skip to content
Rolynda Jonathan
Date
28 juil. 2017
Tags
JOJ , Singapour 2010 , Actualités Olympiques , Palaos

La jeune reportrice Rolynda Jonathan revient sur son expérience aux Jeux Olympiques de la Jeunesse

Sélectionnée pour faire partie du tout nouveau programme des jeunes reporters du CIO aux premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) à Singapour en 2010, Rolynda Jonathan nous raconte comment son expérience l’a préparée pour sa mission au cabinet présidentiel dans son archipel natal des Palaos.

“Une amitié qui transcende l’immensité du Pacifique”

“Un mois avant les JOJ à Singapour, j’ai commencé à travailler comme reportrice pour la chaîne Oceania Television Network. C’est comme ça que j’ai eu la chance de participer au programme des jeunes reporters. Lorsque je regarde sept en arrière, je n’ai que des souvenirs précieux et inoubliables. C’était formidable de pouvoir rencontrer et travailler avec d’autres journalistes fascinants, ayant les mêmes idées que moi et venant du monde entier. Nous avons noué des liens solides durant les deux semaines des JOJ. Une amitié qui transcende le vaste océan Pacifique qui nous sépare.”

Mon expérience au sein du programme des jeunes reporters m’a enseigné la discipline et m’a donné les outils pour poursuivre une carrière réussie dans le journalisme Rolynda Jonathan
Les yeux grands ouverts

“Mon expérience au sein du programme des jeunes reporters m’a enseigné la discipline et m’a donné les outils pour poursuivre une carrière réussie dans le journalisme. Elle m’a permis de mieux comprendre le monde du sport et d’ouvrir les yeux sur ce qui se passe dans les coulisses, et m’a appris les stratégies clés pour couvrir un tel événement majeur. Ces compétences m’ont guidée tout au long de ma carrière dans le journalisme, même si je suis passée récemment des médias grand public aux relations publiques.”

Une confiance accrue devant et derrière la caméra

“J’avais à peine la vingtaine et j’étais au début de ma carrière en 2010. J’étais journaliste mais je n’avais pas de formation, j’apprenais par passion et par amour pour une profession que je n’étais pas sûre d’avoir le courage de poursuivre. Ces premières années étaient très intimidantes car je travaillais aux côtés de professionnels des médias qui avaient déjà couvert tous les événements politiques et autres de la République des Palaos et de la région plus large du Pacifique. Les JOJ à Singapour ont renforcé ma confiance en moi aussi bien devant que derrière la caméra. Je commençais à être plus détendue lorsque je faisais des interviews et je n’étais plus aussi nerveuse quand je participais à des conférences et réunions de haut niveau.”

IOC/Jason Evans
L’art du montage vidéo

“Une des leçons les plus importantes que j’ai apprises à Singapour, et que je n’oublierai jamais, c’était durant les séances de formation à la diffusion avec notre mentor, Tracey Holmes. Elle nous a montré comment réaliser un reportage vidéo, depuis la rédaction du texte initial jusqu’au tournage, et comment monter la vidéo en moins de 20 minutes. J’étais inspirée par la passion et le professionnalisme avec lesquels elle parlait durant la formation, et c’est là que j’ai réalisé que les médias étaient ma vocation et que je devais poursuivre dans cette voie.”

Une mission élargie

“Je suis retournée aux Palaos en 2010 en étant bien plus confiante quant à ma capacité à faire des reportages. J’ai décidé de poursuivre mon rêve indépendamment des défis à venir, et cette détermination m’a fait aller de l’avant. Au début, j’ai continué à couvrir les événements sportifs aux Palaos et en Micronésie pour Oceania Television Network en faisant des reportages aussi bien sur les Jeux nationaux que les Jeux de la Micronésie, puis je suis devenue membre de la commission femme et sport des Palaos, placée sous les auspices du Comité National Olympique. Ensuite, j’ai commencé à couvrir des sujets sur la politique locale, l’environnement et les changements climatiques, pour ne citer que quelques exemples.”

IOC/Takamitsu Mifune
La reconnaissance

“En 2012, je suis devenue la toute première journaliste du Pacifique à recevoir le prix PNUE/APFED Media Fellowship, après ma contribution à une publication intitulée "Environmental Dispatches: Reflections on Challenges, Innovation and Resilience in Asia-Pacific". C’était un immense honneur pour moi que d’être reconnue de cette manière.”

La liberté de la presse

“Début 2016, après le sommet des médias du Pacifique aux Palaos, j’ai intégré, avec un groupe de chargés de communication et de journalistes chevronnés, le conseil des médias des Palaos. J’en suis toujours membre aujourd’hui. L’objectif de ce conseil est de promouvoir et de protéger la liberté des médias dans mon pays et d’encourager un environnement de travail positif pour les journalistes.”

IOC/Jason Evans
La politique

“Après une année passée au service de l’Ambassade du Japon aux Palaos en tant qu’assistante dans les relations publiques, un emploi que j’ai commencé à occuper en 2015, j’ai eu la possibilité de travailler pour le président de notre pays, Son Excellence Tommy E. Remengesau, Jr., en tant que nouvelle secrétaire de presse adjointe. J’ai débuté en novembre l’année dernière et, bien que je ne travaille plus pour Oceania Television Network, je contribue encore à Pacific Note, un site web qui couvre l’actualité locale ici aux Palaos.”

Un rêve olympique immuable

“J’aimerais revenir aux médias grand public dans un futur proche, suivre des études de journalisme pour avoir un diplôme et, j’espère, participer à nouveau d’une manière ou d’une autre au Mouvement olympique. En attendant, j’ai l’intention de contribuer au développement de l’industrie des médias des Palaos en ma qualité de secrétaire de presse adjointe au cabinet du président et avec le conseil des médias des Palaos.”

back to top En