skip to content
IOC/Changjie Chen

La Slovénie poursuit son succès en saut à ski avec des champions des JOJ aériens

Les doubles médaillés d’or des Jeux Olympiques de la Jeunesse, Ema Klinec et Bor Pavlovcic, ont tous deux fait forte impression cette saison lors de la Coupe du monde FIS, sans parler des médailles supplémentaires qu’ils ont grappillées chez les juniors. Tous deux brossent le tableau d’une approche contrastée du succès au plus haut niveau.

La sauteuse à ski slovène Ema Klinec est ouvertement avide de succès. La double médaillée d’or des Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2016 (individuel dames et équipes mixtes) a ajouté à sa collection débordante de trophées un titre de championne du monde juniors FIS par équipes mixtes, consolidé par une médaille d’argent individuelle, au début de ce mois.

« Il s’agit de donner le meilleur de soi, dit Ema Klinec. C’est ce que je m’efforce de faire tous les jours. »

Son camarade Bor Pavlovcic, lui aussi double médaillé d’or à Lillehammer 2016, l’a accompagnée aux Championnats du monde juniors, aux États-Unis en Utah, où il a décroché le titre masculin par équipes. 

« Comme nous sommes un petit pays, nous sommes tous regroupés au même endroit, à Kranj, où l’équipe A, l’équipe B et l’équipe juniors s’entraînent ensemble, explique Pavlovcic. Nous pouvons donc nous observer en permanence et progresser ensemble. »

Une telle émulation a certainement nourri l’approche avisée et clairvoyante d’Ema Klinec. « Je me suis servie des JOJ pour préparer les Jeux Olympiques, dit-il. J’ai vu quelles étaient les différences par rapport aux coupes du monde, comme l’équipement, et il n’y avait pas de sponsors (sur la zone de compétition). »

Un an plus tard, la satisfaction d’avoir justifié son statut de favorite en Norvège – elle était montée trois fois sur un podium de Coupe du monde la saison précédant les Jeux – est toujours évidente. « Si je compare les coupes du monde et les JOJ, la pression était plus forte aux JOJ car j’étais la favorite », explique-t-elle.

« En coupe du monde, je fais partie des meilleures, mais je ne suis pas la meilleure et cela fait une différence. On est moins dans la lumière (en coupe du monde) et il est donc plus facile d’effectuer de meilleurs sauts et de créer la surprise. Mais il faut que je m’habitue à être la dernière à m’élancer du tremplin et à devoir réaliser le meilleur saut pour gagner. » Elle en est certainement capable. La Slovène a en effet déjà obtenu une deuxième place cette saison en Coupe du monde FIS, à Oberstdorf en Allemagne.

La problématique de son coéquipier Bor Pavlovcic est légèrement différente. Les performances en Norvège de l’athlète de 18 ans sont en effet sorties de nulle part. « Il n’y a que la saison dernière où j’ai bien marché, dit-il. Avant, ce n’était pas terrible. L’année dernière, je n’attendais donc rien, et j’ai obtenu beaucoup de bons résultats. »

L’une des conséquences immédiates de ses deux médailles d’or a été le prolongement d’un an de la bourse que lui a accordée le Comité National Olympique slovène. Pavlovcic et Klinec sont tous deux revenus concourir à Lillehammer depuis les JOJ. Le premier confie que la capitale olympique de la Norvège occupe une place à part dans son cœur. « J’y étais il y a environ un mois et de nombreux souvenirs superbes sont remontés, tous les gens, tout ce qui était sympa à faire, les différents sports, les fiestas, c’était extraordinaire, dit-il. Lillehammer est peut-être bien la ville idéale pour organiser les Jeux Olympiques de la Jeunesse. »

back to top En