skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

La fin d'une belle aventure pour la "première famille" du short-track canadien

Les patineurs sur courte piste québécois Charles et François Hamelin, ainsi que Marianne St-Gelais, la compagne de Charles dans la vie, ont tous annoncé que les Jeux de PyeongChang étaient les derniers de leurs illustres carrières.

Ensemble, ils ont amassé 9 médailles olympiques. Tous les trois projettent de poursuivre la compétition jusqu'aux championnats du monde en mars, chez eux à Montréal, mais leur dernière apparition sur la scène olympique a eu lieu jeudi 22 février. Les deux frères ont aidé le Canada à remporter la médaille de bronze lors du relais 5000 m, tandis que Marianne St-Gelais s'est arrêtée en quarts de finale du 1000 m.

Fortunes diverses

Le relais 5000 m de PyeongChang 2018 a offert des retournements de situation intenses et dramatiques. Le trio de tête, composé du Canada, de la République de Corée et de la République populaire de Chine, se succédait en tête jusqu’aux deux derniers tours, lorsque la Hongrie jaillit pour s’emparer de l’or de la première place, tandis que le Canada fut repoussé en troisième position par la Chine.

Getty Images

Ce bronze remporté par le Canada apporta à Charles Hamelin une troisième médaille sur cette épreuve (il faisait partie de l’équipe ayant remporté l’argent à Turin 2006 et l’or à Vancouver 2010), égalisant les records de ses compatriotes Éric Bedard et Francois-Louis Tremblay. C’est également sa cinquième médaille olympique (trois en or, une en argent et une en bronze), ce qui le classe aux côtés des meilleurs spécialistes canadiens en short-track, Francois-Louis Tremblay et Marc Gagnon.

Getty Images

Le dénouement n’a pas été aussi heureux pour Marianne St-Gelais, dont la carrière olympique atteignit son sommet à Vancouver 2010, où elle remporta deux médailles d’argent. Sa troisième place en quart de finale du 1000 m anéantit ses espoirs de médaille, amplifiant sa déception ressentie lors de sa disqualification 9 jours plus tôt dans son autre discipline, le 500 m.

Getty Images

Comme Charles Hamelin l'explique, ces hauts et ces bas leur font mettre le doigt sur ce qu'ils vont bientôt laisser derrière eux. « Bien sûr que ça va me manquer, dit-il. Je ne ressentirai plus jamais ces émotions dans ma vie. Il va falloir que je m'adapte et je deviendrai sûrement plus calme. Mais nul doute que je sentirai à nouveau le stresse monter en regardant ces gars courir sur la glace. »

En arrivant à PyeongChang 2018, Charles, François et Marianne totalisaient déjà huit médailles olympiques à eux trois, remportées depuis les Jeux de Turin en 2006. Le côté encore plus familial de cette belle histoire est renforcé par le fait que Yves Hamelin, le père de Charles et François, était le chef d'équipe à Vancouver 2010 et à Sotchi 2014.

Getty Images
Planifier le futur

« Nous sentons que représenter la famille, c'est s'engager d'une autre façon », a dit Yves, présent à PyeongChang pour supporter de ses deux fils. « Vos enfants en font partie, et ils se sentent prêts à aller de l'avant. Ils sont sur le point de s'investir dans l'étape suivante. Nous voulons.... Plus de petits-enfants ! C'est ça le plan ! »

Charles a d'ailleurs indiqué que sa compagne et lui vont bientôt vouloir s'inscrire sur le chemin ainsi tracé. « Marianne et moi, nous avons des projets pour le futur, on verra bien ce qui arrivera ».

Getty Images

Les deux frères ont déjà des projets pour l’avenir. Charles veut s’impliquer davantage dans le programme Nagano Skate, qui fournit des équipements aux jeunes sportifs, et il espère également travailler comme entraîneur. Marianne attend simplement d'avoir une vie plus tranquille : « Je veux me tenir un peu à l'écart du sport pour un moment. J'apprécie le short-track, je suis prête à y revenir, mais pas trop vite. J'ai besoin d'un break. »

Getty Images

De son côté, Yves Hamelin admet que ce sera difficile pour lui et ses enfants de vivre une nouvelle vie loin des frissons olympiques. « Ne plus les voir en compétition, ne plus les avoir en action... plus rien ne sera jamais pareil. »

back to top En