skip to content

Le CIO annonce le déblocage d'un budget de 5 millions d'USD pour la conservation à long terme des échantillons de dopage prélevés avant les Jeux

La commission exécutive du CIO IOC/Christophe Moratal
Suite à l'annonce du président du CIO lors de la cinquième Conférence internationale de l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) sur le dopage dans le sport, la commission exécutive du CIO a approuvé aujourd'hui le déblocage d'un budget maximum de cinq millions de dollars américains (USD) répartis sur dix ans pour le lancement d'un vaste programme de conservation à long terme géré par l'Agence de contrôles internationale (ACI). 

Le programme couvrira la conservation à long terme pendant dix ans au maximum des échantillons prélevés par les Fédérations Internationales (FI) de sport et les organisations nationales antidopage (ONAD) avant les Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Ce sont 22 000 échantillons qui pourraient être conservés dans le cadre de ce programme.

Cette mesure fait écho à la proposition formulée par la commission exécutive du CIO en octobre dernier pour la conservation à long terme des échantillons de dopage prélevés avant les Jeux et fait partie de l'engagement pris par le CIO de débloquer dix millions d'USD afin de soutenir un plan d'action en quatre points visant à renforcer la lutte contre le dopage.

Cette initiative viendra compléter le programme de contrôle du dopage mis en place avant les Jeux de Tokyo 2020, lequel sera coordonné par l'ACI avec le soutien de plusieurs partenaires clés, parmi lesquels l'AMA, les FI et les ONAD.

Compte tenu des avancées enregistrées dans les techniques d'analyse scientifique au cours des années qui suivent chaque édition des Jeux Olympiques, cette mesure importante permettra d'augmenter considérablement le nombre d'échantillons recueillis dans le cadre du programme de contrôle mené avant les Jeux et conservés sur le long terme, en adoptant une approche intelligente axée sur le type de sport et d'épreuve, la nationalité et l'athlète concerné.

La réanalyse de ces échantillons pourrait se révéler utile pour la réattribution des médailles olympiques en cas de violations des règles antidopage et permettrait d'obtenir une confirmation supplémentaire avant qu'une décision finale ne soit prise.

Le Code mondial antidopage autorisant la réanalyse des échantillons pendant dix ans à compter de la date de leur prélèvement, le CIO a mis sur pied un vaste programme destiné à réanalyser les échantillons recueillis lors des dernières éditions des Jeux. Il s'agit là d'un moyen de dissuasion toujours plus important étant donné que les méthodes d'analyse mises au point au fil du temps permettent une meilleure détection des substances et méthodes interdites.

Depuis 2018, la procédure de réanalyse des échantillons est menée par l'ACI, agence indépendante du CIO, laquelle travaille actuellement avec 41 Fédérations Internationales de sport.

back to top En