skip to content
Date
23 nov. 2006
Tags
Actu CIO

La jeune fille qui soufflait dans les vagues


À chacune de ses respirations, l’eau virevoltait et retombait en pluie dans son sillage. Aujourd’hui, ce ne sont pas les vagues qui tremblent sous le souffle de Shane Gould, mais les flammes de ses 50 bougies : date symbolique qui nous permet de revenir sur un parcours sportif et humain sans faille.

Un passage éclair, mais étincelant
Shane Gould a été une sorte d’ovni qui a survolé pendant quatre ans les compétitions internationales de natation. On l’a vue passer… et puis plus rien !
La jeune Australienne prend part pour la première fois aux Jeux Olympiques en 1972 à Munich. Ce sera sa seule et unique participation, mais cela marquera un tournant pour elle et pour l’histoire olympique. Alors âgée de 15 ans, elle concourt dans cinq épreuves de natation féminine. Pendant les huit jours que dure la compétition, elle effectue 12 courses (qualifications et finales), soit une distance totale de 4 200 m. Shane s’impose sur tous les fronts, à tel point que ses adversaires américaines essaient de se donner du courage en portant des T-shirts marqués du slogan : « All that glitters is not Gould ». Cela n’empêche pas l’enfant prodige de décrocher trois médailles d’or (200 m nage libre, 200 m quatre nages et 400 m nage libre), une d’argent (800 m nage libre) et une de bronze (100 m nage libre). Elle va même plus loin en établissant trois nouveaux records du monde sur les distances où elle remporte l’or.
À la suite de cet exploit, elle devient une héroïne nationale admirée par tous les Australiens. Mais la forte pression exercée en permanence par les médias la poussera à quitter la compétition et à entamer une nouvelle vie.

Un an et 11 records
1971 est l’année de tous les records pour Shane Gould : aucune distance ne lui résiste ! Elle établit 11 records du monde au total. C’est la première, et jusqu’à ce jour la seule, à avoir signé un nouveau meilleur temps sur chaque distance officielle en nage libre : 100 m, 200 m, 400 m, 800 m et 1 500 m. Au cours de la même année, la jeune nageuse bat même ses propres records du monde établis quelques mois plus tôt seulement. Le 1er mai à Londres, elle finit le 200 m en 2’06"5. Quatre mois plus tard à Munich, elle enregistre un temps de 2'03"56, battant ainsi son propre record. Elle signe également une nouvelle performance dans le 200 m quatre nages : 2'23"07.

Retour à l’essentiel
Shane Gould a 17 ans quand elle arrête définitivement sa carrière sportive. Un an plus tard, elle se marie et se met à l’abri du stress et des médias. Elle élit domicile dans une paisible ferme de l’ouest australien : un cadre idéal pour le nouveau départ qu’elle souhaite prendre. Là, elle se consacre à ses autres passions : sa famille, les chevaux et la nature. Elle conserve cependant le goût de la natation et participe toujours à des concours locaux ou nationaux.

En parallèle, elle mène des recherches visant à définir les meilleures méthodes d’entraînement et de pédagogie sportive. Une étude qu’elle espère un jour faire appliquer à un maximum de sports. Elle donne également beaucoup de son temps pour des actions humanitaires qu’elle qualifie d’essentielles, comme la lutte contre le dopage ou l’aide aux familles défavorisées.
Récemment, Shane Gould a été officiellement désignée « Trésor national vivant » et a reçu la Médaille du Centenaire, une distinction qui récompense les personnalités ayant contribué à la grandeur de l’Australie.


Profil


Shane
GOULD
Natation
(Australie)
Tags Actu CIO
back to top