skip to content

La Session du CIO aborde des sujets relatifs au Mouvement olympique en marge des JOJ de Lausanne 2020

IOC / Christophe Moratal
Date
10 janv. 2020
Tags
Actualités Olympiques
Alors que le coup d'envoi des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) d'hiver de 2020 vient d'être donné à Lausanne, Suisse, la Session du Comité International Olympique (CIO) s'est réunie aujourd'hui pour des présentations et des discussions relatives à plusieurs sujets.

Groupe de travail sur la boxe

M. Watanabe a présenté un rapport d'étape sur les activités menées à bien par le groupe de travail du CIO sur la boxe. La première épreuve de qualification continentale pour les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo se tiendra à Wuhan, République populaire de Chine, du 3 au 14 février 2020. Trois épreuves de qualification continentale suivront entre février et avril à Dakar (SEN), Londres (GBR) et Buenos Aires (ARG), tandis qu'une épreuve de qualification mondiale se déroulera à Paris (FRA) en mai. 

IOC

Ainsi que l'a déclaré M. Watanabe : "Le groupe de travail œuvre sans relâche afin d'accomplir sa mission, à savoir veiller à ce que les boxeurs et les boxeuses aient un parcours de qualification équitable et propre et d'instaurer des règles équitables pour que les meilleurs athlètes puissent se qualifier et gagner aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020."

Association Internationale de Boxe (AIBA)

Nenad Lalovic a présenté à la Session du CIO le rapport du comité de pilotage sur la situation de l'Association Internationale de Boxe (AIBA). Pour rappel, ce comité a été créé en juin 2019 après  la décision prise par la Session de suspendre la reconnaissance de l'AIBA

Au cours des derniers mois, le comité de pilotage a tenu plusieurs réunions avec le comité exécutif de l'AIBA et son président par intérim, M. Mohamed Moustahsane, et demandé instamment que des mesures soient prises dans les trois domaines suivants : situation financière, exercice des responsabilités et soutien apporté au groupe de travail du CIO sur la boxe.

Le comité a pris note de la volonté de l'AIBA d'organiser de nouvelles compétitions afin de générer des revenus, alors que les détails concernant un plan financier visant à effacer la dette de la Fédération doivent encore être fournis.

Le comité de pilotage a également appris que l'AIBA envisageait de modifier ses statuts et de tenir un Congrès extraordinaire au printemps 2020. Cela étant, pour soutenir la nouvelle structure de gouvernance, des précisions devront être apportées concernant l'exercice des responsabilités.

Le comité poursuivra dans les mois qui viennent ses activités de suivi et ses discussions avec les dirigeants actuels de l'AIBA. 

E-sport et jeux vidéo

Le président du groupe de liaison sur l'e-sport et les jeux vidéo, David Lappartient, président de l'UCI, a fait le point sur les  recommandations approuvées par le Sommet olympique en décembre dernier visant à promouvoir les sports et les valeurs olympiques dans l'e-sport et les jeux vidéo. Il a notamment expliqué l'approche à deux vitesses convenue par le Sommet. D'une part, les participants ont vu un formidable potentiel en termes de coopération et d'intégration des jeux électroniques simulant des sports dans le mouvement sportif, mais d'autre part, s'agissant des autres jeux électroniques, ils ont conclu qu'à ce stade, le mouvement sportif devrait se concentrer sur les joueurs plutôt que sur des jeux spécifiques. 

Alliance des fédérations de sport indépendantes (AIMS) 

La Session a accordé la reconnaissance définitive du CIO à l'Alliance des fédérations de sport indépendantes (AIMS). Cette mesure fait suite à la reconnaissance provisoire conférée par la  commission exécutive du CIO lors de sa réunion du 2 décembre 2015 et à la  décision prise par cette dernière en octobre 2019 de soumettre la demande de reconnaissance définitive de l'AIMS à la Session. 

Fondée en 2009, l'AIMS joue un rôle essentiel au sein de  l'Association mondiale des fédérations internationales de sport (GAISF). C'est l'organe faîtier des Fédérations Internationales qui ne sont pas reconnues par le CIO à l'heure actuelle. À noter que la reconnaissance de l'AIMS ne confère en rien la reconnaissance à ses membres et que la procédure existante pour la reconnaissances des FI demeure inchangée. 

L'AIMS met l'accent sur les échanges culturels, l'éducation par le sport et le sport pour tous ; elle protège également ses FI membres d'organes rivaux, coopère étroitement avec l'AMA et utilise le sport pour contribuer à l'essor de la société. 

L'AIMS a été l'élément moteur qui a permis d'améliorer et de renforcer la bonne gouvernance au sein de ses fédérations membres. Elle s'est également attelée à promouvoir et à développer les sports régis par ses membres à travers les diverses initiatives qu'elle a lancées.

À la suite de la signature d'un protocole d'accord le 19 avril 2016, les relations entre le CIO et l'AIMS se sont considérablement renforcées. Cette collaboration s'inscrit dans le droit fil de la recommandation 13 de l'Agenda olympique 2020 (optimiser les synergies avec les parties prenantes du Mouvement olympique). 

Pour information, l'AIMS assurera la présidence de la GAISF de 2023 à 2025.

IOC

Ordre olympique

Le CIO a remis l'Ordre olympique à cinq de ses membres honoraires :  Iván DibósAustin L. SealySamih MoudallalHabu Gumel et  Willi Kaltschmitt Luján. L'Ordre olympique est la plus haute distinction accordée par le CIO. Il est décerné à des personnes qui ont rendu des services exceptionnels à la cause olympique et ont contribué au développement du sport. 

back to top En