skip to content
2018 Getty Images
PyeongChang 2018

Le bleu, le vert et le jaune, les couleurs vedettes des relais en biathlon !

Bleu comme les maillots de l'équipe de France victorieuse du relais mixte qui offre une 5e médaille d'or (et sa troisième aux Jeux de PyeongChang 2018) à Martin Fourcade. Vert comme ceux de la formation féminine du Bélarus, avec Darya Domracheva en conclusion pour une 4e médaille d'or personnelle qui fait d'elle la biathlète la plus titrée de l'histoire. Jaune, enfin, comme les habits des Suédois, seuls à éviter les tours de pénalité dans le relais masculin pour un large triomphe en clôture du programme de biathlon à Alpensia.

En réalisant deux sans-faute, le dernier relayeur français de l'épreuve mixte de biathlon, Martin Fourcade, peut terminer, drapeau en mains, avec une avance de plus de 20 secondes sur la Norvège, alors que Dominik Windisch gagne le sprint pour le bronze pour l'Italie face à l'Allemand Arnd Peiffer. Ce 20 février, Martin Fourcade gagne sa 3e médaille d'or aux Jeux de PyeongChang 2018 après la poursuite et le départ groupé, et le cinquième titre de sa carrière pour devenir l'athlète français le plus titré des Jeux olympiques, hiver et été confondus.

Avec son 10/10 à la carabine, la quintuple championne du monde Marrie Dorin-Habert, 31 ans, lance parfaitement ses coéquipiers. Anaïs Bescond connaît plus de difficultés avec notamment trois pioches sur son tir debout, mais Simon Desthieux arrive à replacer les Français en troisième position derrière l'Allemagne et l'Italie avant de confier l'ultime relais à Martin Fourcade. Le patron va faire le reste.

Les Allemands, considérés comme les grands favoris de cette épreuve, ont fait quasiment toute la course en tête, avec Vanessa Hinz, Laura Dahlmeier puis Eric Lesser, mais le retour en trombe de la fusée Fourcade fait totalement craquer le dernier relayeur allemand Arnd Peiffer, champion olympique du sprint, qui doit effectuer un tour de pénalité après avoir usé ses trois balles de réserve au tir debout.

Getty Images

Pendant ce temps, la Norvège est revenue dans la course malgré les grosses difficultés rencontrées au tir par Marte Olsbu et Tiril Eckhoff. Johannes Thingnes Bø effectue un relais supersonique pour lancer Emil Hegle Svendsen dans le match pour le podium, et c'est lui qui ressort du dernier tir derrière Fourcade pour aller quérir la médaille d'argent. Quand Svendsen passe la ligne d'arrivée, cela fait plus de 20 secondes que Martin Fourcade a parcouru la dernière ligne droite drapeau en mains pour tomber dans les bras de ses coéquipiers.

Ce succès, Martin Fourcade y tenait particulièrement. Le Pyrénéen de 29 ans n'avait jusqu'ici jamais connu l'ivresse d'un podium collectif en trois participations aux Jeux. "C'est une histoire magnifique pour cette équipe, magnifique pour tous nos techniciens qui travaillent si dur sur nos skis. Nous disons souvent que nous pratiquons un sport individuel, mais nous vivons plus de 220 jours par an ensemble. C'est beaucoup d'émotion de gagner ce titre, et nous le chérissons tous," s'exclame-t-il.

Neige, vent et pioches : le Bélarus s'impose dans le relais 4 x 6 km féminin

Dans une course pimentée par des chutes de neige et des bourrasques de vent, où les pioches et les tours de pénalité se multiplient, c'est l'équipe la plus précise au tir qui gagne le relais féminin de biathlon le 22 février à Alpensia. Avec seulement 9 balles de réserve utilisées, le Bélarus s'impose avec Darya Domracheva en dernière relayeuse. La Suède prend la médaille d'argent, la France termine en bronze.

Lancée en quatrième position derrière la Pologne, la France et l'Italie, Darya Domracheva, la triple championne olympique des Jeux de Sotchi, réalise le sans-faute sur son tir couché pour prendre la tête de la course. Une alerte au dernier tir debout (trois pioches) ne l'empêche pas de terminer le parcours en solitaire. Follement applaudie par son époux Ole Einar Bjørndalen, elle conclut ainsi triomphalement une épreuve où elle a pu s'appuyer sur la précision de ses coéquipières Nadezdha Skardino, Iryna Kryuko et Dzinara Alimbekava. Les Bélarussiennes sont celles qui ont le moins pioché sur les huit tirs au total.

Hanna Öberg, la championne olympique de l'épreuve individuelle 15 km, révélation de ces Jeux, revient dans la course pour la Suède avec une magnifique performance derrière sa carabine : ses coéquipières Linn Persson, Mona Brorsson et Anna Magnusson avaient cumulé 12 pioches en tout pour la lancer en 8e position avec près d'une minute de retard sur la tête de la course. Mais Hanna Öberg commence par un sans-faute au couché.

Cela donne par la suite une image saisissante au dernier tir debout. L'Allemagne (Laura Dahlmeier), la Suisse (Irene Cadurisch), la Norvège (Marte Olsbu), la Slovaquie (Ivana Fialkova), l'Italie (Federica Sanfilippo) et la Pologne (Veronika Nowakoska) sont encore toutes en lice pour le podium derrière le Bélarus. Hanna Öberg réalise un cinq sur cinq très rapide et repart en passant en revue toutes ces concurrentes en difficulté. Puis, très à l'aise sur ses skis, elle déborde rapidement la Française Anaïs Bescond qui vient de sortir du pas de tir juste devant elle, pour aller quérir l'argent à 10 secondes du Bélarus.

Getty Images

La France, avec Anaïs Chevalier, Justine Braisaz et ses deux championnes olympiques du relais mixte, Marie-Dorin Habert et Anaïs Bescond, navigue dans la zone "podium" durant toute la course tout en empilant les pioches : 14 en tout. Mais aucun tour de pénalité. Ce qui permet à Anaïs Bescond, dernière relayeuse, de finir à la troisième place à 17 secondes. L'Allemagne, grande favorite, a cumulé 11 pioches et trois tours de pénalité pour finir 8e à 54 secondes.

Avec quatre médailles d'or, Darya Domracheva dépasse l'Allemande Kati Wilhelm et une de ses actuelles rivales, la Slovaque Anastasia Kuzmina, toutes deux triples médaillées d'or, pour s'installer en haut du palmarès du biathlon féminin aux Jeux. "Vous savez, je n'y avais pas pensé avant que vous me l'appreniez. Bien sûr, c'est merveilleux d'apprendre ça. Cela veut dire que le jour où j'ai décidé de faire du ski était le bon jour, avec la bonne décision de commencer l'entraînement en biathlon. Il y a eu beaucoup de remises en question sur le chemin. Des journées et des médailles comme celles-là, cela veut dire qu'il est important de croire en soi, de croire en votre équipe, de surmonter les difficultés. Et les portes s'ouvrent pour vous."

Superbe victoire de la Suède dans le relais 4 x 7,5 km masculin

Le dernier face-à-face dans le vent, entre le Norvégien Emil Hegle Svendsen et le Suédois Fredrik Lindström sur l'ultime tir debout, tourne à l'avantage de ce dernier. La Suède remporte avec une belle avance le relais 4 x 7,5 km, la dernière course de biathlon à Alpensia le 23 février. Dans une épreuve où comme chez les femmes, pioches et tours de pénalité s'accumulent, la Norvège prend la médaille d'argent et l'Allemagne celle de bronze.

Les entraîneurs suédois présents en bord de piste font la "ola" au passage de leur équipe. Bien lancé par ses coéquipiers Peppe Femling, Jespen Nelin et Sebastian Samuelsson, le troisième relayeur qui a fait la course avec le champion olympique de l'épreuve individuelle Johannes Thingnes Bø, Fredrik Lindström termine la course en solitaire. "Je suis sans voix, c'est absolument fantastique," s'exclame Samuelsson après cette victoire extraordinaire.

Lindström passe la ligne d'arrivée avec plus de 55 secondes d'avance sur Emil Hegle Svendsen pour la Norvège : ce dernier a dû partir sur l'anneau de pénalité au dernier tir debout, quand son rival direct n'a eu besoin que d'une pioche pour s'envoler vers la victoire. Simon Schempp pour l'Allemagne prend le bronze à plus de 2 minutes !

L'Allemagne prend le meilleur départ avec son premier relayeur Erik Lesser tandis que tous les concurrents essayent d'appréhender au mieux le vent qui souffle sur le pas de tir, entraînant cibles manquées en série. Ainsi, les deux tours de pénalité du français Simon Desthieux au 2e tir (debout) condamnent d'entrée son équipe. Après le premier échange, c'est un très adroit Michal Šlesingr qui prend les devants pour la République tchèque. Le 3e relayeur, Jaroslav Sokup, continue à skier à la première place avant d'être débordé par Johannes Thingnes Bø.

En effet, après Lars Helge Birkeland et Tarjei Bø qui a beaucoup pioché, son frère Johannes ramène la Norvège à l'avant de la course avec le Suédois Sebastian Samuelsson dans ses skis et l'Allemand Arnd Peiffer en embuscade, tandis que les deux derniers relayeurs tchèques lâchent totalement prise au tir. Finalement, le podium se décide entre Lindström pour la Suède, Svendsen pour la Norvège et Schempp pour l'Allemagne. Rien n'étant fait avant le dernier passage au stand, l'ultime tir debout. Là, Svendsen et Schempp craquent tour à tour. Tandis que l'un puis l'autre sont contraints d'aller tourner en rond, Fredrik Lindström réalise un dernier tour de circuit triomphal.

Getty Images

Au total, la Suède est la seule équipe à ne pas avoir visité l'anneau de pénalité. Sept pioches et c'est tout, la médaille d'or au bout. Elle gagne ainsi son deuxième titre en biathlon à PyeongChang après celui de Hanna Öberg dans le 15 km individuel, et sa quatrième médaille en tout dans la discipline. Il s'agit également du premier titre olympique suédois sur le relais masculin. L'équipe tout en jaune s'est montrée globalement bien plus performante qu'en Coupe du monde cet hiver, mais les Suédois avaient tout de même gagné un relais le 7 janvier dernier à Oberhof.

Sebastian Samuelsson a magnifiquement construit la victoire de son équipe en réalisant deux sans-faute. "C'est un rêve qui devient réalité. Je fais dans le cliché, mais c'est vraiment ça !" Fredrik Lindström explique qu'il n'arrive pas à y croire. "C'est ma première médaille olympique, et elle est en or ! Je me souviens, quand j'étais un petit garçon, je regardais les Jeux à la télé et je rêvais d'être là un jour. Et maintenant, nous sommes champions olympiques ! C'est de la folie."

back to top En