skip to content
Date
24 juil. 2007
Tags
Actualités Olympiques

La symbiose entre un cavalier et sa monture


Hans Günter Winkler fête ses 81 ans aujourd’hui. Le cavalier allemand détient un beau palmarès olympique en saut d'obstacles, fruit d’une extraordinaire entente entre l’homme et l’animal comme avec la jument bai Halla. À eux deux, ils ont gracieusement et efficacement bondi de succès en succès. Il est donc impossible d’évoquer l’un sans évoquer l’autre dans un sport où la réussite s’obtient à deux.



De l’or dans la douleur
Pour leurs premiers Jeux Olympiques en 1956, le cavalier et sa monture n’ont pas eu besoin de se déplacer aux antipodes. Si les Jeux se tiennent à Melbourne, les épreuves équestres ne sont pas organisées par la ville hôte en raison d’une loi obligeant les chevaux étrangers à rester six mois en quarantaine. Le CIO confie alors l'organisation des compétitions équestres à la ville suédoise de Stockholm.




L’événement le plus marquant de la carrière des duettistes déjà plusieurs fois titrés en championnat du monde se produit à Stockholm. Winkler s’est blessé à l’aine dans le premier tour du saut d’obstacles en négociant mal un saut en fin de parcours ; s’il ne se présente pas au deuxième tour, il risque l’élimination, non seulement la sienne, mais aussi celle de son équipe. Mais Halla est là et assure : la jument franchit sans fautes tous les obstacles malgré le handicap physique de son cavalier. À l’Allemagne le titre - individuel et par équipes, au duo la notoriété.




Des chevaux et un homme
À Rome en 1960, Winkler et Halla font équipe pour la dernière fois aux Jeux Olympiques. Ils terminent au cinquième rang du saut d’obstacles individuel. Néanmoins, la victoire de l’Allemagne dans l’épreuve par équipes leur permet de repartir de la Ville éternelle avec une médaille d’or.



Différentes montures ont succédé à Halla, permettant à Winkler de participer à quatre autres éditions des Jeux Olympiques où il s’illustre systématiquement dans l'épreuve du saut d'obstacles par équipes. À Tokyo en 1964, il chevauche Fidelitas : résultat, une médaille d’or. À Mexico en 1968, il tient les rênes d’Enigk : résultat, une médaille de bronze. À Munich en 1972, Winkler est épaulé par Torphy et l’Allemagne s’adjuge l’or à domicile. À 50 ans, l'infatigable cavalier s'offre un dernier succès olympique : une médaille d'argent à Montréal en 1976, toujours avec Torphy. 




Le spectacle du saut d’obstacles
Les sports équestres allient la fougue de l’animal à la maîtrise du cavalier. Une conjugaison difficile entre deux êtres si opposés mais malgré tout complémentaires. Une conjugaison qui donne toute sa dimension spectaculaire à l’exercice et qui ravit les spectateurs. Tant les spécialistes que le grand public sont tenus en haleine par le suspense et la prise de risque que comporte la discipline du saut d'obstacles. Merci et bravo donc à Hans Günter et ses montures pour le spectacle qu'ils nous ont offert durant toutes ces années et bon anniversaire !










Profil


WINKLER Hans Günter

Hans Günter
WINKLER
Sports équestres
(Allemagne)
back to top En