skip to content

La seule discipline de bobsleigh présente à Lausanne 2020

Monobob IOC
Le Monobob vise à créer un terrain d’équilibre et débarque aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lausanne en janvier.

Une seule épreuve de bobsleigh se déroulera à Lausanne 2020 : le Monobob.

Comme son nom l’indique, un seul athlète se trouve dans ce bobsleigh. C’est à lui de courir, de pousser, de diriger et de freiner sur la piste de glace sinueuse. Cette variante moderne d’un sport classique est apparue pour la première fois aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d'Hiver de Lillehammer 2016.

Sa popularité est également croissante. Non seulement le monobob revient aux JOJ de Lausanne en janvier, mais l’épreuve féminine fera également son grand retour olympique à Pékin 2022.

Alors que les athlètes des JOJ 2020 espèrent suivre les pas de Laura Nolte, championne en 2016, ils peuvent d’ores et déjà commencer à rêver d’une gloire olympique future.

Le Monobob se déroulera à St Moritz les 19 (femme) et 20 janvier (homme) à Lausanne 2020.

 

Quatre, puis deux, puis un

Le bobsleigh est au programme olympique depuis ses toutes débuts, avec le bob à 4 déjà présent lors des premiers Jeux Olympiques d’Hiver en 1924.

Le bob à 2 a suivi en 1932, et les deux événements sont depuis restés au programme de chaque Jeux… Tous, ou presque.

En 1960, à Squaw Valley, en Californie, les organisateurs ont *refusé de construire une piste *de bobsleigh, puisque seulement neuf nations y participaient. À ce jour, ce sont les seuls Jeux où les épreuves de bobsleigh n’ont pas eu lieu.

Le bob à 2 féminin a été introduit à Salt Lake City 2002, tandis que Pékin 2022 s’apprête à prendre le relais des JOJ et à introduire au monde entier le monobob.

Des engins identiques

L’idée du monobob est de mettre tout le monde sur un pied d’égalité.

Les équipes ont passé des années à créer le bobsleigh parfait en utilisant la technologie de la Formule 1 et en cherchant le meilleur aérodynamisme. Mais le monobob s’est volontairement détourné de cette voie, et a choisi de récompenser l’athlète et non son engin.

Toutes les luges sont identiques, et sont attribuées aux athlètes après un tirage au sort.

À Lausanne 2020, ils garderont leur luge pour la durée de l’épreuve, qui consiste en six séries d’entraînement et deux séries de compétition qui décident les champions féminin et masculin.

Je suis sûr que cela aidera à développer une jeune génération car cela leur permet d’approcher plus facilement le sport, c’est durable en terme de coût et c’est sans danger. Ivo Ferriani

"L’idée est de donner le plus de chance possible aux participants de gagner, que ce ne soit pas simplement le meilleur équipement qui l’emporte", a déclaré Jonas Jannusch, qui a remporté le premier titre en monobob masculin des JOJ à Lillehammer.

"Vous n’avez besoin de personne derrière vous pour piloter", a ajouté le président de la Fédération Internationale de Bobsleigh et de Skeleton Ivo Ferriani.

back to top En