skip to content
Date
16 août 2008
Tags
Beijing 2008

La doyenne du tennis de table

Zhang Ning

Zhang Ning incarne l’adage qui veut que quand le talent est là, il suffit d’attendre. Dans un pays obsédé par le succès en tennis de table comme en badminton, l’élégante Zhang s’imposa assez tardivement mais se rattrapa rapidement et sa longue carrière s’acheva sur des prouesses olympiques sans précédent.

C’est en 1994 à la Coupe Uber, Championnats du monde féminin de badminton par équipe, que débuta sa carrière internationale au nom de la Chine mais ce n’est pas avant une petite dizaine d’années qu’elle devait faire une impression majeure sur la scène mondiale.

Il lui fallut attendre 2003 et les Championnats du monde à Birmingham (Grande-Bretagne) pour accéder au sommet. Un an plus tard, elle battait la Néerlandaise Mia Audina à Athènes et rejoignait ainsi les joueurs d’élite détenteurs de deux titres deux années durant.

Forte de cette reconnaissance, cette sportive originaire de Liaoning au Nord de la Chine aurait facilement pu, à 29 ans, opter pour la retraite. Mais le feu de la compétition brûlait avec trop de vigueur dans ses veines.

Elle s’embarqua dans une rivalité intense avec sa compatriote Xie Xingfang qui les vit s’affronter sur le circuit mondial durant les années suivantes.

Aux Championnats du monde de 2005 et de 2006, elle s’inclina devant Xie, et après une saison 2007 sans éclat, gâchée par une blessure à la cuisse, ses chances de sélection aux Jeux de Pékin semblaient bien minces. Finalement Zhang se qualifia et survola les premiers tours avant son rendez-vous avec le destin dans l’ultime rencontre avec Xie.

C’est une victoire sans faille qui lui semblait promise. Elle gagna 21-12 la première manche le meilleur des trois sets, mais Xie, dont le futur mari Lin Dan devait gagner le simple masculin le lendemain, n’était pas du même avis. Elle prit le deuxième set 21-10 et lorsque Zhang se mit à souffler profondément luttant de toute évidence lors du point décisif, l’avenir semblait bien sombre.
Mais c’est là que réapparut l’expérience. Partie de 15-15, elle s’imposa 21-18 devenant ainsi la première joueuse à conserver son titre olympique en simple.

Cette victoire la vit également à 33 ans inscrire dans l’histoire le record de la championne la plus âgée du simple, un honneur qui lui valut de porter le drapeau national du pays hôte au défilé de la cérémonie de clôture.

back to top