skip to content
Date
21 févr. 2016
Tags
Lillehammer 2016 , JOJ , Biathlon , Relais mixte , Actu CIO

La Norvège savoure sa médaille d’or dans l’ultime épreuve de biathlon


C’est un Sivert Guttorm Bakken malade et exténué qui a apporté à la Norvège une médaille d’or appréciée dans le relais mixte, dimanche lors de la dernière journée de biathlon au Stade des Birkebeineren.

Bien qu’en bonne forme lors de ses précédentes sorties aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver de Lillehammer 2016 - il avait déjà empoché de l’argent au 7,5 km sprint hommes et de l’or dans le 10 km poursuite, Bakken a indiqué à l’arrivée que durant la course, il n’était pas certain de pouvoir terminer.

« C’est un énorme soulagement d’avoir franchi la ligne et de réaliser que j’y étais vraiment arrivé, dit le jeune biathlète de 17 ans. Car avant de m’élancer, je ne me sentais vraiment [pas bien du tout]. J’étais malade depuis deux jours et j’avais l’impression que j’étais totalement guéri, mais sur la piste, j’ai compris que ce n’était pas le cas. Mon premier tour s’est bien passé, mais après le tir, j’ai réalisé que ce n’était pas mon jour. Il fallait donc que je m’applique au tir et j’y suis arrivé. Là, je suis vraiment satisfait. »

L’équipe norvégienne a obtenu la médaille d’or lors de la dernière journée, dans le relais par équipes mixtes de biathlon. De gauche à droite : Marit Oeygard, Fredrik Qvist Bucher-Johannessen, Marthe Krakstad Johansen et Sivert Guttorm Bakken. Photo : Simon Bruty (YIS/CIO)

Dernière épreuve de biathlon des JOJ, ce relais a mis aux prises 18 équipes de deux femmes et deux hommes du même pays qui devaient boucler respectivement un parcours de 6 km et 7,5 km. La Norvège a franchi la ligne d’arrivée en 1 h 18 min 35 s 6, devançant d’à peine 7 secondes et six dixièmes une équipe allemande qui a fini en trombe.

« Tout s’est extrêmement bien passé », indique Bakken qui s’est élancé avec 21 secondes d’avance pour le dernier relais. « Tous les trois [ses partenaires Marit Oeygard, Marthe Krakstad Johansen et Fredrik Qvist Bucher-Johannessen] ont vraiment bien marché et je suis parti avec une avance suffisante pour décrocher l’or. »

L’Allemand Danilo Riethmueller, dernier de son pays à se mettre en piste après Juliane Fruehwirt, Franziska Pfnuer et Simon Gross, ne cachait pas sa fierté à l’issue de la compétition. « Il faisait un temps super, la course était super et j’ai été super ! J’ai éprouvé une sensation extraordinaire en franchissant la ligne [en deuxième position] », dit-il.

De son côté, déjà médaillée d’or dans le 6 km sprint féminin, Juliane Fruehwirt, s’est dit enthousiasmée par la performance de son équipe. « C’est encore un peu plus intense, car quand les autres sont au pas de tir, on a peur avec eux et on espère avec eux. C’était extraordinaire. Du fait que je partais la première, j’étais très tendue et c’est pourquoi j’ai raté cinq tirs. Mais au fil des tours, j’ai réussi à revenir sur le premier et je suis donc satisfaite. »

Patrick Braunhofer (à droite) est félicité par ses partenaires après avoir décroché le bronze pour l’Italie. Photo : Simon Bruty

Après que l’Italie a terminé la course en troisième position, obtenant ainsi sa première médaille en biathlon à Lillehammer 2016, Samuela Comola, Irene Lardschneider et Cedric Christille se sont précipités sur leur partenaire Patrick Braunhofer, qui venait d’en finir. « On espérait une médaille depuis le premier jour, confie Braunhofer. Quand cela se concrétise, c’est impossible à décrire. La première chose qui m’est venue à l’esprit en franchissant l’arrivée, c’est que tout le monde avait fait du grand travail. Aujourd’hui, nous avons vraiment réalisé la course parfaite. »

Et Irene Lardschneider d’ajouter : « Cette médaille de bronze est source d’une énorme émotion, car nous ne nous y attentions pas. Lors de mon dernier tour, j’étais cuite, mais je suis contente d’avoir bien tiré et d’avoir apporté ma contribution à cette course fantastique. »

Écrit par Emma Lupano (YIS/CIO)

Emma Lupano est reporter au Service d’information des JOJ (Youth Information Service, YIS) de Lillehammer. Basée à Milan, Emma a couvert les cinq dernières éditions des Jeux Olympiques ainsi que les JOJ d’Innsbruck 2012 et Nanjing 2014. Spécialiste de la Chine, elle travaille depuis quatre ans à Beijing comme journaliste free-lance.

back to top En