skip to content
© Getty Images
Date
12 févr. 1992
Tags
Albertville 1992 , Patinage de vitesse , Japon , Actu CIO

La flamme de Seiko Hashimoto brûle avec éclat

Indéniablement, Seiko Hashimoto était prédestinée à concourir sur la scène olympique. Née en 1964, quelques jours avant le début des Jeux Olympiques de Tokyo, son prénom vient de « Seika », la flamme olympique de la ville.

Plus tard, elle va même intégrer le club fermé des athlètes qui ont participé à la fois aux Jeux d’été et d’hiver. Patineuse de vitesse talentueuse, elle est aussi douée en cyclisme sur piste et va représenter le Japon dans les deux sports. Elle participe ainsi à sept éditions des Jeux en l’espace de 12 ans entre 1984 et 1996, ce qui est un exploit remarquable !

Elle ne monte cependant qu’une seule fois sur le podium, en 1992, dans le 1 500 m féminin de patinage de vitesse. Étant donné qu’elle brille habituellement dans les épreuves de sprint, plus courtes, c’est un peu une surprise.

© Getty Images
Lors de cette course, on s’attend à un choc entre les deux stars accomplies que sont l’Autrichienne Emese Hunyady et l’Allemande Gunda Niemann. Au lieu de cela, l’épreuve est beaucoup plus ouverte que prévu, notamment en raison de l’influence de la chaleur. Emese Hunyady termine ainsi hors du podium à la cinquième place, alors que Gunda Niemann décroche la médaille d’argent derrière sa coéquipière Jacqueline Börner. Quant à la troisième place, elle revient finalement à Seiko Hashimoto qui boucle la distance une seconde moins vite que Gunda Niemann, mais largement plus vite que toutes les autres concurrentes. La jeune femme née sous une bonne étoile olympique a désormais gagné une médaille aux Jeux.
back to top En