skip to content
2016 Getty Images
Date
26 sept. 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Plongée

La Grande-Bretagne prive la Chine d’un Grand Chelem en plongeon !

Huit épreuves et sept titres pour la Chine, magnifiquement gagnés par leurs plongeurs masculins et féminins, en duo et en solo. Mais avec Jack Laugher et Chris Mears, la Grande-Bretagne a obtenu une médaille d’or historique en tremplin 3 m synchronisé !

La Chinoise Wu Minxia est devenue la première sportive à avoir gagné cinq titres olympiques au plongeon en s’imposant au synchronisé 3 m, en compagnie de Shi Tingmao, le 7 août, sur le tremplin du Centre aquatique Maria Lenk. Wu et Shi ont devancé les Italiennes Tania Cagnotto et Francesca Dallape, les Australiennes Maddison Keeney et Anabelle Smith prenant la médaille de bronze.

Wu Minxia a ainsi dépassé l’Américain Greg Louganis ou sa « grande sœur » et compatriote Guo Jingjing avec sept médailles olympiques (elle a aussi une médaille d’argent et une en bronze). Elle est aussi la seule – messieurs et dames confondus – à s’être imposée au 3 m dans quatre Jeux consécutifs. Enfin, Wu Minxia est aussi la plus âgée des championnes olympiques, à l’âge de 30 ans. En finale, Wu et Shi ont totalisé 345 points, soit 31,7 de plus que les Italiennes.

Fêtant son quatrième titre olympique consécutif au plongeon synchronisé, Wu Minxia a déclaré : « Je suis très heureuse de gagner cette médaille. Nous espérions tous que les plongeurs chinois allaient réaliser de belles performances dans ces Jeux. Nous avons été très bonnes toutes les deux aujourd’hui. Je pensais arrêter la compétition avant ces Jeux, parce que j’ai été blessée durant un mois et je pensais que ça prendrait du temps pour me remettre. C’est vraiment dur de se maintenir au plus haut niveau. J’étais plus tendue mentalement que physiquement avant la compétition ». À Londres en 2012, Wu avait réalisé le doublé plongeon synchronisé/tremplin 3 m individuel. Elle a annoncé après la victoire à Rio son intention de prendre sa retraite sportive. « Ce n’est pas facile. C’est dur d’expliquer tous les efforts qu’il faut faire à l’entrainement ».

Diving © Getty Images

Quant à Shi Tingmao, qui a gagné son premier titre dans la discipline, elle a expliqué : « J’ai plongé comme je le fais à l’entraînement. On a réussi bien avec Wu, mais nous avons fait quelques erreurs mineures. Je nous donnerais une note de 90 sur 100. J’ai complété la mission qu’on m’avait assignée. Maintenant, je vais profiter de la compétition individuelle et me prouver de nouvelles choses ! »

Chen Aisen et Lin Yue enfoncent le clou pour la Chine

Chen Aisen et Lin Yue ont remporté le 8 août le concours de plongeon synchronisé à 10 m. Ils ont mené dès le départ de la finale, disputée en six rotations, et n’ont jamais cédé les commandes. Chen et Lin ont définitivement scellé leur victoire à leur 5e plongeon avec 4 tours et demi en saut périlleux avant carpé, ce qui leur a valu des 9.5 et des 10 de la part de juges ébahis.

Le duo chinois a fini avec une confortable avance de 39.87 points sur les médaillés d’argent américains David Boudia et Steele Johnson, alors que la paire britannique composée de Tom Daley et Daniel Goodfellow a pris la 3e place.

Avec cette victoire, Lin devient le premier plongeur à gagner deux titres en plongeon synchronisé 10 m. Il s’était imposé avec Huo Liang à Beijing en 2008. Durant cette compétition dans la piscine Maria Lenk, il est devenu rapidement évident que le seul suspense concernait le match pour les 2e et 3e places entre les Américains et les Britanniques, et le duo des USA a joyeusement célébré son résultat quand il a accroché la médaille d’argent à son dernier plongeon. Pour David Boudia, c’est une 2e médaille olympique après sa victoire dans la compétition de haut vol 10 m individuel à Londres en 2012. Quant à Daley, c’est également un nouveau podium, après le bronze qu’il s’était adjugé dans la même compétition il y a quatre ans.

« Nous avons vraiment bien réussi nos plongeons aujourd’hui », a noté Lin Yue, « nous étions très stables. Nous avons donné le meilleur de nous-mêmes, mais je ne pense pas que c’était parfait. Tout ce que je peux dire, c’est que nous avons fait de notre mieux. C’était comme dans un rêve ».

Le festival de la Chine se poursuit en plongeon avec Chen Ruolin et Liu Huixia

Après les hommes, la Chine a triomphé avec les dames au 10 m synchronisé le 9 août avec Chen Ruolin et Liu Huixia. Cette victoire permet à Chen d’atteindre le chiffre magique de cinq médailles d’or olympiques, égalant le record établi deux jours plus tôt par sa coéquipière Wu Minxia sur le tremplin 3 m. Chen Ruolin a en effet gagné la même épreuve en 2008 (avec Wang Xin) et en 2012 (avec Wang Hao). Elle s’est aussi imposée en haut vol 10 m individuel dans ces deux Jeux Olympiques, mais ne participe pas à cette compétition à RIo.

Les deux plongeuses chinoises ont triomphé en repoussant les assauts inspirés des Malaisiennes Pandelela Rinong et Cheong Jun Hoong, qui ont pris la médaille d’argent. Les Canadiennes Meaghan Benfeito et Roseline Filion, déjà médaillées de bronze à Londres en 2012, ont obtenu le même résultat à Rio.

Chen et Liu ont pris la tête à leur deuxième plongeon et ont gardé une mince avance jusqu’au bout pour terminer avec 354.00 points, seulement 9.44 points de mieux que leurs rivales malaisiennes (344.34). Les Canadiennes ont fini plus loin (336.18), à la lutte pour le podium avec les duos de Grande-Bretagne et de la République populaire démocratique de Corée.

« Ces deux dernières années, j’ai dû beaucoup lutter et ça n’a pas été facile » a dit la reine Chen, « J’ai même pensé à abandonner ma carrière, mais finalement, je suis toujours là ! Le plongeon a vraiment tiré sur mon organisme. J’ai dû beaucoup me conditionner pour retrouver mes sensations. Et maintenant, c’est comme si toute la pression s’envolait et je me sens soulagée. Je pense que ma partenaire Liu se débrouille très bien, surtout que ce sont ses premiers Jeux ! C’était normal pour elle d’être nerveuse, mais elle s’en parfaitement sortie. »

Diving © Getty Images

Pandelela Rinong a exprimé son étonnement : « Je ne pensais pas que nous pourrions gagner la médaille d’argent aujourd’hui, car la compétition a été féroce. Toutes les plongeuses des autres pays sont très, très douées ! Cheong Jun Hoong, elle, avait participé à l'épreuve sur le tremplin 3 m synchronisé et avait fini au pied du podium. « C’est du passé ! J’ai mis ça de côté et j’ai regardé devant moi pour me motiver. »

Jack Laugher et Chris Mears privent la Chine d’un Grand Chelem

Les Britanniques Jack Laugher et Chris Mears se sont imposés au 3 m synchronisé le 10 août, empêchant du même coup la Chine de remporter toutes les médailles. Les deux Britanniques n’en sont pas revenus !

« C’est le choc total ! Vraiment ! Je veux dire, j’ai rêvé de ça toute ma vie, et venir ici, et le faire, c’est un sentiment absolument irréel pour être honnête », s’est exclamé Jack Laugher. « C’est quelque chose que je n’arrive pas à comprendre et je me bats pour parvenir à réaliser ce qui s’est passé. On a fait une très belle performance aujourd’hui, nous sommes très heureux de la manière dont nous l’avons fait et c’est arrivé ! Nous avons gagné la médaille d’or ! »

Avec un total de 454,32 points, le duo britannique a devancé les Américains Sam Dorman et Mike Hixon (450,21 points), alors que les Chinois Cao Yuan et Qin Kai, champions du monde en titre, ont pris la médaille de bronze.

Cao et Qin ont d’ailleurs mené tranquillement après les deux premiers passages, semblant bien lancés pour donner le quatrième titre en quatre épreuves de plongeon à la Chine. Mais un troisième saut moins bien maîtrisé a permis à Laugher et Mears de passer en tête. Et comme les Américains Dorman et Hixon ont tenté et réussi un saut d’une grande difficulté technique au 6e et dernier essai, les Chinois ont été finalement relégués au 3e rang.

Les Américans ont obtenu la meilleure note de la finale (98.04) à leur dernier saut. Cela leur a permis de terminer en seconde position. « J’étais très excité, complètement dans le moment », a expliqué Mike Hixon. « Nous étions 4e avant ce plongeon. Juste après, je savais que nous avions une médaille, mais je n’en connaissais pas la couleur ».

Diving © Getty Images

Très déçu, Qin Kai a simplement dit : « Je ne suis pas content de notre résultat aujourd’hui. Cela représente pour nous des années d’efforts » et Cao Yuan conclut : « Ce n’est pas ce que nous attendions. Mais c’est le sport ».

Shi Tingmao augmente sa collection d’or avec le tremplin 3 m

Shi Tingmao a apporté la Chine la 4e médaille d’or olympique, en cinq épreuves de plongeon, en s’imposant au tremplin à trois mètres dames, le 14 août. C’est sa 2e médaille d’or à Rio après sa victoire en tremplin synchronisé 3 m avec Wu Minxia. He-Zi complète le doublé chinois, tandis que l’Italienne Tania Cagnotto remporte sa 2e médaille à Rio, en bronze après l’argent en tremplin synchronisé 3 m avec Francesca Dallape.

Shi, championne du monde en titre, était à égalité avec He après les deux premiers plongeons, avant d’obtenir 84 points à sa troisième envolée magnifique et prendre la tête du concours. Son total final de 406.05 lui donne une belle marge de 18.15 points sur sa compatriote et lui permet de devenir, après Wu Minxia et Guo Jinjjing, la troisième plongeuse à réaliser le doublé tremplin synchronisé/tremplin individuel aux Jeux Olympiques. La Chine domine les épreuves individuelles féminines de plongeon depuis les Jeux de Séoul en 1988, ayant remporté toutes les médailles d’or et d’argent ces 28 dernières années.

En revenant sur sa performance, Shi Tingmao, 24 ans, a reconnu avoir été un peu en deçà de son meilleur niveau. « Je m’accorderai un score de 80 aujourd’hui, parce que j’étais quand même très nerveuse. Ce sont les Jeux Olympiques : vous voulez gagner, et cela affecte votre état d’esprit ! »

Beaucoup d’émotions en quelques minutes pour He Zi : la médaillée d’argent, comme à Londres en 2012, a été demandée en mariage à la descente du podium par un autre plongeur de sa délégation. He était encore en train de réaliser son bonheur lorsque Qin Kai, lui-même médaillé de bronze chez les messieurs en plongeon synchronisé à 3 m, s’est présenté devant elle avec une bague dans un écrin de velours, devant virtuellement la planète entière.

Hagarde, manifestement paralysée pendant quelques secondes, la jeune femme a fini par verser une petite larme et d’accepter la proposition de son amoureux. Ce dernier lui a immédiatement passé la bague au doigt. Ils se sont pudiquement enlacés puis sont repartis bras dessus, bras dessous. « Nous sommes ensemble depuis six ans, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il me demande en mariage aujourd’hui », a-t-elle déclaré en arborant fièrement son bijou.

Can Yuan prend la relève sur le tremplin 3 m

Le 16 août, la Chine a poursuivi sa collecte de médailles d’or avec le cinquième titre apporté par Cao Yuan au tremplin de 3 m messieurs. Cao, associé à Qin Kai et relégué à la troisième place par Jack Laugher et Chris Mears au 3 m synchronisé, a ainsi pris une belle revanche sur le Britannique. Avec un total de 547,6 points, il a distancé Laugher de 23,7 points. La médaille de bronze est revenue à l’Allemand Patrick Hausding.

Surtout, Cao a dû composer avec la pression, puisqu’il était le seul Chinois en finale : He Chao, champion du monde en titre, avait été prématurément éliminé. Cela signifiait que pour la première fois depuis les Jeux d’Athènes en 2004, l’équipe de Chine ne placerait pas deux plongeurs sur le podium dans cette épreuve. « Concourir tout seul représente bien évidemment beaucoup de pression, mais j’ai été capable de laisser ça derrière, de bien me concentrer sur ma performance et de proposer un joli show », a dit le champion olympique âgé

de 21 ans. La capacité de Cao à s’élever tranquillement à ce niveau et à remporter le titre après la disparition d’He souligne la remarquable relève que continue à produire l’élite du plongeon chinois.

Cao Yuan a pris les commandes de la finale dès le premier plongeon et n’a jamais été sérieusement menacé. Il a obtenu les meilleurs scores à toutes ses tentatives sauf la cinquième. Après sa dernière figure dans les airs, totalisant un score de 547.60 contre 523.85 à Laugher et 498.90 à Hausding, Cao a sprinté dans l’eau vers les escaliers, et a brandi son poing en l’air, exprimant ensuite son étonnement et son émotion : « Mais je ne veux pas montrer trop d’excitation, même si j’ai gagné la médaille d’or. C’est ma personnalité. »

L’adolescente Ren Qian plonge sur l’or du haut vol 10 m

La Chinoise Ren Qian est devenue à 15 ans la plus jeune des Jeux 2016, en plongeon haut vol 10 m, le jeudi18 août. Elle a devancé sa coéquipière Si Yajie et la Canadienne Meaghan Benfeito.

Née le 20 février 2001 à Chengdu, Ren a réalisé trois derniers sauts magnifiques tous notés au-dessus des 91 points, pour totaliser 439,25 et l’emporter largement devant sa coéquipière Si Yajie, tout juste 17 ans (419,40 points) et la Canadienne déjà médaillées de bronze au 10 m synchronisé Meaghan Benfeito, 27 ans (389,20 points).

Bien qu’elle ait obtenu, et de loin, le meilleur score de toute la compétition à sa troisième envolée (94.05), Ren a estimé qu’elle aurait pu faire encore mieux. « J’ai fait un beau plongeon, mais il n’était pas parfait, par rapport à ce que j’attendais de moi. Considérez-moi comme une perfectionniste, » a-t-elle dit. « En terme de confiance, je ne me sentais pas au top, mais je me suis concentrée sur chaque plongeon et je pense que c’est la raison pour laquelle j’ai décroché l’or ».

Gagner à 15 ans ? « Je me sens bien par rapport à ça. Je suis très jeune, mais j’ai la médaille. Je pense que je vais m’entraîner et travailler encore plus dur à partir de maintenant, afin de me focaliser sur mon futur. »

Diving © Getty Images

À exactement 15 ans et 180 jours, Ren devient la plus jeune médaillée à Rio, améliorant le « record » de la Japonaise Mima Ito, âgée de 15 ans et 300 jours quand elle a gagné le bronze dans la compétition par équipes dames en tennis de table le 16 août. Toutefois, Ren Qian n’est pas la plus jeune championne olympique en haut vol 10 m. Ce record particulier est la propriété de sa compatriote Fu Mingxia, qui a remporté le titre à Barcelone en 1992 à tout juste 13 ans et 346 jours.

Chen Aisen décroche la septième médaille d’or pour la Chine en haut vol 10 m

La Chine a obtenu une septième médaille d’or en plongeon, sur les huit mises en jeu grâce à la victoire de Chen Aisen en haut vol 10 m masculin, lors de la dernière épreuve qui s’est tenue le 20 août.

Pour ses premiers Jeux, Chen a fait preuve d’une constance exemplaire au fil de ses six plongeons, signant un score total de 585,30 points grâce à ses vrilles impeccables et à ses entrées dans l’eau irréprochables, tandis que ses rivaux, y compris son compatriote Qiu Bo, ont commis quelques erreurs. Le Mexicain Germán Sánchez et l’Américain David Boudia ont respectivement récolté l’argent et le bronze.

Lorsqu’il a pris conscience de sa victoire, Chen n’a pu retenir ses larmes : « Je m’entraîne depuis plus de quatre ans, et mes efforts ont fini par payer. Je ne m’attendais pas du tout à gagner la médaille d’or dans cette épreuve, à devenir champion en individuel. En plongeon synchronisé à la limite, mais pas en individuel. J’ai vraiment été surpris. »

Diving © Getty Images

Sánchez a quant à lui raflé sa deuxième médaille olympique en plongeon, après avoir obtenu l’argent lors de l’épreuve masculine de haut vol 10 m synchronisé à Londres, il y a quatre ans. Après un mauvais départ, il est resté concentré sur sa propre performance plutôt que de s’inquiéter des scores : « Je n’ai fait que penser à ce que je devais donner pour chacun de mes plongeons. Encore maintenant, je me contente d’apprécier chaque instant et de me faire plaisir. »

David Boudia, médaillé d’or à Londres, a su rattraper sa mauvaise performance en demi-finales, où il avait fini 10e, pour totaliser 525,25 points et s’assurer le bronze. Son tout dernier plongeon a permis à Sánchez de le devancer à la dernière minute, avec un score de 532,70 points. Il avait choisi de terminer par un quadruple saut périlleux et demi avant groupé, qui lui a valu 68,45 points.
back to top En