skip to content
Date
27 nov. 2015
Tags
Actu CIO , Sport et société active

La mission humanitaire de l'envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies pour les jeunes réfugiés et le sport prend fin en Colombie

Jacques Rogge, président d'honneur du CIO et envoyé spécial du secrétaire général Ban Ki-moon pour les jeunes réfugiés et le sport, vient de conclure cette semaine une mission humanitaire de deux jours en Colombie. Au cours de cette mission, il a eu l'occasion de se faire une idée concrète des défis que les personnes déplacées à l'intérieur du pays doivent relever.


La visite de Jacques Rogge a également été l'occasion d'annoncer le lancement d'un nouveau projet fondé sur le sport dans les villes de Quibdò et Buenaventura situées dans la région pacifique, fortement touchées par cette question. Le projet, conjointement financé par le CIO et le Haut-Commissariat des réfugiés (HCR) a pour ambition de protéger, par le sport, les jeunes et les enfants des risques de conflits armés et d'autres formes de violence.

Pour cette mission, Jacques Rogge était accompagné du ministre colombien des Sports et ancien membre du CIO, Andrés Botero Phillipsbourne, du président du Comité National Olympique (CNO) colombien, Baltazar Medina, de la lutteuse colombienne et double médaillée olympique, Jackeline Rentería Castillo, et d'une délégation du HCR placée sous la conduite du représentant du HCR en Colombie, Stéphane Jaquemet. 

La mission a commencé par une visite du bureau du HCR à Bogotá afin de discuter du déplacement de la population locale, lequel est dû à 50 ans de conflits internes et s'est traduit par plus de 6,9 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays dont 38 % d'enfants et d'adolescents selon les estimations. L'agence onusienne pour les réfugiés planche sur des solutions afin de gérer les lourdes conséquences que doivent supporter en particulier les enfants et les femmes de cette région. La réunion a été suivie par une visite au ministère des Sports – Coldeportes – et au CNO afin de discuter des éventuelles synergies autour de la mise en œuvre de programmes de sport pour les personnes déplacées à l'intérieur du pays.   

L'envoyé spécial, Jacques Rogge, s'est également rendu au bureau du HCR à Quibdó et dans la communauté de Villa España, laquelle accueille actuellement une centaine de familles déplacées. Il a eu l'occasion de dialoguer sur le terrain avec des représentants de l'association locale pour la jeunesse AJODENIU, qui a fait part de son profond désir quant à la création d'infrastructures et de programmes de sport étant donné le manque actuel d'installations les plus sommaires.  

Le nouveau projet dévoilé par l'envoyé spécial est baptisé "L'alternative du sport : protéger les enfants et les jeunes des risques de conflits armés et des autres formes de violence". Son objectif précis est de répondre à ces besoins tout en utilisant le sport pour créer un environnement sûr et un lieu d'échanges, où les jeunes peuvent recevoir le soutien approprié, être informés de leurs droits et développer des mécanismes de protection automatique. Pour les jeunes qui ont connu les conflits, la guerre et le déplacement, le fait de pratiquer un sport et de participer à des activités récréatives leur fournit un exutoire constructif et le soutien psychosocial dont ils ont tant besoin. Le sport est aussi une alternative saine à des modèles et à des modes de vie potentiellement dangereux ou risqués. Ainsi qu'Ingrid Palacios, une jeune représentante déplacée de l'association des jeunes, l'a précisé : "Le déplacement n'a pas tué nos rêves et je suis convaincue que, dans notre communauté, nous avons de nombreux médaillés olympiques potentiels, nous avons juste besoin d'une occasion pour le prouver ! Nous savons que ce rêve peut devenir réalité, car le sport nous incitera à devenir de meilleures personnes, nous donnera le sens du travail en équipe et encouragera une culture de paix dont nous avons cruellement besoin dans notre pays." De plus, s'agissant du cas spécifique des communautés indigènes, le soutien à la pratique des sports traditionnels contribuera au renforcement de l'identité communautaire et de la cohésion sociale.  

Le projet conjoint CIO-HCR – auquel Coldeportes et le CNO se sont engagés à apporter un soutien sans faille, à commencer par la construction d'une infrastructure multisportive par le ministère – devrait s'étendre sur trois ans. Son coup d'envoi l'année prochaine coïncidera avec la signature très attendue en mars 2016 d'un accord de paix en Colombie entre le gouvernement et les factions belligérantes.

S'exprimant à propos de ces développements historiques, l'envoyé spécial, Jacques Rogge, a déclaré : "Il est de notre devoir d'aider la jeunesse et la population locale et de soutenir les efforts de paix en cours. Et quel meilleur moyen de le faire que par le sport, lequel est reconnu comme un puissant vecteur de responsabilisation des jeunes, de santé, d'éducation et d'intégration sociale."

Le représentant du HCR en Colombie, Stéphane Jaquemet, a pour sa part indiqué : "Les athlètes sont des modèles pour les jeunes déplacés et défavorisés. Nous sommes intimement convaincus du rôle déterminant que le sport peut jouer, non seulement pour leur reconstruction personnelle, mais aussi plus largement, pour faire avancer le processus de paix."

Ces 20 dernières années, le CIO et le HCR ont utilisé le sport pour soutenir le rétablissement et le développement des jeunes réfugiés dans de nombreux camps et installations à travers le monde. Suite à l'approbation de l'Agenda olympique 2020, la feuille de route stratégique pour l'avenir du Mouvement olympique, et au vu de la crise actuelle des réfugiés à l'échelle mondiale, le CIO a débloqué un fonds d'urgence spécial de deux millions de dollars américains pour mettre sur pied des projets d'aide par le sport en collaboration avec les CNO du monde entier. Les détails de certains des projets d'ores et déjà lancés sont disponibles ici et ici.

Avec le concours des CNO et du HCR, le CIO s'est en outre lancé dans un processus d'identification des athlètes subissant des déplacements forcés afin de les aider grâce aux programmes de la Solidarité Olympique à participer aux Jeux Olympiques de Rio 2016. Le CIO ne doute pas que cette initiative apportera de l'espoir aux athlètes réfugiés qui souhaitent reprendre l'entraînement et concourir aux Jeux. Cette initiative est aussi pensée comme un symbole d'espoir pour tous les réfugiés du monde entier et permettra de contribuer à sensibiliser à l'ampleur de cette crise.

 

back to top