skip to content
2016 Getty Images
Date
30 nov. 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO ,

La séance bilan de Rio 2016 met en évidence la place des athlètes au cœur des Jeux

La Zimbabwéenne Kirsty Coventry, sacrée dans le bassin olympique en 2004 et 2008, et qui a participé à ses cinquièmes et derniers Jeux cet été à Rio, est actuellement à Tokyo pour la séance bilan du CIO sur les Jeux Olympiques de Rio 2016. S’exprimant au titre de membre de la commission des athlètes du CIO, elle a adressé un message fort aux organisateurs de Tokyo 2020 et aux autres futures villes hôtes : écoutez les athlètes.

« Cette forme de séance bilan est extrêmement importante, a indiqué Kirsty Coventry. Il est important de faire le bilan de ce qui fonctionne, mais plus important encore sans doute, de ce qui ne fonctionne pas très bien, afin que la ville hôte suivante puisse en tirer les enseignements. Cela peut servir dans énormément de domaines. Cela peut permettre de réduire les coûts, de voir de ce qui efficace pour aider les athlètes et leur permettre d’évoluer à leur meilleur niveau. »

Elle a ensuite établi une comparaison entre le processus de bilan d’après-Jeux et celui que suit un athlète après une compétition. « Lorsque vous êtes athlète, après une course vous analysez ce qui a marché ou pas, et ce que vous auriez pu mieux faire, et vous élaborez des solutions. »

Lorsque vous êtes athlète, après une course vous analysez ce qui a marché ou pas, et ce que vous auriez pu mieux faire, et vous élaborez des solutions. Kristy Coventry

« Ce sont les mêmes discussions qui ont lieu ici à Tokyo, a-t-elle ajouté. C’est extrêmement important, surtout dans le contexte de l’Agenda Olympique 2020 du président Bach et du fait de la volonté du CIO de se concentrer sur la durabilité et de présenter des Jeux débarrassés de leurs « éléphants blancs », en utilisant les installations existantes et en laissant les athlètes au cœur des Jeux. J’espère que la séance bilan de Rio 2016 permettra de mettre en lumière toutes ces questions importantes. »

Au niveau personnel, Kirsty Coventry a des raisons particulières de s’interroger sur Rio, théâtre de ses derniers Jeux Olympiques, d’où elle est repartie avec beaucoup d’impressions positives. « Rio, c’était super, avec une ambiance très chaleureuse. Le village en lui-même était superbe et idéal pour les balades. Et en plus, ça fait drôle de se promener là et de tomber sur Novak Djokovic en train de s’échauffer sur un court de tennis. »

IOC

Elle garde notamment en mémoire sa toute dernière course à Rio, la finale du 200 m dos dames qu’elle a terminée à la sixième place. « J’ai pris le temps de tout savourer. J’ai regardé le public, mon mari, mes parents, ma tante et mon oncle. Il y avait une ambiance incroyable dans la piscine. Tout cela est gravé dans ma mémoire. »

Elle n’a d’ailleurs pas eu le temps de se reposer sur ses lauriers en sortant pour la dernière fois du bassin, puisqu’elle a dû tout de suite troquer son maillot de bain pour sa tenue de membre de la commission des athlètes du CIO.

« J’ai eu beaucoup de travail à Rio. Dès que j’ai eu fini de nager, j’ai enchaîné sur mes autres fonctions. Je suis vraiment ravie de faire partie de la commission des athlètes du CIO. On apprend sans cesse. C’est comme avec la séance bilan. En écoutant certains exposés, on se rend compte de la planification, des heures de travail et des efforts acharnés nécessaires pour faire des Jeux », constate-t-elle.

C’est bon de voir qu’on tient compte du point de vue des athlètes lors des prises de décision. C’est vraiment super. Kristy Coventry

« C’est bon de voir qu’on tient compte du point de vue des athlètes lors des prises de décision. C’est vraiment super », ajoute Kirsty Coventry qui indique que si elle pouvait donner un conseil aux organisateurs dans la perspective de Tokyo 2020, ce serait d’impliquer les athlètes dès le début. « Écoutez-les. Les athlètes prennent peut-être parfois les questions administratives par-dessus la jambe, mais ils connaissent beaucoup de choses. Prendre en compte leurs attentes et leurs avis sur ce qui peut fonctionner peut permettre finalement d’économiser beaucoup d’argent. »

« Les athlètes japonais en lice sont ceux qui bénéficieront le plus de l’héritage des Jeux, et le fait de les impliquer et de leur faire découvrir ce que l’OCOG cherche à accomplir contribuera donc à la réussite des Jeux de Tokyo. »
Tags Rio 2016 , Actu CIO ,
back to top En