skip to content

La République de Corée brille dans les finales de patinage de vitesse sur piste courte


La Sud-Coréenne Kim Jiyoo a jeté un coup d’œil sur sa droite et s’est fendue d’un sourire complice lors de la remise des médailles du 1 000 m féminin de patinage de vitesse sur piste courte à la Halle olympique Gjøvik.

Sept ans après avoir rencontré Lee Suyoun et qu’elles commencent à s’entraîner ensemble, Kim Jiyoo et sa compatriote se sont retrouvées tout en haut du podium, respectivement sur les deux premières marches aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver, Lillehammer 2016.

« Je suis très contente d’avoir gagné l’argent et que l’or revienne à ma coéquipière et amie, a déclaré une Lee rayonnante. Nous avons un style d’entraînement spécial et nos entraîneurs nous donnent beaucoup de conseils. »

Hwang Daeheon avait gagné auparavant la médaille d’or du 1 000 m masculin, parachevant ainsi la mainmise de la République de Corée sur le patinage de vitesse sur piste courte.

Dans les deux finales, les Sud-Coréens ont patiné tout en retenue jusqu’à l’avant-dernier tour avant de placer une accélération décisive pour coiffer leurs adversaires sur la ligne d’arrivée.

« J’ai rattrapé la patineuse de tête et ensuite j’étais devant et cela s’est terminé en duel (avec Lee), a indiqué Kim. Je savais que si je ne commettais pas d’erreur, la victoire serait pour moi. »

« À un moment donné, j’ai tourné et doublé celles qui étaient devant. J’ai su alors que je pouvais obtenir l’argent », ajoute Lee.

Kim a bouclé la distance en 1 min 24 sec 41 alors que Lee a terminé sur ses talons en 1 min 24 sec 48.

Le bronze est revenu à l’Allemande Anna Seidel (1 min 24 sec 76).

La Sud-Coréenne Kim Jiyoo (au centre) avec sa médaille d’or, entourée de sa compatriote Lee Suyoun (argent, à gauche) et de l’Allemande Anna Seidel (bronze, à droite) à l’issue de la finale du 1 000 m dames de patinage de vitesse sur piste courte. Photo : Al Tielemans (YIS/CIO)

« Les Sud-Coréennes étaient très rapides, mais mon objectif était de conserver la troisième place et cela a marché, a déclaré cette dernière. Elles sont toujours très fortes, notamment dans les virages. Elles patinent à la perfection. J’ai pas mal mené et quand les Sud-Coréennes m’ont doublée, je me suis dit : “Suis-les simplement, suis-les, suis-les et tu l’auras cette médaille.” »

Dans la finale masculine, Hwang a boxé l’air de ses poings en signe de victoire alors qu’il franchissait la ligne d’arrivée en 1 min 18 s 73.

Son dauphin, le Chinois Ma Wei, chronométré pour sa part en 1 min 18 sec 85, était clairement frustré d’avoir été doublé par son adversaire sud-coréen et secouait la tête en tentant de retrouver son souffle à l’issue de la course.

« C’est comme un rêve. Je suis content d’avoir obtenu la médaille d’or dans cette compétition plus qu’aucune autre, a indiqué Hwang. Je suis allé assez vite, mais j’ai su aussi attendre mon heure. C’est pour cela que tout s’est bien passé. »

« Je n’arrive pas à réaliser que c’est arrivé. C’est vraiment comme un rêve, mon travail acharné a payé. »

Médaillé de bronze en 1 min 18 sec 94, le Hongrois Liu Shaoang était à peine déçu par son classement.

« Je n’ai pas essayé de passer car mes lames étaient abîmées et la glace commençait à se fendiller. [Hwang] a pris très vite les commandes et je savais que je ne pourrais pas le doubler », a-t-il déclaré.

Les quelque 600 spectateurs présents ont encouragé les athlètes des JOJ en lice dans le stade situé à flanc de montagne, dans la ville pittoresque de Gjøvik, au bord d’un lac.

Écrit par ALAN ADAMS (YIS/CIO) avec Kim Joo-Hyun et Emily Bayci, jeune reporter du CIO

Alan Adams est un reporter du Service d’information des JOJ (Youth Information Service, YIS) de Lillehammer. Basé à Toronto, au Canada, il couvre les actualités sportives depuis le milieu des années 1980, notamment cinqéditions des Jeux Olympiques d’hiver.

back to top En