skip to content
Date
02 août 2013
Tags
Londres 2012 , Actu CIO ,

La Grande-Bretagne profite des legs sportifs et sociaux de Londres 2012

  


À la suite du succès des Jeux Olympiques à Londres l’an dernier, la Grande-Bretagne a bénéficié d’un certain nombre de legs sportifs et sociaux importants qui ne manqueront pas de procurer des avantages à long terme pour le pays hôte.

La volonté d’inciter le public à prendre goût au sport en attirant l’attention du monde entier sur les plus grands athlètes et en offrant aux jeunes la possibilité d’un meilleur accès aux équipements, compétitions, à l’entraînement et aux manifestations sportives, figurait au cœur même de la vision des Jeux de 2012.

Des chiffres récents publiés par Sport England ont révélé que 15,3 millions de personnes en Angleterre pratiquent désormais un sport une fois par semaine, ce qui représente une augmentation de 1,4 million par rapport à 2005, année où Londres a présenté sa candidature.

Le nombre de jeunes âgés de 16 à 25 ans qui font du sport régulièrement a, entre-temps, atteint les 3,86 millions, soit 63 000 de plus  par rapport au 12 mois précédents. Le nombre des sportives est également plus élevé, avec une augmentation de 89 000 personnes d’une année à l’autre, ce qui réduit l’écart entre les sexes dans le sport.

Un certain nombre d’initiatives lancées dans le sillage de Londres 2012 sont à l’origine de cet engouement pour la pratique d’un sport. Une nouvelle stratégie sportive a été élaborée à l’adresse de la jeunesse du Royaume-Uni qui prévoit d’investir un milliard de livres dans le sport de la jeunesse et 6 000 clubs de sport.

« Places People Play »  (Lieux où les Gens Jouent) une autre de ces initiatives, qui est chargée de financer la rénovation des installations sportives et de soutenir le réseau régional des équipements de sport et de loisirs, tout en investissant dans les clubs locaux, ce qui devrait concerner 377 projets de clubs de sport dans toute l’Angleterre.

Le programme national « Sportivate » de Sport England s’efforce, entre-temps, de mobiliser les jeunes pour qu’ils se lancent dans de nouveaux sports en leur offrant six semaines d’entrainement. Jusqu’à présent, plus de 250 000 adolescents et de jeunes adultes ont bénéficié de ces séances gratuites ou à prix réduit dans 70 sports.

« Sportivate pousse des centaines de jeunes sensibilisés par les Jeux Olympiques à Londres à pratiquer un sport, à y prendre du plaisir et à ne pas en perdre l’habitude, » confie le ministre des Sports britannique, Hugh Robertson. « Le sport a le pouvoir incroyable de rassembler les jeunes et d’améliorer leur vie et nous espérons que Sportivate continuera de se développer. »

Londres 2012 est à l’origine de plus de 35 politiques, stratégies gouvernementales et autres mesures législatives qui rendront le sport plus accessible aux jeunes. Mais les bienfaits des Jeux ne se limitent pas au sport.

Après les Jeux, nombreux sont les Britanniques qui ont décidé de prendre une part active à la vie commune et se sont portés volontaires, dans la droite ligne des 70 000 personnes qui ont servi à titre d’Artisans des Jeux durant la manifestation olympique l’an dernier, ce qui était la première fois pour 40 % d’entre eux.

Plus de 50 000 personnes ont déjà signé comme volontaires sportifs par le biais de l’initiative « Artisans du sport », le programme de Sport England pour faire fructifier le legs du volontariat olympique.

« C’est merveilleux de constater combien les artisans du sport diffusent l’héritage des Jeux en se présentant partout pour apporter une aide à la pratique du sport autour d’eux, » déclare le président de Londres 2012, Seb Coe. « Les Artisans des Jeux ont décidément ouvert nos yeux sur la contribution des volontaires au sport et c’est mobilisateur d’entendre comment ils font constamment la différence sur le terrain. »

Les Jeux ont également donné lieu à un héritage de santé publique avec la création du Centre national d’excellence médicale pour les sports et l’exercice où convergeront les travaux cliniques et la recherche académique nationaux et internationaux en matière de rééducation après blessures dans le sport et l’exercice physique, avec pour objectif de prendre la tête au niveau mondial dans ce domaine. Ce centre a pour mission d’accroître l’exercice dans le grand public, de prévenir les maladies liées à l’inactivité et de traiter les blessures sportives.

« Cet institut est le parfait exemple du type de projet que nous avions en tête quand nous parlions de la création d’un legs à long terme pour les Jeux de 2012 à Londres, » explique Coe. « Le but est d’atteindre l’excellence en matière de prévention des blessures et de gestion des athlètes de haut niveau, tout en proposant le même niveau de soin aux sportifs amateurs, hommes et femmes, qui ont été sensibilisés par le spectacle de l’été dernier. »

Devant tant de legs qui déjà prennent forme, le maire de Londres Boris ne doute pas que les Jeux continueront de répandre leurs bienfaits sur sa ville et dans l’ensemble du pays.

« Nous nous retrouvons en tête grâce à cet héritage olympique de classe mondiale dynamique et solide et nous pouvons tous en être fiers. Londres et le Royaume Uni en bénéficieront pour les dizaines d’années à venir. »

back to top