skip to content
Date
23 févr. 2006
Tags
Actu CIO , Turin 2006 , Patinage artistique , Japon ,

La jeune prodige Shizuka Arakawa apporte au Japon son unique médaille

Ce sont les costumes bariolés qui ont attiré Shizuka Arakawa vers le patinage artistique, à l’âge de cinq ans. À huit ans, elle savait déjà accomplir un triple Salchow, et à 16 ans, elle représentait le Japon aux Jeux Olympiques d’hiver à Nagano.


Dame Talent l’avait visiblement choisie. Arakawa était championne senior au Japon en 1998 et 1999, puis l’Empereur et l’Impératrice du Japon assistaient à ses débuts olympiques, devant les supporters japonais. Une carrière brillante semblait s’ouvrir à elle et sa 13e place à Nagano n’était qu’un tremplin vers la grandeur.

C’est pourtant là qu’elle a commencé à marquer le pas. Arakawa terminait deuxième au Championnat national en 2002, ce qui l’empêchait d’être qualifiée en équipe du Japon pour les JO de Salt Lake City. Toujours aussi motivée, toutefois, elle poursuivait les compétitions et remportait des médailles, mais les rumeurs de retraite se faisaient de plus en plus fortes. En fait, Arakawa s’était déjà préparé à l’après-patinage jusqu’à ce qu’elle remporte le titre mondial en 2004, à sa plus grande surprise.

Ceci était problématique : elle avait vraiment fait des projets pour après et avait décidé de prendre sa retraite après le Mondial. Mais suite à ce titre, remporté grâce à sept sauts impeccables, elle changeait d’avis.

Elle obtenait des résultats mitigés les 12 mois suivants, comme une neuvième place au Championnat du monde 2005, mais elle restait motivée à l’idée de fournir une dernière prestation grandiose avant de vraiment raccrocher. Turin allait être l’endroit idéal.

Troisième après le programme court, sa routine libre était propre et raffinée. Ses rivales, l’Américaine Sasha Cohen et la Russe Irina Slutskaya, prenaient les première et deuxième places respectivement, mais seul 0,71 point séparait les trois patineuses. Tout dépendait maintenant du programme libre.

Arakawa s’élançait la première et produisait un magnifique spectacle, avec cinq triples sauts. Les juges, visiblement impressionnés, lui accordaient plus de 125 points, un record personnel. Cohen n’allait pas vraiment être menaçante : elle tombait deux fois à l’échauffement et à nouveau pendant sa routine, même si elle parvenait aussi à réaliser cinq triples sauts. Cohen se plaçait deuxième, laissant la voie libre pour Slutskaya.

Mais la Russe n'arrivait pas à convaincre et elle tombait en tentant une triple boucle. L’or était destiné à Arakawa. Il s’agissait de la première médaille olympique du Japon en patinage artistique, et la seule médaille du pays à ces JO.

À seulement 24 ans, Arakawa était tout de même la plus vieille championne olympique de patinage artistique depuis plus de 80 ans.

Elle prenait sa retraite après les JO et devenait commentatrice à la télé et chorégraphe, en plus de patiner lors de spectacles de gala. Elle a aussi eu une brève carrière d'actrice dans une série japonaise !

back to top En