skip to content
The Olympian Artist
Date
20 mars 2018
Tags
Olympic Art Project
Olympic Art Project

Lanny Barnes

Lanny Barnes est une biathlète américaine, qui a participé trois fois aux Jeux Olympiques, et mène une carrière d’artiste professionnelle. Sa participation aux Jeux Olympiques remonte aux éditions de 2006, 2010 et 2014. 

Elle a une sœur jumelle, Tracy, qui a participé avec elle aux Jeux de Turin, en Italie, en 2006. Lanny a pris part aux Jeux Olympiques d’hiver de Vancouver, au Canada, en 2010, Jeux durant lesquels Tracy était remplaçante. C’est à cette occasion que Lanny a réalisé le meilleur résultat enregistré par l’équipe féminine américaine en 16 ans. Par ailleurs, les deux sœurs sont entrées dans l’histoire des Jeux et sont apparues comme un exemple aux yeux du monde entier lorsqu’en 2014 Tracy a généreusement laissé sa place à Lanny, au sein de l’équipe américaine envoyée aux Jeux Olympiques de Sotchi, en Russie. À l’époque, Lanny – tombée malade durant les épreuves de qualification – n’avait pas été retenue pour représenter les États-Unis. Pour son geste désintéressé et pour avoir fait preuve d’un véritable esprit olympique, Tracy s’est ensuite vu décerner le Prix international du fair-play par l’UNESCO et le Prix de l’inspiration attribué par le Comité olympique des États-Unis.

Sur le plan artistique, c’est à un très jeune âge que Lanny a commencé à dessiner et à peindre. Malgré une formation artistique très succincte, elle mène une carrière d’artiste professionnelle depuis l’an 2000. Spécialisée dans l’art animalier, elle réalise des dessins présentant la faune sauvage, en particulier au fusain. Elle a toutefois également réalisé des œuvres allant de la nature morte, aux portraits, en passant par le sport et les paysages, cela en utilisant toutes sortes de techniques artistiques différentes. L’art a toujours été la grande passion de Lanny, qui a su cultiver et développer son talent artistique tout en s’entraînant pour les Jeux Olympiques. Elle envisage de poursuivre sa carrière dans l’art et espère ouvrir un jour sa propre galerie.


C’était vraiment fantastique de voir tous ces athlètes, venus du monde entier, peindre ensemble Lanny Barnes
Interview
Vous avez été invitée par le CIO en tant qu’artiste en résidence. C’était la première fois que vous étiez présente sans participer à des compétitions et, de plus, lors de Jeux d’hiver. Comment avez-vous vécu cette expérience ?

Le fait d’être un artiste en résidence invité par le CIO était très différent de la participation en tant qu’athlète, mais j’ai tout de même ressenti le même enthousiasme, la même énergie et la même tension que lorsque j’ai participé aux Jeux en tant qu’athlète engagé dans les compétitions. Participer aux Jeux Olympiques est, et sera toujours, une source d’enthousiasme et d’inspiration. Ce séjour a toutefois été l’une des meilleures expériences de toute ma vie. En tant qu’athlète participant aux épreuves, je m’engageais pour ma famille, pour mon pays, mais cette fois-ci, avec ce projet d’art olympique, j’avais le sentiment de m’engager pour les êtres humains du monde entier et d’aider les athlètes, quelle que soit leur origine, afin de leur permettre de vivre une expérience aussi belle que possible et de promouvoir les valeurs olympiques.

D’après vous, est-ce que les athlètes ont réagi favorablement à cette initiative artistique ?

Il semble que tous les athlètes qui ont franchi la porte aient été enthousiasmés et fascinés par ce projet. La plupart des olympiens ont dit à quel point ils trouvaient cette idée excellente et certains auraient même préféré être au courant plus rapidement, ce qui leur aurait permis d’avoir un lieu où se rendre, tout au long des Jeux, pour s’exprimer sans pression ni stress et avoir du plaisir dans un cadre reposant. C’était vraiment fantastique de voir tous ces athlètes, venus du monde entier, peindre ensemble. Ils riaient et ont vraiment aimé vivre cette expérience.

Est-ce que ce projet changera votre façon d’appréhender l’art olympique ?

Ce projet a réellement modifié l’idée que je me faisais de l’art olympique. J’ai toujours considéré l’art et le sport comme des langues universelles, mais ce n’est qu’au cours de ce séjour que j’ai pu véritablement le ressentir au sens propre. Avec la participation d’athlètes venus de 39 pays différents, nous n’avons pas eu besoin de parler la même langue pour prendre part à ce projet et avoir du plaisir. C’était réellement fantastique de voir tant d’athlètes et de personnes, avec des origines et des parcours si différents, partager les valeurs olympiques dans le cadre de ce projet.

Après ce projet, pensez-vous que l’art a sa place à chaque Jeux ?

Et au village olympique ? Oui, bien sûr, je suis absolument convaincu que ce projet a sa place lors de toutes les éditions des Jeux et surtout dans tous les villages. L’art est déjà tellement présent durant les Jeux, par exemple dans le cadre des cérémonies d’ouverture et de clôture, ainsi que par le biais d’expositions et de spectacles présentés pendant la période des Jeux. Et ce projet permet aussi de jeter un pont entre les sports et l’art, et cela d’une manière qui nous aide vraiment à promouvoir les valeurs olympiques.

Et quel a été le moment le plus mémorable ? Celui que vous n’oublierez jamais.

Deux coéquipières japonaises sont entrées pour peindre et ont travaillé ensemble pour produire une peinture sur l’une des toiles. Lorsqu’elles sont arrivées, l’une d’entre elles avait encore les larmes aux yeux à cause du résultat décevant qu’elle venait de faire lors d’une épreuve, mais une fois leur peinture terminée, elles riaient et se serraient dans les bras. Pour un athlète, de tels moments n’ont pas de prix. Partir d’un moment de déception et le transformer en une expérience nouvelle et positive, tout en rendant son expérience et son séjour inoubliables et encourageants, montre réellement tout ce que représentent les valeurs olympiques.

Quelles sont les principales conclusions que vous en tirez ?

Je crois que le moment qui m’a le plus marqué a été l’instant où un homme est entré dans l’atelier (je pense qu’il s’agissait du père d’un athlète, venu soutenir son fils). Il a regardé toutes les peintures, puis a dit : « Ah, les valeurs olympiques ! ». Et tant de gens, comme lui, l’ont immédiatement compris, des athlètes et des entraîneurs jusqu’aux bénévoles et aux employés travaillant au village. Il semble que tout le monde ait vraiment compris ce que nous étions en train de faire et ce que nous cherchions à promouvoir, sans même que nous ayons à l’expliquer.

back to top En