skip to content
Date
18 févr. 2006
Tags
Actu CIO

La philatélie et les Jeux Olympiques d’hiver jusqu’en 1948


Dans le cadre des XXes Jeux Olympiques d’hiver de 2006 à Turin, une exposition organisée par la commission philatélie, numismatique et mémorabilia olympiques du CIO résume l’évolution des Jeux Olympiques d’hiver jusqu’en 1948. Les visiteurs peuvent ainsi découvrir de nombreux dessins originaux des tout premiers timbres olympiques, ainsi que les timbres prévus par l’Allemagne et l’Italie pour les Jeux de 1940 et 1944, qui n’ont jamais été émis en raison de la Deuxième Guerre mondiale.
   
Une histoire marquée par la non-célébration des Jeux
À noter dans la collection à l’affiche l’odyssée des Ves Jeux Olympiques d’hiver, qui étaient prévus à Sapporo en 1940 mais qui furent décernés à Oslo après le retrait de Sapporo en raison de la guerre opposant la Chine au Japon. Oslo accepta au départ d’accueillir ces Jeux, mais dut décliner l’offre par la suite s’étant vu décerner les Championnats du monde de la Fédération Internationale de Ski (FIS). Le différend entre la FIS et le CIO détermina la décision d’Oslo. Les Jeux furent alors décernés à Saint-Moritz, mais les championnats de la FIS empêchèrent les Jeux de s’y tenir. En 1939, les Jeux furent alors décernés à Garmisch-Partenkirchen. Or, cette fois c'est la Deuxième Guerre mondiale qui empêcha ceux-ci de se dérouler. En 1941, Cortina d’Ampezzo accueillit les Championnats du monde de la FIS tout en se préparant pour les Jeux Olympiques d’hiver de 1944 qui lui avaient été attribués en 1939. La Deuxième Guerre mondiale empêcha à nouveau la tenue de ces Jeux, et ce n’est qu’en 1949 que les Xes Jeux Olympiques d’hiver eurent finalement lieu à Saint-Moritz.
   
La philatélie olympique, des liens étroits avec les Jeux
La philatélie olympique occupe une place particulière dans la philatélie en général. Elle entretient des liens étroits avec le Mouvement olympique et les Jeux Olympiques. Les timbres olympiques ont été les premiers à mettre le sport en vitrine. Ce sont des documents historiques car ils disent tout sur les sports et leur évolution, le programme olympique, les espoirs de chaque pays participant, les sites, les vainqueurs, les cérémonies … Plusieurs centaines de médaillés des JO d’hiver ont été immortalisés par des timbres, des marques postales et entiers postaux de médaillés olympiques.
   
Bref rappel historique des JO d’hiver
Pierre de Coubertin avait inscrit le patinage au premier programme olympique qu’il proposa en 1894. Les épreuves de patinage ne purent toutefois se tenir en 1896 en raison de l’absence d’installations dignes de ce nom. Le patinage fut alors inclus au programme des Jeux de 1900. Des patinoires étaient à disposition, mais les tribunes pour les spectateurs ne furent pas prêtes à temps. Ce sport fut donc retiré du programme. Ce n’est qu’aux Jeux Olympiques d’été de 1908 à Londres que le patinage artistique fit son apparition. Aux Jeux d'été de 1912, la Suède refusa d’inclure des sports d’hiver de crainte qu’ils ne nuisent aux célèbres Jeux nordiques.
En 1916, un programme de sports d’hiver fut inscrit aux Jeux, mais la Première Guerre mondiale empêcha ces derniers d'avoir lieu. En 1920, les sports d’hiver firent à nouveau partie des Jeux d’été et le hockey sur glace fut ajouté au programme. La bataille pour des Jeux Olympiques d’hiver séparés se poursuivit jusqu’en 1924. Les pays scandinaves convinrent d’une semaine de Jeux d’hiver à Chamonix distincte des Jeux de la VIIIe Olympiade. Cette initiative s’avéra être une totale réussite et, en 1925, le Congrès olympique de Prague déclara rétroactivement les Jeux de Chamonix "premiers Jeux Olympiques d’hiver". Dès lors, les Jeux d’hiver se tiennent tous les quatre ans (la même année que les Jeux d’été jusqu’en 1992 et, depuis 1994, tous les quatre ans avec un décalage de deux ans par rapport aux Jeux d’été).
 En savoir plus sur la philatélie olympique
Dans le cadre des XXes Jeux Olympiques d’hiver de 2006 à Turin, une exposition organisée par la commission philatélie, numismatique et mémorabilia olympiques du CIO résume l’évolution des Jeux Olympiques d’hiver jusqu’en 1948. Les visiteurs peuvent ainsi découvrir de nombreux dessins originaux des tout premiers timbres olympiques, ainsi que les timbres prévus par l’Allemagne et l’Italie pour les Jeux de 1940 et 1944, qui n’ont jamais été émis en raison de la Deuxième Guerre mondiale.
   
Une histoire marquée par la non-célébration des Jeux
À noter dans la collection à l’affiche l’odyssée des Ves Jeux Olympiques d’hiver, qui étaient prévus à Sapporo en 1940 mais qui furent décernés à Oslo après le retrait de Sapporo en raison de la guerre opposant la Chine au Japon. Oslo accepta au départ d’accueillir ces Jeux, mais dut décliner l’offre par la suite s’étant vu décerner les Championnats du monde de la Fédération Internationale de Ski (FIS). Le différend entre la FIS et le CIO détermina la décision d’Oslo. Les Jeux furent alors décernés à Saint-Moritz, mais les championnats de la FIS empêchèrent les Jeux de s’y tenir. En 1939, les Jeux furent alors décernés à Garmisch-Partenkirchen. Or, cette fois c'est la Deuxième Guerre mondiale qui empêcha ceux-ci de se dérouler. En 1941, Cortina d’Ampezzo accueillit les Championnats du monde de la FIS tout en se préparant pour les Jeux Olympiques d’hiver de 1944 qui lui avaient été attribués en 1939. La Deuxième Guerre mondiale empêcha à nouveau la tenue de ces Jeux, et ce n’est qu’en 1949 que les Xes Jeux Olympiques d’hiver eurent finalement lieu à Saint-Moritz.
   
La philatélie olympique, des liens étroits avec les Jeux
La philatélie olympique occupe une place particulière dans la philatélie en général. Elle entretient des liens étroits avec le Mouvement olympique et les Jeux Olympiques. Les timbres olympiques ont été les premiers à mettre le sport en vitrine. Ce sont des documents historiques car ils disent tout sur les sports et leur évolution, le programme olympique, les espoirs de chaque pays participant, les sites, les vainqueurs, les cérémonies … Plusieurs centaines de médaillés des JO d’hiver ont été immortalisés par des timbres, des marques postales et entiers postaux de médaillés olympiques.
   
Bref rappel historique des JO d’hiver
Pierre de Coubertin avait inscrit le patinage au premier programme olympique qu’il proposa en 1894. Les épreuves de patinage ne purent toutefois se tenir en 1896 en raison de l’absence d’installations dignes de ce nom. Le patinage fut alors inclus au programme des Jeux de 1900. Des patinoires étaient à disposition, mais les tribunes pour les spectateurs ne furent pas prêtes à temps. Ce sport fut donc retiré du programme. Ce n’est qu’aux Jeux Olympiques d’été de 1908 à Londres que le patinage artistique fit son apparition. Aux Jeux d'été de 1912, la Suède refusa d’inclure des sports d’hiver de crainte qu’ils ne nuisent aux célèbres Jeux nordiques.
En 1916, un programme de sports d’hiver fut inscrit aux Jeux, mais la Première Guerre mondiale empêcha ces derniers d'avoir lieu. En 1920, les sports d’hiver firent à nouveau partie des Jeux d’été et le hockey sur glace fut ajouté au programme. La bataille pour des Jeux Olympiques d’hiver séparés se poursuivit jusqu’en 1924. Les pays scandinaves convinrent d’une semaine de Jeux d’hiver à Chamonix distincte des Jeux de la VIIIe Olympiade. Cette initiative s’avéra être une totale réussite et, en 1925, le Congrès olympique de Prague déclara rétroactivement les Jeux de Chamonix "premiers Jeux Olympiques d’hiver". Dès lors, les Jeux d’hiver se tiennent tous les quatre ans (la même année que les Jeux d’été jusqu’en 1992 et, depuis 1994, tous les quatre ans avec un décalage de deux ans par rapport aux Jeux d’été).
 

 En savoir plus sur la philatélie olympique

SPORTS D'HIVER


 Recherchez un athlète
 
 
Site officiel :
 torino2006.org

 

 

Tags Actu CIO
back to top En