skip to content
Getty Images
Date
17 mai 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Athlétisme

La piste d’athlétisme de Rio fonce vers le succès


Les athlètes brésiliens ont survolé la dernière épreuve test olympique en vue de Rio 2016, qui a eu lieu du 14 au 16 mai sur la nouvelle – et « très rapide » – piste du stade olympique.
L’équipe du Brésil a signé de très bons chronos au 400 m féminin et au 400 m haies masculin, tout en prenant les deux premières places du 800 m hommes dans son nouveau stade.

La piste bleu vif du stade, qui peut accueillir 60 000 personnes, a été testée pour la première fois à l’occasion des Championnat ibéro-américains qui servaient également d’épreuve de sélection pour les Jeux.

Lord Sebastian Coe, double champion olympique du 1 500 m et aujourd’hui président de l’IAAF, était à Rio pour suivre l’épreuve test. Il a confié qu’il s’attendait à ce que des records soient battus, à partir du 5 août, date de l’ouverture des Jeux.

Rio 2016

« C’est un revêtement très rapide, a indiqué Lord Coe. Et avec un stade rempli de fans d’athlétisme enthousiastes et bruyants, les athlètes vont élever leur niveau et se montrer à la hauteur. »

Outre la piste du stade - connu également sous le nom d’Engenhão, l’épreuve a également permis de tester le système de chronométrage, les différents tableaux d’affichage et la transmission des résultats.

En outre, pour la première fois, la compétition était ouverte à des athlètes de pays non lusophones ou hispanophones.

« J’ai passé du temps avec les délégués techniques, et ils sont vraiment ravis de la manière dont ces championnats ont été livrés aux athlètes, a ajouté Lord Coe. Ce qui est super important dans une épreuve test, c’est qu’on doit assimiler toutes les choses qu’il faut apprendre et digérer pour les 80 jours suivants. »

Parmi ceux qui ont testé la vitesse de la nouvelle piste figure Kleberson Davide, deuxième du 800 m. Davide a essuyé une déception à Londres 2012 où il a dû renoncer à défendre ses chances à cause d’un virus, mais cette fois, il est hypermotivé. « Je suis resté longtemps en retrait, car j’étais toujours contrarié par des blessures, a indiqué l’athlète, âgé de 30 ans. Mais maintenant, c’est fini. Je vais continuer à travailler. Je n’ai jamais baissé les bras, et cela commence à payer. »

Il a terminé à la deuxième place en 1’45’’79 derrière son compatriote brésilien Lutimar Paes, et il a désormais l’occasion d’effacer la désillusion de Londres.
« J’avais de la fièvre, j’ai passé une journée à l’hôpital et les médecins m’ont fait sortir, a ajouté Davide. C’est l’une des plus grosses déceptions de ma vie. J’avais travaillé très dur pour être présent et je n’ai pas pu fouler la piste. Aujourd’hui, j’ai l’occasion de réécrire l’histoire. »

back to top En