skip to content
2016 Getty Images
PyeongChang 2018

La pionnière du skicross Ophélie David veut terminer sa carrière en apothéose

Quinze années au plus haut niveau, sept Championnats du monde et bientôt quatre éditions des Jeux Olympiques : la Française Ophélie David entrera à PyeongChang dans le club très fermé des athlètes olympiques quadragénaires. Présente lors de la première Coupe du monde de skicross féminin en 2003, gagnante de la suivante en 2004 et sept fois de suite jusqu'en 2010, elle avait débuté son parcours olympique à Lillehammer en 1994, en ski alpin, sous les couleurs de la Hongrie.

Avec 26 victoires et 64 podiums en Coupe du monde de skicross, cinq médailles aux Championnats du monde dont l'or à Madonna di Campiglio en 2007, et encore… le bronze à 40 ans à Sierra Nevada 10 ans plus tard, quatre victoires consécutives aux X-Games à Aspen de 2007 à 2010, Ophélie David est "encore et de loin la plus grande coureuse de skicross de tous les temps" selon la Fédération Internationale de Ski (FIS). 

Née à Cucq dans le Pas-de-Calais (nord de la France), mais installée avec sa famille à L'Alpe d'Huez dans les Alpes dès l'âge de 10 ans, Ophélie David est la fille de Janos Racz, basketteur hongrois qui a disputé les Jeux Olympiques de Tokyo en 1964. Excellente skieuse, c'est sous les couleurs de la Hongrie qu'elle dispute ses premiers Jeux d'hiver à 17 ans, à Lillehammer en 1994, en ski alpin ! "Lillehammer, j'y suis allée sans aucune prétention, juste l'énorme plaisir d'être là-bas. J'avais les yeux écarquillés, je me disais tout le temps ouahhh ! J'ai disputé le combiné alpin à Hafjell et j'ai enfourché dans le slalom", se souvient-elle vingt-quatre ans plus tard.

Getty Images
Déceptions à Vancouver et à Sotchi 

Après s'être écartée de la compétition durant trois ans, elle découvre sa passion, le skicross, et intègre l'équipe de France en 2002. S'en suivent huit années de domination de son sport au niveau international, qui la voient, outre ses sept petits globes de cristal de la spécialité, remporter aussi le classement général de la Coupe du monde de ski acrobatique en 2006, 2008 et 2009. Lorsqu'en 2006, sa discipline est inscrite par le CIO au programme des Jeux d'hiver, pour ceux de Vancouver 2010, "Ophé" sait qu'elle va pouvoir revivre à nouveau son plus grand rêve. 

Le 23 février 2010, sur le parcours de cross de Cypress Mountain, Ophélie David est la grande favorite. Mais patatras ! Au stade des quarts de finale, et pour éviter sa coéquipière Marion Josserand, elle aborde mal un énorme saut, décolle de travers et s'écrase sur la neige. La première championne olympique de la discipline est la Canadienne Ashleigh McIvor. "Sans cette malheureuse chute qui l'a repoussée à la 9e place, Ophélie David aurait gagné tout ce qu'il y avait à gagner en skicross avant que la plupart des meilleures compétitrices actuelles aient débuté sur la Coupe du monde," note encore la FIS. 

Pour moi, les Jeux en résumé, c'est émotion XXL. Et j'ai un souvenir marqué à Sotchi, c'est quand j'attrape les poignées dans la cabane de départ en finale. Je me dis "ouaaah, tu vas vivre une finale olympique !" Ophélie David France
Cela se passe un peu mieux quatre après à Sotchi. Là, la Française passe les tours jusqu'à la finale. Dans cette explication à quatre sur le parcours de Rosa Khutor, elle est en bonne position lorsqu'elle est déséquilibrée dans une courbe et chute. Elle termine 4e de la compétition gagnée par la Canadienne Marielle Thompson. "Pour moi, les Jeux en résumé, c'est émotion XXL. Et j'ai un souvenir marqué à Sotchi, c'est quand j'attrape les poignées dans la cabane de départ en finale. Je me dis "ouaaah, tu vas vivre une finale olympique !" C'était trop bon…" Elle ajoute aussi : "Les Jeux, ils me boudent, mais ça n'est pas grave, je les aime trop !" 

 
Getty Images
"J'aime ce que je fais et je prends beaucoup de plaisir" 

Alors Ophélie poursuit son parcours de sportive de haut niveau. Elle fête ses 40 ans le 6 juillet 2016, continue à monter sur les podiums, et arrache une médaille de bronze le 18 mars 2017 aux Mondiaux FIS de Sierra Nevada (Espagne) derrière la Suédoise Sandra Naeslund et la Suissesse Fanny Smith. "C'est l'un des trois meilleurs souvenirs de ma carrière, avec le triplé français aux X-Games en 2007, et mon titre mondial la même année à Madonna di Campiglio", explique-t-elle. 

Qu'est-ce qui la pousse à continuer sa carrière en vue de ses quatrièmes Jeux d'hiver ? "J'aime ce que je fais, je prends beaucoup de plaisir, ça me nourrit encore énormément, mais je sais en revanche que c'est la fin, puisque je vais arrêter au mois de mars 2018. Ce qui me fait encore courir sur cette dernière ligne droite ? Forcément les Jeux ! Si cela ne vous fait pas courir…", confie-t-elle en octobre 2017. "Et puis j'ai une revanche à prendre. Mais pas que. Il y aussi l'immense chance de pouvoir vivre des moments incroyables, de participer à cet évènement magique. Ce seront mes quatrièmes Jeux, trois en skicross et un en ski alpin sous le drapeau hongrois ! C'est vraiment génial". 

Elle ajoute : "Je pense encore pouvoir tirer mon épingle du jeu sur des "one shot" comme ceux-là, sur des courses d'un jour. J'en ai eu la confirmation l'hiver dernier avec les Championnats du monde où je suis montée sur le podium. Je sais que tout est possible. J'en avais la conviction, j'ai eu la confirmation, et c'est une course sur laquelle je vais beaucoup m'appuyer cet hiver." 

Ophélie David ne connaît pas le parcours de skicross du Bokwang Phoenix Park à PyeongChang. "Je n'ai pas été à la course pré-olympique l'hiver dernier. Ça va être une découverte, mais cela ne m'inquiète pas. Le podium serait un super beau point final, un vrai rêve. Je veux finir avec une médaille olympique autour du cou. En attendant, il n’y a rien de mieux que les compétitions pour se préparer à LA compétition. Les épreuves de Coupe du monde seront autant de marches vers les JO. Je vais les prendre à 100 %, à fond, pour être prête pour PyeongChang.  Ça sera à 41 ans, ce sera un super cadeau. Je vais donner tout ce que j'ai. J'irai pour me battre et on verra bien !" 

Getty Images
back to top En