skip to content

La Russie remporte ses deux premières médailles d'or en biathlon aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lausanne

OIS
Date
11 janv. 2020
Tags
Actualités Olympiques, Lausanne 2020, JOJ, Biathlon
La Russie a décroché ses deux premières médailles d'or en biathlon aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Lausanne 2020 ce samedi, au terme du 10 km individuel féminin et du 12,5 km individuel masculin.


Organisées à Les Tuffes, dans la région française du Haut-Jura, la compétition a également ravi les centaines de fans locaux venus soutenir leurs compatriotes, qui se sont offert l'argent et le bronze.

Au terme de l'épreuve féminine, Alena Mokhova a décroché l'or en 32 minutes et 26,7 secondes. Jeanne Richard (FRA) s'est quant à elle classée à la deuxième place du podium, avec un chronomètre de 33 min 30,5 s, tandis que la biélorusse Yuliya Kavaleuskaya a remporté le bronze avec 33 min 59,5 s.

OIS

Plus tard dans la journée, Oleg Domichek a décroché une seconde médaille d'or pour l'équipe russe, en terminant l'épreuve masculine en 34 min 9,4 s. Lukas Haslinger (AUT) a fini à la deuxième place du classement avec 34 min 23,0 s et Mathieu Garcia (FRA) s'est aussi hissé sur les marches du podium avec un chronomètre de 35 min 4,3 s.

"Mon entraîneur m'a dit au dernier tour que j'étais en tête", déclare Mokhova, qui n'a raté que deux tirs sur 20. "Je savais que je devais tout donner. J'ai essayé de ne pas penser à la médaille, parce que je savais que j'étais en compétition contre beaucoup d'athlètes très talentueux, qui étaient encore sur la piste".

L'affaire semblait mal engagée pour Domichek, qui a raté un tir dans chacune de ses premières séances couchées et debout. Pourtant, les quelques ajustements réalisés par le jeune athlète de 17 ans ont porté leurs fruits, malgré une chute au dernier tour.

OIS

"J'étais nerveux après les deux premiers tirs manqués, mais je me suis forcé à me détendre, en me disant que je n'avais plus rien à perdre, explique-t-il. Je me suis comporté comme si j'étais à l'entraînement et j'ai essayé de me détendre.

Au dernier tour, mon entraîneur m'a dit que j'étais en bonne position dans le classement, et c'est alors que je me suis dépassé. C'était une course difficile qui comportait de nombreux virages, et je suis même tombé au dernier tour, mais mes skis ont glissé à la perfection".

Pour les médaillés français, monter sur le podium à domicile a un goût particulièrement délicieux.

"Participer à la compétition dans son propre pays est une expérience formidable, déclare Garcia. On a le soutien du public et de ses amis sur la piste, et cela n'a pas de prix. C'est tout simplement génial !"

Malgré une médaille de bronze, c'est avec une grande angoisse que le jeune homme de 17 ans a dû attendre que le reste des participants termine la course.

"Il n'y a pas de mots pour décrire ce niveau de stress", confie-t-il. L'attente était interminable et les secondes semblaient être des heures.

Getty Images

Je savais que l'équipe française était talentueuse. Nous devions simplement faire ce qu'on attendait de nous. Je crois que c'est mission accomplie !"

L'ambiance était différente de celle que beaucoup de ces jeunes biathlètes avaient pu vivre auparavant.

"Je n'ai jamais couru devant une foule aussi grande, s'ébahit Haslinger. C'est une sensation très particulière. Tout le monde vous applaudit. Mais peu importe qu'il s'agisse de 100 ou 10 personnes, l'important est de se concentrer sur la course."

back to top En