skip to content
Date
28 août 1972
Tags
Munich 1972

Lasse Viren - Athlétisme

Athlétisme

Depuis cet épisode, son nom résonne familièrement aux oreilles des passionnés de course de longue distance, or en 1972 Lasse Viren n’était pas un sujet de conversation dans les ménages. Il ne faisait même pas figure de favori pour le 5 000 ou le 10 000 m. Et pourtant, si l’on revient sur sa carrière force est de constater qu’il s’agit d’un athlète ayant axé toute sa préparation sur les Jeux Olympiques, la seule compétition qui l’intéressât véritablement.

Chez lui en Finlande, Lasse Viren était policier et il s’adonnait à la course avec talent. Il avait participé aux Championnats d’Europe de 1971 mais avait terminé bien bas du classement du 5 000 et du 10 000 m. À cette époque déjà, toute son attention était dirigée sur les Jeux de 1972 à Munich.

Il commença par le 10 000 m. Compte tenu du nombre d’inscriptions, 50 au total, des qualifications avaient été organisées – une première depuis plus de 50 ans. Il boucla sa course à la quatrième place, conscient qu’il lui fallait garder de l’énergie pour la finale.

Il savait parfaitement négocier les virages avec précision de manière à ne pas rajouter plus de distance que nécessaire, mais il commit une erreur lors de cette finale, et une erreur grossière qui plus est. Alors qu’il était à peu près à mi-chemin, avec le Britannique David Bedford en tête, le Norvégien trébucha et chuta sur la piste. Mohammed Gammoudi, qui courait également en tête, tomba par-dessus lui et, quelque deux tours plus tard, fut forcé d’abandonner.

Par contre, il sembla que sa chute avait redonné de l’énergie à Viren. Il se redressa, rejoignit rapidement le peloton et poursuivit comme si de rien n’était. Il passa en tête du peloton, dépassa Bedford et rivalisa pour la première place avec plusieurs de ses adversaires.

La lutte pour la victoire vit alors s’opposer Lasse Viren et le Belge Emiel Puttemans qui le talonna sur les 150 derniers mètres. Le premier accéléra vivement, cette fois sans réaction de la part du Belge. Il franchit l’arrivée, s’empara de sa première médaille d’or et en profita pour faire tomber le record du monde détenu depuis sept ans par Ron Clarke.

La deuxième médaille d’or tomba la semaine suivante, lors du 5 000 m. Très sûr de lui, l’Américain Steve Prefontaine avait déclaré qu’il courrait le dernier 1,6 km en moins de quatre minutes. Or, Lasse Viren et Mohammed Gammoudi étaient en tête dans le dernier tour. Celui-là mena, puis ce fut le tour de celui-ci avant que le premier ne reprenne l’avantage dans les 100 derniers mètres pour s’adjuger une nouvelle fois la victoire. Il avait parcouru le dernier mile avec l’extraordinaire chrono de 4min. 01 s. 2. Mohammed Gammoudi repartit avec l’argent. Quant à Viren, il venait de réaliser son rêve suprême : remporter le doublé du 5 000 et du 10 000 m.

back to top