skip to content
Date
01 mars 2002
Tags
Actu CIO , Communiqué de presse

Le CIO Enquête sur Deux Résultats d'Analyse Anormaux


Il y a eu trois fois plus de contrôles de dopage en 2002 qu'en 2008


LAUSANNE, Suisse (1er mars 2002) - Le Comité International Olympique (CIO) a annoncé aujourd'hui à Lausanne qu'il menait une enquête en relation avec deux échantillons prélevés au cours des derniers jours des Jeux Olympiques d'hiver et contenant des taux élevés de substances interdites. L'un des échantillons contiendrait de la nandrolone; l'autre de la méthamphétamine. S'il s'avère que la présence de ces substances constitue un délit de dopage, la commission exécutive du CIO prendra les sanctions appropriées.


Pendant les Jeux, le CIO dispose sur place des structures nécessaires, à savoir les commissions médicale et juridique d'une part, la commission exécutive d'autre part, et peut interroger les athlètes en cause, ce qui lui permet de mener ses enquêtes et d'en annoncer les résultats dans les 36 heures. Ces structures étant maintenant dispersées, il faudra plus de temps au CIO pour établir si les résultats de laboratoire traduisent chacun un délit de dopage et si c'est le cas, quelles sanctions sont applicables.


Le CIO conduira ce processus, comprenant les auditions des athlètes et la décision de la commission exécutive du CIO, aussi vite que possible. A l'issue de ce processus, le CIO communiquera publiquement toutes les informations correspondantes, mais dans l'intervalle et conformément à sa politique en la matière, le CIO ne pourra faire aucun commentaire sur ces deux cas.


Cette situation dans laquelle le CIO doit se prononcer sur des résultats d'analyse anormaux après les Jeux, n'est pas exceptionnelle et s'était déjà produite après la clôture des Jeux Olympiques de 2000 à Sydney.


Tous les échantillons prélevés lors des Jeux Olympiques d'hiver à Salt Lake City ont maintenant été analysés et fait l'objet d'un rapport. Au total, 1 960 analyses de contrôle de dopage ont été effectuées pendant les Jeux Olympiques d'hiver à Salt Lake City dont 642 sur des échantillons d'urine prélevés en compétition, 96 sur des échantillons d'urine prélevés hors compétition et 1 222 sur des échantillons de sang (environ 2 500 athlètes ont subi ces contrôles de dopage). Ces chiffres représentent une augmentation de plus de 300% par rapport aux 621 tests effectués pendant les Jeux Olympiques d'hiver de 1998 à Nagano. Ceci marque une nouvelle étape dans le renforcement de la lutte contre le dopage dans le sport.

back to top