actualités du CIO , Paix

Le CIO et le HOC consolident le programme pour les réfugiés sur l’île grecque de Lesbos

Dans le cadre de son engagement permanent pour faciliter les programmes sportifs à destination des réfugiés du monde entier, le Comité International Olympique (CIO) a dégagé, lors de l’été 2016, des fonds indispensables pour aider le Comité olympique hellénique (HOC) et la municipalité grecque de Lesbos à reconstruire un stade dans le village de Moria, situé sur l’île. Tout en étant utilisé par la communauté locale, le stade offre désormais des opportunités bienvenues pour la nombreuse population de réfugiés de l’île.

Une délégation du CIO et du HOC, conduite par le membre du CIO Mario Pescante, le président du HOC Spyros Capralos, Panagiotis Mantis et Pavlos Kagialis, médaillés de bronze en voile à Rio 2016, s’est rendue à Lesbos le 1er octobre pour inspecter le stade et visiter le camp de réfugiés local de Kare Tepe, et a offert un lot d’équipements sportifs pour les enfants du camp.

Les deux médaillés olympiques ont participé à une démonstration de voile dans le port de Mytilène, en compagnie des licenciés des clubs de voile de l’île. Ils ont ensuite visité le stade nouvellement rénové de Moria et rencontré les autorités locales.

« Lorsque la crise des réfugiés a éclaté, le président du Comité International Olympique Thomas Bach a pris dès le début des initiatives, qui montrent que le Mouvement olympique a pris la pleine mesure du rôle du sport dans le soulagement de la crise des réfugiés », a indiqué le président du HOC Spyros Capralos.

Lors de la récente Session du CIO à Lima, au Pérou, le président du CIO a annoncé le lancement de l’Olympic Refuge Foundation, qui travaillera en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies (ONU), afin de créer des structures et de développer des programmes dans les parties du monde abritant une population de réfugiés.

« Nous sommes ravis que le CIO soit représenté à Lesbos par son ancien vice-président Mario Pescante, qui joue aujourd’hui un rôle important en tant qu’observateur permanent du CIO aux Nations Unies… En tant qu’Italien, Mario Pescante est parfaitement conscient de la crise des réfugiés, puisque l’Italie et la Grèce sont particulièrement touchées », a ajouté Spyros Capralos.

« En collaboration avec la municipalité de Lesbos et son maire Spyros Galinos, nous allons discuter des possibilités pour la Grèce et l’Italie de développer des programmes avec la participation du CIO et de la toute nouvelle Olympic Refugee Foundation. Cela contribuera à réduire l’impact de la crise, tant sur les réfugiés que sur les riverains de l’île. »

Un fonds d'urgence pour les programmes d'aide aux réfugiés

En septembre 2015, bien décidé à ce que le sport soit associé à la réponse apportée à la crise des réfugiés particulièrement tragique en Europe à cette époque, et parallèlement à ses programmes leur prêtant déjà assistance, le CIO, en collaboration avec la Solidarité Olympique, décidait de créer un fonds de deux millions de dollars (USD) pour aider les CNO à promouvoir l'intégration des réfugiés par le sport et d'autres activités, et ce dans le but d'améliorer leur existence.  

Cette initiative a été très bien accueillie par les CNO qui ont adressé de nombreuses demandes, notamment en Europe, et lancé divers projets qui, dans un climat d'hostilité grandissante à l'égard des réfugiés, ont aidé à promouvoir la tolérance et la compréhension par le sport. Les CNO d'Allemagne et des Pays-Bas ont ainsi organisé, en collaboration avec des partenaires nationaux, des activités sportives pour les réfugiés via des clubs de sport locaux. 

Ces initiatives ont permis d'obtenir des résultats probants comme le confirment les témoignages émouvants des bénéficiaires et des volontaires qui ont participé au projet aux Pays-Bas. En Autriche, le CNO a mis sur pied, à travers cinq de ses centres olympiques, des programmes sportifs dans des camps et des foyers pour réfugiés. En plus d'avoir aidé la municipalité de Lesbos à rénover le stade de football local, le Comité Olympique Hellénique a aussi aménagé quatre courts de tennis à Eleonas, le plus grand centre de réfugiés situé au cœur d'Athènes. D'autres CNO, tels que l'Iraq et la Slovénie, ont utilisé ce fonds pour une aide humanitaire immédiate.

Grâce à la dynamique créée par cet élan de solidarité, de nombreux réseaux ont vu le jour, lesquels continuent de proposer des initiatives constructives avec, à la clé, des résultats positifs.



back to top En