skip to content
Getty Images
Date
19 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Football , Brésil

Le Brésil rêve de toucher enfin l’or, l’Allemagne d’un doublé historique

Le dernier week-end de Rio 2016 coïncide avec l’apogée des tournois de football masculin et féminin. Chez les hommes, le Brésil, pays hôte – et quintuple vainqueur de la Coupe du monde – se mesure à l’Allemagne, poids lourd du football européen, en rêvant de décrocher ce Graal olympique qui le fuit depuis toujours. Chez les dames, les Allemandes auront également l’or en tête face à de surprenantes Suédoises, tombeuses de deux des équipes favorites avant le tournoi, le Brésil et les États-Unis.

Le pays hôte veut chasser les fantômes de la Coupe du monde

La première période n’était pas encore terminée que déjà, alors que leur équipe menait 3-0 en demi-finale contre le Honduras, les supporters brésiliens entonnaient : « L’Allemagne, tu peux attendre, bientôt ce sera ton tour. »

Getty Images

Une poignée d’heures plus tard, leur souhait s’est concrétisé puisque les Allemands ont battu le Nigeria 2-0 dans l’autre demi-finale. Et avec cette victoire, l’une des attentes les plus importantes de Rio 2016 a livré son verdict : ce sera un remake en version moins de 23 ans de l’inoubliable demi-finale de la Coupe du monde 2014 qui s’était achevée par la déroute du Brésil, balayé par l’Allemagne 7-1. Cette défaite a provoqué une onde de choc dans tout le Brésil, pays doté du plus beau palmarès de football de la planète.

Getty Images

Le 20 août, la finale olympique offrira une occasion de rachat, plus que de revanche. « Je ne vois pas ça comme une revanche, estime d’ailleurs le défenseur brésilien Douglas Costa. Pour moi, ce sera plutôt une opportunité pour écarter quelque chose que les supporters considèrent aujourd’hui comme une horrible défaite. J’espère que nous allons inverser ce score », ajoute-t-il en faisant référence à la défaite en demi-finale de la Coupe du monde 2014.

Sur le papier, la finale olympique se présente plutôt différemment. Les équipes qui disputent le tournoi olympique sont en effet principalement composées de joueurs de moins de 23 ans, avec la possibilité pour chaque formation de faire appel à trois joueurs plus âgés.

Neymar, la superstar brésilienne, qui évolue en club chez le géant espagnol de Barcelone, est le seul joueur des deux équipes à avoir disputé la Coupe du monde 2014 – même si, blessé, il a manqué le match contre l’Allemagne.

Getty Images

Outre Neymar, qui a marqué en demi-finale le but le plus rapide de l’histoire olympique en faisant trembler les filets au bout de 15 secondes, le Brésil peut compter sur un certain nombre de joueurs très talentueux. Citons notamment Gabriel Jesus, qui a récemment signé au club anglais de Manchester City, Gabriel Barbosa, l’attaquant de 19 ans qui répond au surnom de « Gabigol » et Marquinhos, l’expérimenté défenseur de Paris Saint-Germain.

Par contraste, le groupe allemand est dépourvu de la moindre vedette et il ne compte aucun des joueurs qui ont contribué au titre de la Coupe du monde 2014. Il ne manque cependant pas de jeunes talents qui ont l’expérience du football de haut niveau, à l’image de Serge Gnabry, ailier adroit des deux pieds qui évolue à Londres dans les rangs d’Arsenal.

Getty Images

Évidemment, sur le papier, l’avantage du terrain devrait transcender le Brésil qui peut s’attendre à un soutien bruyant de la part de la majorité des spectateurs de l’emblématique stade Maracaña de Rio qui devrait afficher complet. « Nos supporters nous poussent », a indiqué Gabriel Jesus après les rugissements des 52 000 personnes qui ont conduit à la victoire sur le Honduras. « Cela fait une différence. Je suis sûr qu’ils vont encore plus nous porter en finale. »

La petite Suède veut faire encore tomber une grande

Le lendemain, la finale féminine sera une affaire 100 % européenne au cours de laquelle la Suède essaiera de provoquer un choc contre les Allemandes. C’est de l’ordre du possible, puisque les Suédoises se sont déjà débarrassées des États-Unis, tenants du titre, et du favori du public, le Brésil de Marta, sans doute la plus grande joueuse de tous les temps.

Getty Images

Les Suédoises ont battu les représentantes du pays hôte aux tirs au but (4-3) à l’issue d’un match nul et vierge, montrant ainsi qu’elles ne se laissaient intimider ni par la pression ni par l’aura. Sous la houlette de Pia Sundhag, l’ancien entraîneur des États-Unis qui a conduit les Américaines à l’or lors des deux précédentes éditions des Jeux, le football suédois manque peut-être du talent et du génie de certaines de leurs rivales. La sélection scandinave s’appuie en revanche sur un collectif bien huilé, qui prospère en l’absence de noms ronflants. Ses joueuses sont hermétiques à la pression et exploitent au maximum la moindre occasion en contre.

Getty Images

Le 21 août au Maracaña, elles affronteront une équipe d’Allemagne qui a facilement disposé du Canada en demi-finale, 2-0, grâce à des buts de Melanie Behringer et Sara Däbritz. Le palmarès des Allemandes est orné de pas moins de trois médailles de bronze olympiques (2000, 2004 et 2008), mais ce sera leur toute première finale.[1]  Elles espèrent offrir à Silvia Neid, leur entraîneur, un cadeau d’adieu en or massif, puisqu’elle prendra place pour la dernière fois sur le banc après 11 ans à la tête de la Mannschaft.

back to top En