skip to content
1960 / Comité International Olympique (CIO) / United Archives

La grande Lidiya Skoblikova fait une entrée fracassante sur la scène olympique

Deux médailles d’or, un record du monde et un record olympique sur 1500m et 3000m, c’est ce que Lydia Skoblikova va rapporter à 20 ans de l’Ovale de Squaw Valley, avant de devenir ultérieurement la patineuse de vitesse la plus titrée de l’histoire des Jeux d’hiver hommes et femmes confondus avec six médailles d’or (et aucune d’un autre métal !), dont les quatre mises en jeu à Innsbruck en 1964.

Etudiante à Tcheliabinsk dans l’Oural soviétique, puis institutrice, Lidiya Skoblikova se signale au niveau national à 17 ans, en battant les records d’URSS du 1500m et du 3000m. Elle intègre l’équipe nationale et brille dans les championnats du monde ISU en 1959 et en 1960 où elle remporte deux fois le bronze « toutes distances » en s’imposant sur 500m et sur 3000m.

Le dimanche 21 février 1960, le vent souffle sur l’Ovale de Squaw Valley. Mesuré à plus de 21 km/h, il est censé gêner les concurrentes du 1500m et les priver de performances notables. Mais grâce à une température idéale et à la qualité de glace, il n’en sera rien. Ainsi, dans la septième paire, la Polonaise Elwira Seroczyska frappe fort en s’approchant à 2/10e de secondes du record du monde détenu depuis le 30 janvier 1953 par la Soviétique Khalida Shegoleyeva en 2:25.5.

Lidiya Skoblikova patine dans la neuvième paire aux côtés d’une autre championne polonaise, Helena Pilejczyk. Elles tournent dans le même rythme durant la première moitié de leur course, puis Skoblikova augmente la cadence, se détache progressivement, termine fort et améliore le record du monde en 2:52.2 ! Pilejczyk termine médaillée de bronze (2:27.1) et Seroczy ska prend l’argent à 5/10e de seconde de Skoblikova.

IOC

Deux jours plus tard, et après avoir pris la 4e place du 1000m remporté par sa coéquipière Klara Guseva-Nesterova, Lydiya Skoblikova, fait partie des grandes favorites du 3000m, puisqu’elle vient de s’imposer sur la distance dans les championnats du monde 1960. Elle se lance dans la 10e et dernière paire alors que le meilleur chrono est détenu par sa compatriote Valentina Stenina, 5:16.9 dans la 7e paire. A chaque tour qu’elle patine, Skoblikova signe les meilleurs chronos intermédiaires. A l’arrivée, elle bat Stenina de plus de 2 secondes et signe un record olympique avec un temps de 5:14.3 qui est le 2e meilleur de tous les temps derrière les 5:13.8 de Rimma Zhukova (URSS) en 1952.

Avant de fêter ses 21 ans (elle est née le 8 mars 1939) Lydia Skoblikova est donc double championne olympique, mais ce n’est que le début de son immense carrière internationale… et de sa progression sur toutes les distances ! Ainsi, après une médaille d’argent dans les championnats du monde 1962, elle réalise un premier exploit majeur dans ceux de 1963 à Kariusawa (Japon) en s’imposant sur les quatre distances du programme et en battant le record du monde du 1000m en 1:31.8. Ce résultat annonce son Grand Chelem des Jeux Olympiques d’Innsbruck 1964 : 500m, 1000m, 1500m, 3000m : quatre épreuves et quatre fois sur la plus haute marche du podium pour devenir la toute première olympienne à réaliser un quadruplé en or dans les mêmes Jeux d’hiver.

Lidiya Skoblikova bat encore un record du monde en 1967, celui du 3000m (5:05.9) à Oslo (Norvège), participe à ses troisièmes Jeux à Grenoble en 1968 où elle se classe 6e sur 3000m puis reprend ses études pour devenir professeur de physiologie. En 1983, elle est décorée de l’ordre olympique (argent) par le président du CIO Juan Antonio Samaranch. Le 7 février 2014, elle fait partie des huit personnalités russes qui portent la bannière olympique dans le stade de Sotchi lors de la cérémonie d’ouverture des XXIIe Jeux d’hiver.


IOC
back to top En