skip to content
IOC
Buenos Aires 2018

La future génération du taekwondo s'affirme à Buenos Aires

Cinq catégories de poids hommes et femmes ont montré au public argentin et aux observateurs du monde entier une vision du futur du taekwondo. De superbes jeunes champions et championnes russes, iraniens, coréens, thaïlandais et marocains ont ainsi pris date sur le tatami du Pavillon de l'Océanie.


La première médaille d'or en taekwondo sur le tatami du Pavillon de l'Océanie est revenue le 7 octobre à la Russe Polina Shcherbakova dans la catégorie -44 kg. En finale, face à la Coréenne Mireu Kang, elle s'est imposée 12-6 en marquant.... 12 points d'attaque, alors que les six de sa rivale ont été obtenus sur pénalités. "J’ai dû remporter cinq compétitions, tout simplement pour pouvoir participer aux Jeux Olympiques de la Jeunesse", a expliqué Shcherbakova "J’étais très nerveuse durant toute la journée, j’essayais seulement de garder mon calme et de me concentrer. Je suis maintenant impatiente de rentrer chez moi à Saint-Pétersbourg et de retrouver mes trois chats." Le bronze est revenu à la Croate Lena Stojkovic (battue dans les dernières secondes de son combat en demi-finale face à Kang) et à la Mexicaine Alicia Monserrat Rodriguez Fuentes. Du côté des hommes, le jeune Russe Dmitrii Shishko a battu l'Ouzbek Ulugbek Rashitov 11-8 en finale des -48 kg, le bronze revenant à leurs victimes des demi-finales, le Tunisien Mohamed Khalil Jendoubi et le Coréen Im Seongboin.

Au deuxième jour de compétition, Elizaveta Ryadninskaya en -49 kg et Giorgii Popov chez les -55 kg hommes ont permis à la Russie de rester invaincue avec quatre médailles d'or en quatre épreuves disputées. Elizaveta Ryandninskaya a dominé l'Américaine Anastasija Zolotic 17-16 dans la première finale de la soirée, après avoir écarté sur le même score de 6-5 la Vietnamienne Thi Kim Ngan Ho puis la Chinoise Zihan Cao sur le chemin de la finale. "Je ne peux pas y croire", a déclaré Ryadninskaya, folle de bonheur. "Les émotions se bousculent dans ma tête en ce moment. J'ai toujours pensé que je pourrais gagner l'or parce que je me suis préparée à fond pour cela. La Russie a de très bons combattants et entraîneurs en taekwondo et nous nous entraidons pour obtenir ces résultats."

IOC

Georgii Popov est à son tour monté sur la plus haute marche du podium, après sa victoire face au Coréen Kangmin Kim 33-26 en finale. Le Russe avait précédemment battu le Japonais Hidetaka Maeda 34-13 en quarts et le Nigérian Mahamadou Maharana Amadou't 33-13 en demi-finale. "Je suis vraiment content de remporter cette médaille d'or", a dit un Popov enthousiaste. "Gagner ces quatre titres est tellement important et cela va donner de la force à l'équipe russe."

Promesses d'avenir pour Kanthida Saengsin et Cho Won-hee

Le 9 octobre, Le pavillon Océanie du Parc olympique de la jeunesse était à nouveau rempli à ras bord pour vivre d'excitants moments d'action proposés par la crème mondiale du taekwondo junior. En -55 kg femmes, la Thaïlandaise Kanthida Saengsin a démarré sa compétition par un succès serré, 3-2 face à la Chinoise Junli Yang en quarts de finale, avant de dominer plus confortablement la grecque Fani Tzeli 7-3 en demies. La jeune athlète thaïlandaise s'est assuré de l'or avec une impressionnante victoire finale 10-6 devant la Marocaine Safia Salih.

Du côté des hommes, le Coréen Cho Won-hee a démarré son parcours vers la médaille d'or par une victoire énergique 41-21 sur l'Argentin Ramiro Ravachino en quarts de finale suivie d'un combat plus tendu en demi-finale face à l'Azerbaïdjanais Javad Aghayev dont il est sorti vainqueur 15-13. Cho s'est ensuite imposé avec autorité dans le combat pour la médaille d'or qui l'a opposé au Thaïlandais Nareupong Thepsen, 21-16. "C'est un honneur pour moi de représenter mon pays et de faire hisser le drapeau de la République de Corée", a dit le médaillé d'or des -63 kg. "C'était ma dernière compétition chez les jeunes, et en gagnant ce titre, j'ai accompli tous mes objectifs. Mon but est maintenant de briller au niveau senior et de disputer les Jeux Olympiques."

La journée des combattants iraniens

Le 10 octobre a été la journée des combattants iraniens : Ali Eshikevarian en -73 kg hommes et Yalda Valinejad en -63 kg femmes ont remporté les premières médailles d'or de leur pays aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires 2018. Eshikevarian a débuté sa journée au Pavillon de l’Oceanie du Parc olympique de la jeunesse par une victoire serrée 19-17 face au combattant de Chinese Taipei Qiu Hong Shen. L'Iranien a ensuite battu plus facilement l'Equatorien Darlyn Padilla 29 à 5 en demi-finale pour affronter le Belge Badr Achab. Ali Eshikevarian a alors dû puiser au plus profond de ses ressources pour sortir vainqueur de ce combat 17-16 et s'adjuger le titre.
Chez les -63 kg femmes, Yalda Valinejad a connu un parcours un peu plus tranquille que son compatriote, en commençant par une victoire 12-2 en quarts de finale devant la Jordanienne Natali Lyad Adnan Hamaidi 12-2. Elle a dû s'employer un peu plus pour venir à bout de son adversaire des demi-finales, la Mexicaine Leslie Xcaret Soltero Garcia, 26-22. L'Iranienne de 17 ans a ensuite pris le meilleur sur la Serbe Nadica Bozanic, s'imposant 23-17 pour fêter son titre en agitant le drapeau iranien sous les applaudissements du public venu nombreux.

"Le Maroc avait besoin de cette médaille !"

Dans la dernière compétition féminine du taekwondo à Buenos Aires 2018, Fatima-Ezzahra Aboufaras, exemptée de premier tour compte tenu de son excellente position au classement mondial de sa catégorie +63 kg, a littéralement marché sur ses adversaires des quarts et des demi-finales, s'imposant 20-4 face à la Polonaise Marcelina Marta Koszel puis 17-2 devant la Chinoise Wenzhe Mu. Lors du combat pour l'or, la jeune championne marocaine de 16 ans a fait valoir sa technique et sa puissance dans un combat tendu qu'elle a fini par gagner 18-16 contre l'Iranienne Kimia Hemati, avant de fêter son titre en faisant flotter son drapeau national. "Je suis folle de joie", a-t-elle dit. "Le Maroc avait besoin de cette médaille. "Je me suis entraînée depuis si longtemps pour gagner ce titre, même ici à Buenos Aires ! Mon coach est comme un père pour moi. Quand j'ai gagné, mes premières pensées ont été pour lui."

IOC/OIS

L'ultime finale du taekwondo aux JOJ de 2018 a opposé l'Iranien Mohammadali Khosravi et le taekwondoïste de Chinese Taipei Meng-En Lee en +73 kg. Ils se sont livré un combat d'une intensité folle. Khosravi a réussi à prendre le meilleur au bout du suspense, sur le score de 2-1. "Je me suis entraîné à fond et je pense que je mérite cette victoire. L'Iran est une grande puissance de ce sport, y compris chez les femmes, car elles travaillent avec nous et montent à un niveau qui nous est même supérieur", a expliqué Mohammadali Khosravi. "C'était un combat particulièrement difficile et je suis ravi de l'avoir gagné !".

Au bilan, la Russie, avec quatre médailles d'or, a été la meilleure nation du taekwondo à Buenos Aires 2018. L'Iran avec trois titres, et la République de Corée avec un total de cinq médailles, se sont également distingués.

back to top En