skip to content
IOC
Actualités du CIO

Le CIO déçu par la décision du Tribunal fédéral suisse

C'est avec déception que le Comité International Olympique (CIO) a pris connaissance de l'arrêt du Tribunal fédéral suisse rejetant l'appel du CIO contre la décision du TAS datée du 23 avril 2018 relative au skieur de fond russe Alexander Legkov. 

Pour protéger les droits des athlètes intègres, le CIO avait contesté la sentence du TAS du 1er février 2018 déclarant fondé le recours déposé par M. Legkov contre sa disqualification prononcée pour violation des règles antidopage aux Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi 2014. Le cas de violation des règles antidopage avait été annoncé le 1er novembre 2017 par une commission disciplinaire du CIO. M. Legkov avait été disqualifié des Jeux de Sotchi, ses médailles lui avait été retirées et il avait été déclaré non admissible à recevoir une accréditation à quelque titre que ce soit pour toutes les éditions des Jeux de l'Olympiade et des Jeux Olympiques d'hiver postérieures aux Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi.

Le 1er février 2018, le TAS s'était prononcé en faveur de 28 appels interjetés par des athlètes russes et avait seulement confirmé onze des décisions prises par le CIO contre des concurrents russes en lice aux Jeux Olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi.

Fin avril 2018, le CIO avait reçu les premières décisions motivées et il avait été décidé de faire appel devant le Tribunal fédéral suisse de la première des 28 décisions rendues par le TAS qui ne confirmaient pas celles prises par la commission disciplinaire du CIO. Même si les chances de gagner étaient minces, le CIO estimait que, compte tenu des circonstances particulières entourant ces affaires, il était important de faire appel afin d'épuiser tous les recours possibles dans le but de protéger les athlètes intègres.

Les raisons expliquant le rejet de l'appel déposé par le CIO ne sont pas encore connues mais, étant donné que les 28 décisions motivées du TAS sont identiques, le CIO renonce à faire appel des 27 autres cas. Il se réserve néanmoins le droit de rouvrir ces dossiers si de nouvelles preuves étaient produites.

back to top En