skip to content
Date
23 août 2004
Tags
Athènes 2004

La puissante Irini Merleni se faufile dans l’histoire

La lutte féminine a fait pour la première fois son apparition au programme olympique à Athènes 2004, dans quatre catégories de poids. L’honneur de devenir la première championne olympique de lutte est ainsi revenu à la minuscule Ukrainienne Irini Merleni, sacrée chez les poids mouche.


Si l’Ukrainienne ne mesure que 1,50 m, c’est en revanche une athlète très complète et très expérimentée. Triple championne du monde, elle est bien entendu la grande favorite de sa catégorie à Athènes, mais arrivera-t-elle à se débarrasser du poids de l’histoire juché sur ses épaules ?

Dès les combats préliminaires, Irini Merleni semble venir d’une autre planète. Elle abat ses adversaires les unes après les autres, avec une technique et une détermination impressionnantes. En moins de cinq minutes de compétition effective, elle a déjà gagné ses trois premiers combats et cumulé un score de 31 points à rien.

En demi-finale, elle est opposée à l’Américaine Patricia Miranda, qui évolue une classe nettement au-dessus que ses précédentes adversaires. Les deux femmes se sont déjà rencontrées l’année précédente aux Championnats du monde 2003 : le combat a été très serré puisque Irini Merleni n’a gagné que 5-4. Cette fois, c’est une autre chanson, car l’Américaine n’est pas au sommet de sa forme et Irini s’impose haut la main 9-0.

Elle atteint donc la finale sans avoir essuyé de véritable test. Mais la donne va changer puisque son adversaire est la Japonaise Chiharu Icho, elle-même championne du monde en titre, qui est descendue de catégorie de poids pour combattre à Athènes.

La bataille est âpre et éprouvante, et elle se poursuit jusqu’à son terme. La Japonaise prend la tête 2-1 avant qu’Irini Merleni n'égalise à deux minutes de la fin du combat. Au terme de celui-ci le score n’a pas évolué et c’est maintenant aux juges de trancher. Ces derniers accordent leur décision à Irini Merleni qui se prend la tête dans les mains et hurle de joie : elle vient de devenir la première championne olympique de lutte de l’histoire.


back to top