skip to content
Getty Images
Date
15 juin 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Tennis de table

La starlette du tennis de table Lily Zhang prête à retourner aux Jeux


Lily Zhang, star de l’équipe américaine de tennis de table, a participé à Londres 2012 alors qu’elle n’avait que 16 ans. Quatre ans et un titre des Jeux Olympiques de la Jeunesse plus tard, elle n'a qu'une hâte : remettre ça à Rio 2016.

Lily Zhang était trop jeune pour participer à la première édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de 2010 à Singapour. Après deux ans de patience, elle est devenue une olympienne à part entière à l’âge de 16 ans, en même temps que la plus jeune pongiste de Londres 2012.

« Ce fut une expérience extraordinaire. J’en ai apprécié chaque minute », dit-elle, bien qu’elle ait été éliminée rapidement et quelque peu dépassée par l'ampleur de l'événement.

« À Londres, j’étais un peu en admiration devant tout le monde, un peu submergée et un peu trop timide pour parler aux autres, se souvient-elle. Aux JOJ de Nanjing 2014, c’était différent, mais pas moins source d’inspiration et d’expérience pour autant. »

Getty Images

« Aux Jeux Olympiques de la Jeunesse, tout le monde avait à peu près le même âge. C’était vraiment cool, enchaîne-t-elle. Je m’y suis sentie super à l’aise et libre de parler à tout un chacun. Ce fut une nouvelle expérience incroyable. »

« Globalement, le Mouvement olympique vise à rassembler les gens, à ce qu’ils se comprennent et éprouvent un respect mutuel. En bénéficier à l’adolescence, c’est tout simplement extraordinaire. C’est super de motiver les jeunes pour qu’ils aillent aux Jeux Olympiques. »

À Nanjing, Lily a gagné le bronze en simple et elle est devenue la première athlète américaine à remporter une médaille en tennis de table aux Jeux Olympiques ou aux JOJ.

Getty Images

Comble du bonheur, cet exploit a été réalisé en Chine, pays qui domine depuis des lustres le sport de Lily.

Alors qu’elle rêve à nouveau de podium, que ce soit en individuel ou par équipes, elle sait qu’elle va s’attaquer à forte partie. En effet, les meilleures joueuses et les équipes les plus performantes de la planète seront toutes là pour décrocher les honneurs.

« Aux États-Unis, le tennis de table n’est pas très populaire, explique-t-elle. Peu de gens le connaissent ou sont professionnels et ce sera donc extrêmement difficile. »

« Je vais disputer les deux compétitions, car elles me plaisent toutes les deux. En simple, on ne peut évidemment compter que sur soi. Mais j’aime vraiment ça, jouer et tout donner. La compétition par équipes est également géniale car le collectif est omniprésent. J’aime beaucoup encourager mes partenaires et travailler avec elles. »

Toujours en apprentissage, Lily doit presque sa carrière au hasard. Tout a commencé à l’âge de 7 ans.

Son père était professeur à l’université californienne de Stanford. Sa famille habitait sur le campus et une table de ping-pong était installée dans la buanderie. « Chaque fois que nous faisions la lessive, je jouais avec mes parents, par plaisir, dit-elle. Je ne savais vraiment pas que cela deviendrait sérieux. »

« Je ne me rappelle pas m’y être mise vraiment sérieusement avant l’âge de 10 ou 11 ans. Au début, mon premier objectif a été de battre ma sœur. Tout est parti de là ! »

Depuis, Lily a gagné du bronze aux Jeux panaméricains de 2011 et a réalisé le grand chelem aux Championnats des États-Unis 2014, décrochant le simple dames, le double dames et le double mixte.

Elle s’est qualifiée pour Rio en avril, dès le premier jour du tournoi de qualification olympique nord-américain, en battant sa coéquipière Jiaqi Zheng en quatre sets secs.

Elle s’entraîne aujourd’hui jusqu’à six heures par jour, six jours par semaine, au sein de son club californien, l’India Community Centre (ICC). Elle part aussi régulièrement en stage ou disputer des compétitions.

Elle a ainsi participé récemment à l’Open de Slovénie, ce qui lui a permis d’engranger de l’expérience en tournoi professionnel.

« Ce fut un super entraînement pour Rio, dit-elle. Il y avait beaucoup de joueuses qui seront également aux Jeux. Y participer et les suivre un peu, tout en accumulant de l’expérience, c’était vraiment une bonne chose. »

Getty Images

Dans le même temps, Lily a mis ses études de psychologie, qu’elle suit à l’université de Californie de Berkeley, entre parenthèses pendant un an pour pouvoir se concentrer sur sa préparation olympique. Cette fois-ci, elle se sent beaucoup plus prête à relever le défi.

« En quatre ans, j’ai vécu beaucoup plus d’expériences, dit-elle, et j’ai joué beaucoup plus de matches difficiles. Je sais beaucoup mieux gérer les situations délicates. Je suis sans aucun doute bien mieux préparée et j’espère donc pouvoir obtenir de meilleurs résultats. »

Lily envisage de reprendre ses études à son retour des Jeux.

« En retournant à Berkeley, cela va être dur de continuer à jouer au tennis de table à un niveau professionnel, souligne-t-elle. Mais je vais essayer de concilier sport et études. » Elle confie d’ailleurs que ses camarades l'ont soutenue tout au long de sa carrière sportive. « Elles trouvent ça vraiment trop cool. Certaines de mes copines ont des tables de ping-pong chez elles. Quand j’y vais, je m’amuse bien », ajoute-t-elle.

Pour l’heure, Lily est impatiente d’effectuer son premier voyage à Rio de Janeiro.

« Je suis vraiment excitée à l’idée de pouvoir y aller et de représenter mon pays, dit-elle. C’est un tel honneur. À chaque fois que je joue et que je porte le drapeau américain sur la poitrine, c'est une formidable leçon d’humilité. »

back to top En